MAP Quatre tueurs à gages abattus lors d’une fusillade à Durban (police) MAP Renforcement de la coopération entre le Sénégal et les États-Unis APS SENEGAL-DROGUES /40,3 Kg de cocaïne saisis à l’AIBD (Douanes) APS L’Afrique représente plus de la moitié des urgences sanitaires dans le monde (OMS) APS Louga : lancement d’une opération de plantation de 5000 arbres MAP Classement FIFA: Le Maroc au 14è rang mondial MAP Sénégal: Saisie de 40,3 Kg de cocaïne à l’aéroport de Dakar (Douanes) MAP Algérie : Amnesty déplore « la répression » exercée par les autorités contre  »la dissidence pacifique » MAP Les athlètes marocains participant aux JO commencent à affluer vers Paris MAP Guinée: Les autorités nient les arrestations de militants et demandent des enquêtes sur leur « enlèvement » présumé (communiqué)

Ogou/ valorisation du smig et du SMAG : le ministère de la fonction publique a echangé avec les employeurs des plateaux et de la centrale à Atakpamé


  15 Mars      876        Société (45924),

 

Atakpamé, 15 Mars (ATOP)- Le ministre de la fonction publique, du travail et du dialogue social, Gilbert Bawara a échangé le mardi, 14 mars à Atakpamé avec des employeurs des régions des plateaux et centrale sur la valorisation du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du salaire minimum agricole garanti (SMAG).
Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une tournée nationale d’informations et d’échanges entreprise par le ministère en charge du travail pour éclairer et édifier davantage les employeurs sur les nouvelles dispositions prises par le gouvernement pour offrir et garantir aux employés du secteur privé de bonnes conditions de travail et de vie. Il s’est agi de rendre compréhensible le SMIG et le SMAG afin de faciliter la mise en œuvre de cette mesure  à tous les niveaux d’activités.
Les échanges et débats ont touché tous les secteurs d’activités. Les discussions ont essentiellement porté sur les contraintes liées à l’application de cette nouvelle mesure, la gestion des revendications dans les entreprises et le délai de l’application. Des sujets portant sur la déclaration du personnel à la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et à l’assurance maladie ont été aussi abordés.
Le ministre Gilbert Bawara a fait comprendre qu’à travers cette rencontre, il est question de mieux expliquer le contenu et le sens de cette nouvelle mesure afin de dissiper les malentendues et les mauvaises interprétations. Le gouvernement veut à travers cette revalorisation permettre aux travailleurs du secteur privé de faire face à la cherté de la vie due à la pandémie du coronavirus et à la crise russo-ukrainienne. « La revalorisation ne doit ne doit pas occasionner la compression du personnel ni entrainer une diminution des activités des entreprises » a-t-il souligné.  Le dialogue et la concertation doivent prévaloir dans les entreprises afin d’avoir des travailleurs productifs et a exhorté les employeurs au bon sens et à la responsabilité.
La préoccupation du patronat est de recueillir et d’avoir une vue d’ensemble des inquiétudes et des difficultés des employeurs dans l’application du nouveau Smig en vue de leur trouver une solution idoine selon le président du Conseil National du Patronat, M. Laurent CoamiTamégnon.
Signalons que depuis le 1er janvier 2023 le SMIG et le SMAG sont passés de 35 000 à 52. 500 FCFA, soit 302,89 FCFA par heure.

Dans la même catégorie