MAP Le Rwanda adopte des mesures strictes pour contrer une troisième vague de Covid-19 MAP Le Niger et le Nigeria confrontés à une « crise nutritionnelle majeure » chez les enfants (MSF) MAP Elections en Ethiopie : fermeture des bureaux de vote (Conseil national électoral) MAP Rabat abrite l’exposition « Delacroix, souvenirs d’un voyage au Maroc », une première en Afrique et dans le monde arabe MAP La CAF veut rendre le football africain plus compétitif (Président) APS SÉNOBA : LES POPULATIONS DÉPLORENT LE MANQUE D’EAU ET D’ÉLECTRICITÉ GNA Infant jaundice: what public needs to know and do? GNA Kenyan MP commends Ghana’s COVID testing speed GNA World Refugee Day: Ghana’s refugee population stands at 14,000 GNA 94 per cent of children fear unemployment in future

« Mes personnages sont des femmes rondes, grandes.. », dixit Ballo Mamadou


  17 Octobre      51        Arts & Cultures (1647), Arts plastiques (42),

   

Porto-Novo, 17 Oct.2018  (ABP) – D’origine Ivoirienne, M. Ballo Mamadou est l’un des sculpteurs majeurs qui participe activement aux travaux de la résidence de création marquant les activités du Festival des arts de la rue d’Assouindé (Fara), dont la spécificité se focalise généralement sur le corps, la beauté et le geste de la femme héroïque.
« Couramment, mes personnages sont des femmes rondes et grandes. La femme pour moi, c’est la terre. Si on prend soin de la terre comme sa femme, il n’y aura pas beaucoup de problèmes dans le monde. Mère, sœur, épouse, la femme est mobilisatrice par rapport à l’homme. Parce qu’elle prend les décisions quand il le faut », a expliqué M. Ballo Mamadou, en vue de défendre ses créations artistiques.
S’inspirant de plusieurs femmes emblématiques ayant marqué l’histoire africaine, notamment, la reine Pokou, elle donne priorité aux parties intimistes du corps de la femme. Il s’agit concrètement, pour cet accro du modelage, de faire ressortir dans son travail, la beauté, le geste, les grosses fesses et les seins de la gente féminine.
Pour la résidence de création marquant les activités du Festival des arts de la rue d’Assouindé (Fara), ce sculpteur s’active à matérialiser une géante femme avec les mêmes caractéristiques qu’on lui connait à partir de matériaux tels que : Bouteilles en plastique, cartons, fil à coudre et une armature montée avec des barres de fer.
« C’est important de participer au Fara. Parce qu’on apprend beaucoup des autres. Le travail des autres peut parfois vous influencer dans vos créations », a-t-il précisé, avant de conclure que ceci est aussi en fait une sorte de transmission.
ABP/RAD/TIE

Dans la même catégorie