GNA COVID-19: GHS to source more vaccines GNA NYA develops programme framework to encourage youth volunteerism GNA Diasporan Africans in Canada donate to Street Academy APS CORONAVIRUS : 712 NOUVELLES CONTAMINATIONS ET 05 DÉCÈS ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Plus de 300.000 doses de vaccin Johnson-Johnson offertes à la RCA ACP Les ministres provinciaux de l’éducation invités à lutter contre les antivaleurs dans leurs entités ACP Sud-Kivu : 153 personnes touchées par la covid-19 en cette troisième vague ACP L’ambassadeur américain Mike Hammer visite le barrage d’Inga

MENDICITÉ DES ENFANTS : LA RADDHO RÉCLAME LE VOTE DE LA LOI SUR LES ‘’DAARA’’


  22 Janvier      21        Politique (17866),

   

Diourbel, 22 jan (APS) – Le vote de la loi sur les « daara » peut aider à éradiquer la mendicité dans les écoles coraniques, d’où la nécessité d’adopter le plus vite possible ce texte législatif, estime le coordonnateur régional de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) à Diourbel (centre), Malick Ciré Sy.

« Nous demandons au président de la République de faire voter la loi sur les ’daara’ », a dit M. Sy à la fin d’un atelier de la Raddho et du Comité départemental pour la protection des enfants de Diourbel.

L’atelier de deux jours était consacré à la protection des enfants et au programme gouvernemental de modernisation des « daara ».

La Raddho, selon son coordonnateur régional à Diourbel, souhaite que les députés votent le plus vite possible la loi sur la modernisation des écoles coraniques.

L’organisation de défense des droits de l’homme veut également que le chef de l’Etat use de son entregent pour faire voter rapidement la loi sur les « daara », afin qu’il puisse lui-même prendre les décrets d’application relatifs à ce texte législatif.

« C’est inadmissible, au 21e siècle, que l’on puisse continuer à faire mendier les enfants », a soutenu Malick Ciré Sy à la fin de l’atelier organisé avec le concours des organisations Anti-Slavery International et Tostan.

La loi sur les « daara » va aider à éradiquer la « mendicité forcée » des élèves des écoles coraniques et à améliorer leurs conditions de vie et d’apprentissage, espère-t-il.

Cette loi permettra aussi d’avoir « une cartographie des acteurs » de cette branche de l’éducation et de la « réglementer », selon M. Sy.

« La mendicité est certes une tradition, mais les choses évoluent et on espère, avec ces formations auxquelles prennent part les ’serigne daara’ (maîtres coraniques) et les inspecteurs en langue arabe, il y aura un changement des comportements », a-t-il ajouté.

La fin de la mendicité pourrait engendrer des pertes financières pour certains maîtres coraniques, mais des projets et programmes d’activités génératrices de revenus peuvent aider à combler le gap au profit de ces enseignants, espère le coordonnateur régional de la Raddho à Diourbel.

L’accès des élèves des écoles coraniques à l’état civil faisait partie des thèmes de l’atelier.

« La plupart des ’talibés’ (élèves de l’école coranique) ne détiennent pas une pièce d’état civil », a souligné Malick Ciré Sy.

La Raddho, de concert avec d’autres organisations et le tribunal de grande instance de Diourbel, va aider à déclarer les enfants concernés à l’état civil, selon M. Sy.

Certains intervenants ont proposé la création d’internats dans les « daara », pour un meilleur apprentissage des élèves.

Dans la même catégorie