MAP Basketball: la 4ème édition de la BAL le 24 mai à Kigali, avec la participation du FUS de Rabat ANP Morts dans des attaques à Tillaberi : Le front patriotique pour la souveraineté condamne fermement ces attaques MAP L’intégration économique, un pilier fondamental pour la promotion du développement en Afrique (M. Mezzour) ANP Le Ministre du Commerce et de l’Industrie visite plusieurs unités industrielles et commerciales de la Ville de Tahoua ANP Niamey : Le Président du CNSP reçoit l’Ambassadeur de Chine au Niger MAP Dakhla: Des ambassadeurs africains saluent la « crédibilité » et « l’audace » de l’Initiative Royale pour l’Atlantique Economie et finances / Société et Région MAP Le PAM appelle à une action urgente pour lutter contre l’insécurité alimentaire en Afrique australe MAP L’Angola cultive seulement 17% de ses terres arables (ministre) MAP Massacre de 2009 en Guinée: prison à vie requise contre l’ancien président Moussa Dadis Camara MAP Niger: sept soldats nigériens et « des dizaines » de terroristes tués près du Burkina Faso (officiel)

Présidentielle au Nigeria: Tinubu, Atiku, Obi… Les principaux candidats votent


  25 Février      41        Politique (25568),

 

Abuja, 25/02/2023 (MAP) – Bola Tinubu, Atiku Abubakar, Peter Obi… Les principaux candidats à la présidence de la République fédérale du Nigeria, ont voté samedi.

Les Nigérians ont commencé à voter samedi matin pour élire le prochain président de leur pays. La course à la présidence semble bel et bien serrée et marquée par plusieurs défis majeurs, avec la probabilité, pour la première fois depuis 1999, d’un deuxième tour, étant donné qu’outre deux candidats favoris, la popularité galopante d’un candidat outsider est venue bouleverser la campagne et le jeu politique, et le placer comme un troisième favori.

Plus de 87 millions d’électeurs sont appelés dans plus de 176.000 bureaux de vote à choisir un président parmi 18 candidats, dont une femme, ainsi que des députés et sénateurs. Environ 6 millions d’électeurs, sur près de 94 millions d’inscrits, n’ont pas retiré leur carte électorale et ne pourront donc pas voter.

Bola Tinubu, musulman âgé de 70 ans, est le candidat du parti au pouvoir, le Congrès des progressistes (APC).

L’ex-gouverneur de Lagos de 1999 à 2007, qui est surnommé le « parrain » vu son immense influence en politique, a voté à Lagos, où il a indiqué que « la démocratie est là pour rester » au Nigeria et qu’il est « trop confiant dans la victoire », ajoutant que le processus de vote se déroulait « en douceur » et « bien ».

Concernant la participation des électeurs, le candidat de l’APC a déclaré : « On s’y attendait, nous avons besoin d’une bonne participation et c’est l’adoption et l’engagement envers la démocratie et le processus démocratique qui doivent avoir lieu ».

A 76 ans, Atiku Abubakar, de religion musulmane, est le candidat du principal parti d’opposition, le Parti démocratique populaire (PDP). Fort de son expérience d’ancien vice-président du Nigeria de 1999 à 2007, « Atiku » – comme l’appellent les Nigérians – ne lâche pas prise et tente pour la sixième fois sa chance pour la présidence.

M. Abubakar a voté dans la zone de gouvernement local de Yola Nord, dans l’État d’Adamawa. Il a exprimé son optimisme et sa confiance dans le fait qu’il sortira vainqueur de l’élection présidentielle et succédera au président sortant Muhammadu Buhari qui ne se représente pas en vertu de la Constitution, après deux mandats consécutifs.

Ancien gouverneur de l’Etat d’Anambra (sud-est), Peter Obi, 61 ans, est le candidat du Parti travailliste (LP). Réputé pour son intégrité et sa saine gestion, M. Obi, chrétien, se présente comme le candidat du changement et du renouveau auprès des jeunes et des électeurs urbains.

Il a voté dans la zone de gouvernement local d’Anaocha, dans l’État d’Anambra, où il a souligné que le processus était « transparent ».

Ce scrutin est crucial pour le premier producteur de pétrole et la plus grande économie du continent africain. Le prochain président devra faire face à plusieurs défis dont la la lutte contre le terrorisme et l’insécurité, une crise économique aggravée au cours des derniers mois, des pénuries d’essence et de nouveaux billets de banque et un taux d’inflation à deux chiffres.

Pour remporter la présidentielle, un candidat doit obtenir le plus grand nombre de voix au niveau national et plus d’un quart des bulletins de vote dans au moins deux tiers des États du Nigeria, qui sont au nombre de 36.

Si aucun des candidats n’y parvient, il y aura un deuxième tour dans un délai de 21 jours entre les deux premiers candidats.

Généralement, le taux de participation aux élections est faible au Nigeria (33% en 2019), mais un pic de nouveaux inscrits sur les listes électorales (10 millions dont 76% à moins de 34 ans) pourrait changer la donne.

Des élections législatives et sénatoriales sont organisées le même jour. Les gouverneurs et les députés des assemblées locales de la plupart des 36 Etats qui composent la République fédérale du Nigeria seront élus le 11 mars.

Le vote est censé prendre fin à 14H30 (13H30 GMT). Les résultats doivent être annoncés dans les 14 jours suivant le scrutin.

Dans la même catégorie