ATOP RENFORCEMENT DES LIENS D’AMITIE ET DE COOPERATION ENTRE LA TURQUIE ET LE TOGO : UNE SERIE D’ACTIVITES AU MENU DE L’AGENDA DE LA PREMIERE DAME TURQUE AU TOGO ATOP DIPLOMATIE : LE PRESIDENT TURC RENFORCE SES RELATIONS D’AMITIE ET DE COOPERATION AVEC LES CHEFS D’ETATS DU TOGO, DU BURKINA FASO ET DU LIBERIA ANP Entretien à Djeddah entre le Secrétaire général de l’OCI et le Directeur général de l’UNA MAP Le 1er Sommet africain de la cybersécurité les 25 et 26 octobre au Togo ANP Les membres et personnel de la CENI en formation de renforcement de capacités à Dosso GNA NADMO Officials tour communities affected by floods in Ashanti GNA Social Welfare Girl’s Vocational Centre appeals for support to renovate burnt dormitory Inforpress Ministro garante que estátua de Ildo Lobo será erguida em Pedra de Lume com a retoma do turismo Inforpress Cabo Verde perto de atingir 80% da população com primeira dose da vacina contra a covid-19 Inforpress Procurador-Geral da República espera para breve a instalação do Campus da Justiça

ORGANISMES DE SURVEILLANCE : UN OFFICIEL DÉPLORE L’ABSENCE DE COORDINATION DANS L’ESPACE CEDEAO


  12 Juin      47        Economie (13397),

   

Dakar, 11 juin (APS) – Le secrétaire général du ministère du Développement industriel et de la Petite et Moyenne industrie, Adama
Baye Racine Ndiaye, a déploré mardi l’absence de coordination entre les organismes de surveillance du marché dans l’espace CEDEAO, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

« Les organismes de surveillance du marché ne disposent pas d’un cadre d’échanges d’informations rapides entre eux pour le traitement des cas
de non-conformité », a-t-il notamment indiqué.

Il s’exprimait ainsi à l’ouverture d’un atelier de validation des projets de documents relatifs à la procédure d’harmonisation des règlements techniques de la CEDEAO (ECOREG).

Selon lui, la pratique actuelle dans la surveillance du marché dans l’espace CEDEAO a d’autant plus besoin d’être améliorée que l’harmonisation des règlements techniques de la CEDEAO participe à la réalisation de l’intégration africaine.

A cet égard, il a rappelé que la mise en œuvre des règlements techniques au niveau de la CEDEAO incombe aux structures nationales en charge des contrôles officiels.

A ce sujet, le représentant résident de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), Christophe Yvetot, a regretté que malgré l’existence d’un « grand potentiel » de création d’emplois, la région africaine reste très tournée vers l’extérieur.

Selon lui, en dépit de la circulation des produits dans toute la sous-région, il est important pour son développement de dépasser des marchés qui sont « parfois un peu cloisonnés pour parvenir à une libre circulation des produits et augmenter le commerce intra-régional ».

« Donc, si on met en place l’harmonisation des réglementations techniques des produits, il y aura comme une sorte de visa qui leur permettra de circuler dans toute la région sans entrave », a estimé Yvetot.

Il a souligné la nécessité de « placer beaucoup d’attention sur la délivrance des visas et faire en sorte que ce soit les normes et les
réglementations techniques les plus exigeantes qui soient mises en place pour la protection des consommateurs ».

Le premier conseiller à la délégation de l’Union européenne au Sénégal, Clémens Schroeter, a rappelé que la mise en place d’une politique qualité « est bien l’affaire de tous ».

A ce propos, il a assuré que l’Union européenne poursuivra, aux côtés de tous les acteurs, son engagement à relever les nombreux défis d’un
développement industriel inclusif et durable, notamment ceux liés à la qualité et la protection des consommateurs.

’’C’est une condition indispensable pour la compétitivité et l’innovation, pour le progrès technique et technologique, afin que le
commerce et l’investissement fleurissent », a-t-il fait valoir, ajoutant que cela permet aux consommateurs de bénéficier des normes de
santé et de sécurité appropriées.

Dans la même catégorie