AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’ONS rassure sur le bon déroulement des travaux de la pelouse du stade de Yamoussoukro AIP La CEI évalue le projet d’appui aux élections en Côte d’Ivoire avec ses partenaires AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La CEI, le PNUD et leurs partenaires évaluent le projet d’appui aux élections AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Centre de documentation et d’information de l’OMS inaugurée AIP Eliminatoires Mondial 2022/ La Côte d’Ivoire choisit le Bénin pour accueillir ses prochaines rencontres APS LE SÉNÉGAL VEUT AUGMENTER L’APPORT DE LA FILIÈRE SALINE À SA CROISSANCE ÉCONOMIQUE GNA Corporate governance critical for Africa’s future GNA GTA expectant of significant domestic tourism growth amidst COVID-19 GNA Speaker Bagbin launches second edition of Inter Schools Public Speaking Competition GNA Cancer patients urged not to lose hope in fighting the disease

PROMOTION DES DROITS DES ENFANTS ET JEUNES HANDICAPES AU TOGO : LES RESULTATS DE L’ETUDE SUR LES INEGALITES DE GENRE EN LIEN AVEC LE HANDICAP DISSEMINES


  26 Juin      57        Droits de l'Homme (478), Société (35777),

   

Lomé, 26 juin (ATOP) – Les résultats de l’étude sur les inégalités de genre en lien avec le handicap ont été disséminés aux acteurs clés de développement lors d’un atelier organisé par Plan international Togo, le mardi 25 juin à Lomé.

Cet atelier de dissémination a pour objectif de contribuer à une large diffusion de cette enquête commanditée par Plan international et menée au cours des années 2015 et 2016 sous la conduite des chercheurs du Trinity College de Dublin/Irlande et de l’Université du Bénin (Actuelle Université de Lomé). Les résultats permettront d’orienter les interventions de cette organisation internationale dans le cadre de la promotion des droits des enfants et jeunes handicapés au Togo.
Plan international travaille de façon particulière sur les questions d’inclusion. A ce titre, elle accorde une importance particulière aux enfants et parmi ceux-ci les enfants vulnérables et parmi ces enfants vulnérables les enfants handicapés et parmi ces enfants les filles et surtout les filles handicapées qui souffrent encore de problème de discrimination. Dans ses zones d’intervention, cette organisation internationale s’est rendue compte qu’il y a beaucoup plus de garçons handicapés déclarés que de filles handicapées. « La participation aux activités Réadaptation à base communautaire (RBC) est de 11% pour les filles handicapées contre 20% pour les garçons handicapés », relève les enquêteurs. Cette organisation a essayé de rechercher les causes structurelles de ce décalage de chiffre entre le nombre de filles handicapées et celui des garçons handicapés. Elle s’est posée la question de savoir s’il y a des éléments liés aux normes et aux pratiques dans les communautés qui fait qu’il y a un plus bas niveau de filles handicapées. C’est pour apprécier ces éléments que cette organisation a commandité cette étude qui fort heureusement rassure qu’il n’y a pas de raison majeure qui justifie cette différence et qui s’observe partout ailleurs dans le monde où de façon générale il y a plus de garçons handicapés que de filles handicapées. Au-delà de cette assurance, cette enquête a permis également à Plan international Togo de comprendre davantage comment est-ce-que les filles souffrent de stigmatisation liée à leur état beaucoup plus que les garçons. Partant des conclusions de cette étude, cette organisation entend renforcer les actions de plaidoyer pour que ces filles et garçons puissent avoir droit à la santé, à l’éducation et à la protection au même titre que les enfants non handicapés.
Les débats ont permis aux participants de poser des questions d’éclaircissement, d’apporter leurs observations et contributions pour l’amélioration du document et de formuler des recommandations à l’endroit des différents acteurs.
Le directeur des Subventions à Plan international Togo, Kinvi Adodo Amoussou a, au nom du représentant-résident, remercié les chercheurs pour la qualité de leur rapport. Il a souligné que l’égalité de genre et l’inclusion des filles et des garçons sont au cœur des interventions de son organisation qui entend se référer aux conclusions et recommandations de cette étude pour la conception de politiques et programmes potentiels en guise de réponses.
Le directeur général de l’Action sociale, Kodjo Sivah Agbonon a déclaré que le gouvernement dans son rôle régalien est en train de prendre des textes pour favoriser la promotion et la protection des droits des personnes handicapées. Il a souligné que des concertations sont en cours entre tous les acteurs afin de conformer les textes élaborés en 2008 avec la convention sur les droits de personnes handicapées ratifiée par le Togo pour une meilleure protection de ces personnes. M. Agbonon a rappelé que le problème des personnes handicapées étant une question intersectorielle, il existe au niveau des ministères des structures qui s’en occupent à l’instar du CNAO pour le ministère de la Santé et du Plan sectoriel de l’éducation (PSE) qui met l’accent sur l’inclusion. Il a fait savoir que le Code pénal pénalise aussi la discrimination des personnes y compris celles handicapées. A en croire, le directeur de l’Action sociale le gouvernement est entrain de penser à un arrêté pour octroyer des bourses aux enfants et jeunes handicapés afin de leur permettre de poursuivre sereinement leurs études.

ATOP/MEK

Dans la même catégorie