ANG Justiça/Ministério Público anuncia recuperão de 600 milhões de francos CFA do FUNPI ANG Covid-19/África do Sul detecta primeiros casos de variante indiana ANG Nigéria/Naufrágio de barco sobrecarregado provoca 30 mortos ANG Covid-19/ Guiné-Bissau pela segunda semana consecutiva sem registo de novos óbitos pelo novo coronavirus ANG Sociedade/Governo inicia assistência financeira às famílias vitimas de calamidades ocorridas em 2020 ANG Covid-19/”Disparidade chocante no acesso a vacina impede fim da pandemia”, diz OMS MAP Gabon/football : la PM appelle à un championnat national rénové à tous les plans GNA NCCE urges security agencies to uphold the 1992 Constitution GNA Road Safety is a collective and shared responsibility -MTTD GNA We pledge to remain committed to humanitarian missions- Red Cross Society

Marrakech : Immersion dans l’univers artistique d’Isabel Alonso Vega et Bence Magyarlaki


  27 Février      13        Arts & Cultures (1595),

   

Marrakech, 26/02/2021 (MAP)- La fondation « Montresso » présente actuellement, à Jardin Rouge à Marrakech, une exposition exceptionnelle d’œuvres singulières des artistes espagnole, Isabel Alonso Vega et hongrois, Bence Magyarlaki

Baptisée « Entre-deux corps », cette manifestation de haute facture, qui se poursuit jusqu’au 31 mars prochain, représente un projet des résidences des deux artistes au Maroc.

« Chacun des artistes interroge, de manière singulière, l’expérience de notre être au monde. Si l’être conscient est au monde par son corps, il l’est aussi par des pulsions et des affects », lit-on dans un communiqué de la fondation.

« Ce sont ces différents fragments que donnent à voir Isabel Alonso Vega et Bence Magyarlaki », souligne la même source.

A Jardin Rouge, Isabel Alonso Vega expérimente différents médiums et immortalise dans ses sculptures et ses dessins l’intangible, l’incertain. « Ses œuvres scrutent nos rapports à la peur et aux souffrances. Elles fonctionnent comme un piège à regard, ses figures sont des abstractions de la réalité. Elles sont les agrégats de lieux lumineux et étrangement beaux, de corps déliés et quelque peu effrayants… », relève le communiqué.

Et de poursuivre qu’au cours de sa première résidence au Maroc, Bence Magyarlaki s’est intéressé, lui, au rapport du corps et de l’architecture, en explorant la tension entre le confinement architectural et le corps matériel.

« Dans un processus intuitif d’unification du langage, l’artiste utilise la mémoire corporelle comme lieu de production », conclut la même source.

Dans la même catégorie