MAP Basketball: la 4ème édition de la BAL le 24 mai à Kigali, avec la participation du FUS de Rabat ANP Morts dans des attaques à Tillaberi : Le front patriotique pour la souveraineté condamne fermement ces attaques MAP L’intégration économique, un pilier fondamental pour la promotion du développement en Afrique (M. Mezzour) ANP Le Ministre du Commerce et de l’Industrie visite plusieurs unités industrielles et commerciales de la Ville de Tahoua ANP Niamey : Le Président du CNSP reçoit l’Ambassadeur de Chine au Niger MAP Dakhla: Des ambassadeurs africains saluent la « crédibilité » et « l’audace » de l’Initiative Royale pour l’Atlantique Economie et finances / Société et Région MAP Le PAM appelle à une action urgente pour lutter contre l’insécurité alimentaire en Afrique australe MAP L’Angola cultive seulement 17% de ses terres arables (ministre) MAP Massacre de 2009 en Guinée: prison à vie requise contre l’ancien président Moussa Dadis Camara MAP Niger: sept soldats nigériens et « des dizaines » de terroristes tués près du Burkina Faso (officiel)

Rebond de la croissance économique en Afrique subsaharienne (rapport)


  15 Avril      12        Economie (21244),

 

Johannesburg,15/04/2024 -(MAP)- La croissance économique en Afrique subsaharienne connaît un rebond encourageant, portée par l’augmentation de la consommation et la baisse de l’inflation, mais cette reprise reste fragile, révèle le dernier rapport «Africa’s Pulse» de la Banque mondiale.

Plusieurs facteurs contribuent à cette fragilité, tels que les incertitudes liées à la conjoncture économique mondiale, le fardeau croissant du service de la dette, les catastrophes naturelles récurrentes et l’escalade des conflits et des violences, souligne le rapport.

La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance à 3,4 % en 2024 et 3,8 % en 2025, comparativement à un taux de 2,6 % en 2023. Malgré cette perspective positive, la situation demeure précaire, car l’inflation, bien que en recul dans la plupart des économies de la région, reste élevée par rapport aux niveaux pré-pandémiques, précise-t-on.

«Même si la croissance de la dette publique ralentit, de nombreux gouvernements africains font face à des problèmes de liquidités extérieures et à un endettement insoutenable», relève le document.

Malgré ces prévisions de croissance, le rythme de l’expansion économique régionale demeure en deçà des taux enregistrés précédemment et ne suffit pas à avoir un impact significatif sur la réduction de la pauvreté, explique la même source, arguant que les inégalités structurelles entravent l’efficacité de la croissance économique dans la lutte contre la pauvreté en Afrique subsaharienne, avec un impact moindre par rapport à d’autres régions.

«Des politiques transformatrices sont nécessaires pour réduire efficacement la pauvreté», déclare à ce propos Andrew Dabalen, économiste en chef de la BM pour l’Afrique, mettant en avant la nécessité d’actions visant à renforcer les capacités productives du secteur privé pour créer des emplois de qualité et en nombre suffisant pour tous les segments de la société.

L’expert a de même souligné la diminution des ressources extérieures disponibles pour les États africains, ainsi que leur renchérissement depuis la pandémie du Covid-19, mettant en cause les tensions géopolitiques et l’instabilité politique qui pèsent lourdement sur l’activité économique.

Dans la même catégorie