MAP Maroc-Burundi : Signature d’une convention de partenariat entre les CHU de Rabat et de Kamenge AGP Gabon : Sosthène Nguema-Nguema appelle à l’unité des militants de l’Union nationale à Oyem AGP Gabon : L’affaire Brice Laccruche Alihanga renvoyée devant le tribunal correctionnel AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Education: des avancées notables enregistrées depuis 2011 AIP Côte d’Ivoire-AIP/PSI lance la série télévisée «l’influence du blé» AIP Côte d’Ivoire-AIP/Le Groupe NSIA rachète des filiales de Sanlam en Afrique de l’Ouest et Centrale ANG SaúdePública/Técnicos de saúde do Hospital Militar prestam serviço minimo ao Hospital Nacional Simão Mendes ANG SaúdePública/Directores de serviço do HNSM pedem dimissão em bloco ANG Greve na Saúde/ Governo ameça levar à justiça técnicos de saúde em greve “por tempo ideterminado” ANG ONU/Guterres pede cooperação porque mundo nunca enfrentou tantas ameaças

Marche du mouvement « U Gulmu fi » : La foule n’a pas été reçue par le gouverneur, celui-ci s’explique


  1 Août      39        Société (35764),

   

Fada N’Gourma, 31 juil. 2021 (AIB) – A la faveur de la marche initiée par le mouvement «U Gulmu fi» qui signifie «Gulmu lève-toi» en langue gourmancema, les manifestants n’ont pas pu remettre leur message au gouverneur de l’Est, le Colonel T. P. Saïdou Sanou. Ceux-ci crient au scandale, l’autorité administrative s’explique.

C’est après avoir arpenté quelques artères de la ville de Fada N’Gourma que les marcheurs ont rallié le gouvernorat où les attendaient plusieurs autorités administratives. Ils ont été stoppés à l’entrée par un dispositif sécuritaire alors qu’ils désiraient tous y pénétrer pour remettre leur mémo.

Le gouverneur a laissé entendre qu’il était disposé à recevoir une délégation des manifestants, mais pas toute la foule. Malgré des pourparlers, une demi-heure durant, les deux parties n’ont trouvé aucun compromis. Une situation qui a suscité la colère des marcheurs, visiblement frustrés.
Le coordonnateur du mouvement « U Gulmu fi », Emmanuel Ouoba, y voit du mépris vis-à-vis de la foule. Mais, s’est-il exclamé, les manifestants ont démontré qu’ils sont « suffisamment disciplinés et consciencieux » pour prêter le flanc à toute provocation et, ainsi, remettre en cause le caractère pacifique de la marche.

Pour Adolph Tankoano, membre du mouvement « U Gulmu fi », c’est un spectacle désolant et triste de la part de l’autorité. « Nous avons acheminé une demande de manifestation. Mais le gouverneur ne nous a pas répondu clairement en disant qu’il ne pouvait recevoir qu’une délégation. Si c’était le cas, nous aurions pu prendre des dispositions», fulmine-t-il.

Pour Moussa Thiombiano dit Django, venu marcher, cela ne coutait rien au colonel Sanou de recevoir les manifestants et de prendre leur message pour le transmettre à qui de droit. Comme lui, l’ancien député, Ernest Thiombiano, s’est dit consterné par l’attitude de l’autorité.

Face aux multiples interprétations de la situation, le colonel Sanou a réagi : « Le gouvernorat n’est pas une voie publique. En matière de manifestation, ce n’est pas tout le cortège qui vient remettre le message. Le principe voudrait que ce soit une délégation filtrée par la police qui le fasse.

Dans la même catégorie