ATOP EDUCATION & DIGITAL : LA CAMPAGNE DE SENSIBILISATION A LA CITOYENNETE NUMERIQUE EN MILIEU SCOLAIRE LANCEE ATOP COVID-19/CAMPAGNE VACCINALE : LA DEUXIEME DOSE D’ASTRAZENECA DEMARRE LE 17 MAI PROCHAIN ATOP L’AÏD EL-FITR :LA TRADITIONNELLE GRANDE PRIERE DANS LES PREFECTURES ATOP KLOTO / CAMPAGNE DE REBOISEMENT: LES PAYSANS DE KALAKALA DONNENT LE COUP D’ENVOI AVEC 7000 PLANTS AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Ramadan 2021: Des conducteurs de tricycles exhortés à plus de responsabilité et de sécurité à Anyama AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un présumé voleur de téléphone portable appréhendé à Adzopé AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Ramadan 2021: Le député offre un concert aux populations de N’Douci AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le cyber Africa forum, en juin à Abidjan AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les examens blancs régionaux ont repris à Sinfra AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La mairie de Mankono en deuil

PLAIDOYER POUR UN CONSEIL PRÉSIDENTIEL SUR LE HANDICAP


  7 Avril      9        Société (31998),

   

Kaolack, 7 avr (APS) – La fédération sénégalaise des associations des personnes handicapées (FSAPH) a plaidé, mercredi, à Kaolack (centre), pour la tenue d’un conseil présidentiel sur le handicap pour résoudre les problèmes de cette couche de la population.

« Nous demandons un conseil présidentiel sur le handicap car les questions relatives aux personnes handicapées ne peuvent être adressées que si le président de la République donne à ses ministres des instructions », a soutenu le coordonnateur national de la FSAPH, Moussa Thiaré lors d’un point de presse.

Selon lui, « la loi d’orientation sociale concernant les personnes handicapées a pris dix ans depuis sa promulgation et jusqu’à présent les choses ne bougent pas ».

« Cette loi prévoit 15 textes réglementaires parmi lesquels seuls deux ont été pris visant trois dispositions. Il reste donc douze textes réglementaires à prendre », a déploré le coordonnateur national de la FSAPH.

« Le handicap est transversal, il concerne plusieurs ministères. C’est pourquoi, il est difficile jusqu’ici de prendre les textes réglementaires », a expliqué M. Thiaré.

« La seule alternative que nous trouvons, c’est que le chef de l’Etat puisse faire l’arbitre en l’absence d’un Premier ministre chargé d’assurer la coordination du gouvernement », a ajouté Moussa Thiaré.

Selon lui, « compte tenu de ce facteur transversal du handicap, seul le chef de l’Etat peut jouer le rôle d’arbitre et impulser la dynamique allant dans le sens de prendre tous les textes réglementaires nécessaires à l’application de la loi d’orientation sociale ».

Dans la même catégorie