AIB Nahouri : Les populations de Guelwongo réparent la route principale qui traverse le village AIB Nahouri/Commune de Ziou : Les populations de Toungou réalisent un ouvrage de franchissement de 75 mètres MAP Sous l’impulsion Royale, l’Afrique peut se prévaloir d’une « chaîne de savants et oulémas » fédératrice (ex-ministre-conseiller auprès de la Présidence sénégalaise) MAP Afrique du Sud : Alerte à la bombe dans un tribunal (police) AIP REVUE DE PRESSE: La lutte contre le désordre urbain à Abidjan et les préparatifs des festivités du 64e anniversaire de la Côte d’Ivoire en Une AIP « Il faut que les lignes bougent », lance Nassénéba Touré aux femmes du district du Goh-Djiboua ANP La Secrétaire générale Adjointe des Nations Unies sera au Niger du 24 au 25 juillet ACI Congo/Justice: Six cadres de la santé présentés à la justice pour détournement de fonds à Dolisie MAP Monrovia : Participation du Maroc à la RHN des ministres des Affaires étrangères, des Finances et de la Défense de l’UFM MAP L’intégration continentale et régionale, une nécessité pour les pays africains (Lourenço)

Réunion à Rabat des membres du Programme de l’OMS pour la pharmacovigilance internationale et leurs partenaires en Afrique


  2 Mars      101        Santé (15604),

 

Rabat, 02/03/2023 (MAP)- Les travaux de la 1ère Réunion des membres du Programme de l’OMS pour la pharmacovigilance internationale (PIDM) et leurs partenaires en Afrique ont débuté, jeudi à Rabat, avec la participation de plus de 150 experts en pharmacovigilance provenant d’une cinquantaine de pays d’Afrique.

Organisée à l’initiative du Centre Antipoison et de Pharmacovigilance du Maroc (CAPM) et de l’OMS, cette manifestation de trois jours a pour objectif de partager les efforts déployés par les partenaires clés pour soutenir l’Afrique dans le renforcement de la pharmacovigilance, et de tisser des ponts entre les partenaires pour pouvoir collaborer, rationaliser et démultiplier les efforts réalisés pour un renforcement efficace et durable du système de la pharmacovigilance en Afrique.

C’est aussi une opportunité d’exposer les différentes approches, méthodes et outils innovants proposés par les partenaires clés pendant la pandémie du Covid-19 pour renforcer les systèmes de pharmacovigilance et leur impact et mise en place dans la pharmacovigilance de routine.

S’exprimant à l’ouverture de cette Réunion, en présence du ministre la Santé et de la Protection Sociale Khalid Ait Taleb, la directrice du CAPM, Rachida Slimani Ben Cheikh, a souligné que la Pharmacovigilance en Afrique est bien plus qu’une procédure réglementaire et doit être inscrite comme une discipline de santé publique au service du citoyen et de la communauté toute entière, ajoutant qu’elle doit s’aligner avec les normes et les procédures internationales en la matière mais surtout se définir par rapport à ses spécificités pour être en adéquation avec ses ressources et en accord avec les attentes de ses professionnels de santé et ses patients.

Elle a affirmé que le Centre anti poison et de pharmacovigilance du Maroc, Centre collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé pour le renforcement des pratiques de pharmacovigilance, reste à la disposition de tous les collègues africains pour partager mais surtout pour « mutualiser nos expériences respectives pour un partenariat durable avec le support de l’OMS et de tous les partenaires ».

De son côté, la représentante de l’OMS au Maroc, Maryam Bidgeli, a fait savoir que cette Réunion, qui se penchera sur les enseignements tirés du Covid-19, les approches innovantes, la dépendance et le partage du travail et le cadre réglementaire axé sur l’Afrique, entend mutualiser les efforts afin d’atténuer de manière optimale les événements indésirables futurs et renforcer les systèmes de pharmacovigilance en Afrique de manière équitable et durable.

Compte tenu des efforts considérables déployés par les pays et les principaux partenaires de l’Organisation, les expériences et apprentissages collectifs méritent d’être reconnus et partagés pour tirer parti des avantages générés pendant la pandémie du Covid-19, a-t-elle souligné, notant que les recommandations de la Réunion seront utilisées pour définir la future stratégie et le développement de la Pharmacovigilance, non seulement en Afrique mais aussi à l’échelle mondiale.

Les différentes conférences et ateliers de travail de cette Réunion s’articuleront autour de plusieurs axes, dont le programme stratégique de l’OMS en Pharmacovigilance pour l’Afrique, la mise au point de la Pharmacovigilance dans la région africaine, les approches innovantes pour la formation de la Pharmacovigilance en Afrique, les besoins en Pharmacovigilance dans le Continent, le cadre réglementaire pour l’Afrique, et la confiance et le travail partagés pour une Pharmacovigilance en Afrique.

Les participants représentent les centres nationaux de la Pharmacovigilance et les Programmes nationaux d’immunisation en Afrique, l’OMS (Genève, AFRO, EMRO, et les bureaux de pays de l’OMS concernés) ainsi que les centres collaborateurs de l’OMS pour le renforcement des pratiques de pharmacovigilance.

Dans la même catégorie