GNA Government addressing all outstanding border issues with neighboring countries- President GNA Peace Fund launched to support the National Peace Council ANP Décès à l’hôpital de référence de Niamey du PDG de la Nigérienne de l’automobile AGP Koubia-CIVID-19 : Lancement de la compagne de vaccination accélérée contre le covid-19 GNA Ministry of Finance publishes sustainable financing framework GNA Strengthening health security will help Ghana achieve Universal Health Coverage GNA AU signs MOU with Africa Leadership Foundation GNA NCCI to hold Africa Private Sector Summit Series two in Accra INFORPRESS Presidential elections on Sunday will be followed by 140 international observers – CNE INFORPRESS President of the Republic classifies Armenio Vieira as “example” and “source of inspiration” to look for “new things”

Niger : Commémoration du 30ème anniversaire de la Conférence Nationale Souveraine


  29 Juillet      29        Société (36312),

   

Niamey, 29 Juil (ANP)- Les activités commémoratives du 30ème anniversaire de la conférence nationale souveraine du Niger ont eu lieu, ce jeudi 29 juillet 2021 à Niamey, à travers plusieurs conférences débats en lien avec l’événement.

Des échanges enrichissants sur les enjeux et les perspectives de l’évolution du processus démocratique au Niger ont été enregistrés au sortir des conférences animées par, notamment, des acteurs de cette conférence nationale.

Dans son mot introductif, le président du comité d’organisation, M. Sanoussi Tambari Jackou s’est félicité de la tenue de cette activité commémorative tout en regrettant la faible participation des acteurs même de cette conférence à cet anniversaire.

M. Sanoussi Tambari Jackou s’est tout de même engagé à ‘’faire prévaloir les principes et les idéaux de cette conférence nationale’’.

C’est ainsi que M. Nouhou Arzika a axé son intervention sur ‘’l’historique de la conférence Nationale Souveraine : des événements à l’avènement’’.

Après avoir rappelé quelques faits marquants qui ont conduit à la conférence nationale, le conférencier a souligné que ‘’la marche historique du 09 février 1991 ainsi que les revendications syndicales pour le multipartisme ont été les principaux fers de lance de l’avènement de la conférence Nationale’’.

Le second conférencier, M. Sabo Seydou a, pour sa part, retracé le déroulé de la conférence Nationale Souveraine. Ainsi, a-t-il parlé de l’acceptation du principe de la conférence nationale ; des travaux de la commission préparatoire ; du déroulement de la conférence et de ses conclusions.

M. Sanoussi Tambari Jackou devait par la suite intervenir sur le Bilan de l’application des décisions de la conférence Nationale souveraine : volet économique.

Le dernier conférencier M. Kaka Doka a axé son intervention sur les acquis politiques et les perspectives.

Des séances de questions réponses ont suivi ces différentes interventions au cours desquelles des contributions ont été données par les uns et les autres.

Au sortir de son exposé, M. Nouhou Arzika, président du Mouvement pour la Promotion de la Citoyenneté Responsable (MPCR) a rappelé l’importance de cette rencontre conformément à la décision qui a érigé l’ouverture de la conférence nationale en journée nationale de la démocratie à partir de 2011.

Selon M. Nouhou Arzika, la conférence a pris des décisions importantes en ce sens qu’elle a engagé le Niger dans le processus démocratique multi partisan; garanti la liberté d’expressions (d’opinion, de presse) ; favorisé le rejet du Programme d’Ajustement Structurel (PAS) ainsi que plusieurs décisions politiques ; sociales et économiques.

Le président du MPCR a expliqué que la commémoration de cette journée est nécessaire et importante, et qu’il n’est pas normal que le gouvernement ne soit pas au premier plan de la commémoration de cette journée comme il le fait pour la fête de la république et de l’Indépendance.

Pour rappel, le 29 juillet 1991, près de 1200 délégués des forces vives du pays représentant des syndicats, des Scolaires, le secteur privé, le monde rural et les institutions de la République avaient pendant près de 100 jours établi un diagnostic des 30 ans de gestion du pays depuis son indépendance en 1960 et posé les jalons de la démocratisation.

Dans la même catégorie