APS LA LIGUE PROFESSIONNELLE APPELLE AU FAIR-PLAY POUR FINIR LA SAISON EN BEAUTÉ (COMMUNIQUÉ) GNA NDPC holds stakeholders engagement to improve food nutrition systems GNA Help save the forestry industry – Forestry Association cries GNA CHAG launches six months revolving fund for member facilities AIB Burkina : Un forum pour accompagner les collectivités territoriales AIB Burkina : Le gouvernement veut assainir les exploitants de la filière cinéma APS VERS UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR L’ENRÔLEMENT DES DEMANDEURS D’EMPLOI APS OIGNON : A POTOU, COMMERÇANTS ET PRODUCTEURS DÉNONCENT UNE « CONCURRENCE DÉLOYALE’’ DE L’AGROBUSINESS APS DAKAR DEM DIKK : VERS DES PARTENARIATS AVEC DES FOURNISSEURS EUROPÉENS APS MACKY SALL : ‘’LE DATA CENTER DE DIAMNIADIO EST UNE GRANDE RÉVOLUTION POUR NOTRE SOUVERAINETÉ DIGITALE’’

Rencontre entre le Président Mohamed Bazoum et les responsables syndicaux du secteur de l’éducation : Redorer le blason de l’Ecole nigérienne !


  10 Mai      11        Politique (17401),

   

Niamey, 10 Mai (ANP) – Le Président de la République Mohamed Bazoum a rencontré, ce lundi 10 Mai 2021 au Palais de la Présidence, les responsables syndicaux du secteur de l’éducation au Niger.

Cette rencontre fait suite à la cérémonie de lancement de la Politique Educative du Président de la République et s’inscrit dans le cadre de la poursuite des réflexions entamées sur la problématique de l’éducation nationale au Niger.

L’objectif visé, a expliqué le Président Mohamed Bazoum à l’entame de la rencontre, est de réitérer aux responsables syndicaux le message qui consiste à faire en  sorte qu’ensemble tous les acteurs de l’Ecole nigérienne prennent la mesure des défis du système éducatif afin de travailler à y remédier.

Après avoir rappelé que lors de la présentation de la Politique Educative, il a été bien brossé la situation actuelle de l’Ecole nigérienne, ainsi que les différentes actions à entreprendre dans les différents domaines identifiés, le Chef de l’Etat a regretté que « toutes les évaluations qui ont été faites et qui sont à caractère comparatif des systèmes d’éducation dans des pays qui ont en partage la langue française et qui sont dans un environnement socioculturel comme le nôtre, aient démontré que notre système a le plus de faiblesses ».

Selon le Président Mohamed Bazoum cette situation est le fait que « nous avons un système où nous entretenons pendant longtemps des élèves en les privant de toutes chances d’avoir une autre opportunité d’apprentissage et qui sortent, après leur séjour à l’école, sans avoir rien acquis » .

Par conséquent, le Chef de l’Etat s’est-il engagé à ne pas laisser cette situation perdurer « parce que nous dépensons beaucoup de moyens pour un rendement totalement aléatoire, un rendement improbable tout simple », s’est-il indigné, avant de relever que « cette situation doit finir, il faut que nous créons les conditions qui nous permettent d’avoir une école qui est en mesure de former les jeunes, de donner les résultats escomptés du niveau des investissements qui sont réalisés ».

Selon lui, « l’enjeu est comment faire en sorte que les acquisitions qui sont réalisées (soient sauvegardées), que les enfants restent longtemps à l’école et aptes, à la fin, à apprendre un  métier ou à faire des études longues pour servir des cadres pour notre pays ».

Pour y arriver, le Chef de l’Etat a demandé à l’ensemble des acteurs d’être à la hauteur des ambitions du Gouvernement en accompagnant toutes réformes dont les grandes idées ont été exposées lors du lancement de la Politique Educative.

Le Président de la République a ensuite présenté les différentes idées qui seront passées en revue, point par point, au cours de cette rencontre et qui concernent, entre autres, l’accroissement des capacités d’accueil des établissements scolaires et des centres de formation professionnelle ; la scolarisation de la jeune fille ; la carte scolaire ; le développement du capital humain, etc.

Au sortir de la rencontre, l’ensemble des responsables syndicaux interviewés ont apprécié l’initiative du Président de la République à travers cette rencontre qui a porté sur les préoccupations de l’école publique nigérienne.

« Le Président de la République a pris beaucoup d’engagements, et a renvoyé les syndicats dans un autre cadre de discussions avec les Ministères en charge de l’éducation pour poursuivre ces débats et trouver des voies et moyens pour que les conditions des enseignants puissent être améliorées à travers beaucoup d’autres actions qui seront menées », a commenté M. Mounkaila Halidou, Secrétaire Général du Syndicat National des Agents Contractuels et Fonctionnaires de l’Education de Base (SYNACEB).

Quant au Secrétaire Général du Syndicat National des Enseignants du Niger (SNEN), M. Issoufou  Arzika, il a déclaré que « le Président de la République a même devancé les syndicats sur des sujets qui allaient irriguer leurs interventions dans les medias. Et c’est pourquoi, l’ensemble des syndicats qui étaient ici sont d’accord pour accompagner le Président de la République dans cette initiative ».

Dans la même catégorie