MAP Le Maroc dispose du dossier le plus solide pour l’organisation de la CAN-2025 (agence de presse) APS Ziarra Omarienne: Des centaines de fidèles ont participé à la cérémonie officielle APS Babacar Diop annonce sa candidature à la présidentielle de 2024 AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Mode : le sénégalais Mathydy s’installe à Abidjan MAP Tropicale Amissa Bongo: L’Ambassadeur de SM le Roi au Gabon rencontre l’équipe nationale de cyclisme MAP Cyclisme: Le Français Geoffrey Soupe champion de la 16è Tropicale Amissa Bongo AIP Côte d’Ivoire-AIP/Le Québec annonce son appui à la formation et l’insertion des jeunes ivoiriens AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Inauguration du premier bureau régional du ministère de la Réconciliation et de la Cohésion nationale AIP AIP/ La COP-FEA encourage la consolidation de la paix entre la Côte d’Ivoire et le Mali APS Les communes de Kaffrine et Ngniby scellent une convention de financement avec le ministère de la Culture

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  26 Novembre      11        revue de presse (565),

   

Dakar, 26/11/2022 (MAP)- La presse africaine évoque, samedi, plusieurs sujets d’actualité, notamment la victoire des Lions de la Teranga contre le Qatar au titre de la deuxième journée de la Coupe du monde 2022, l’affaire de trafics de passeports diplomatiques au Sénégal, la 7e réunion des directeurs généraux des douanes des pays membres de la Cedeao, tenue à Abidjan, la crise économique au Nigeria et l’exercice amphibie des militaires gabonais et français.

Les journaux s’intéressent aussi à la demande d’autorisation déposée par Total Energies auprès des autorités sud-africaines pour forer cinq puits de pétrole ou de gaz au Sud du pays, au rôle de l’Éthiopie dans le maintien de la paix dans le monde et aux décès dus aux effets secondaires de la cuisson au kérosène et au bois de chauffage au Kenya.

Au Sénégal, les parutions de ce samedi restent sportives avec la victoire des +Lions+ de la Teranga contre le Qatar, par 3-1 pour la deuxième journée de la Coupe du monde 2022, après une défaite face aux Pays-Bas (0-2).

« Des Lions conquérants’’, titre « En Quête’’ selon qui « les Lions ont répondu présent hier et se sont offerts une finale contre l’Equateur ».

« Les réactions vont de tout bord poussant le coach Saliou Beau Touré à dire que +Aliou Cissé, sélectionneur national, ses choix offensifs lui ont donné raison+ avec l’entrée en lice de Iliman Ndiaye qui a illuminé le jeu des Lions’’, relate le journal.

Le journal « Le Quotidien’’ présente « Les Lions à plein gaz !’’, victorieux du Qatar (3-1) avec le sacre de son premier buteur Boulaye Dia comme +l’homme du match+.  Ainsi, « le Sénégal s’offre une finale contre l’Equateur. A ce propos, le sélectionneur Aliou Cissé appelle à la +concentration et à la détermination pour battre l’Equateur+’’, ajoute le média.

Pour « Le Soleil’, ‘’Les Lions se donnent de l’air’’. « Dans l’obligation de gagner pour espérer se qualifier au second tour, les protégés d’Aliou Cissé ont su tirer leur épingle du jeu et s’offrent +une finale, mardi prochain, contre l’Equateur qui a partagé les points avec les Pays-Bas (1-1)’’ , relève le quotidien national.

« Les +Lions+ se relancent à la manchette de « Sud Quotidien’’ qui rapporte les réactions du capitaine de l’équipe nationale sénégalaise Kalidou Koulibalye : +On devait absolument gagner, on était un peu dos au mur+, Aliou Cissé exhorte à la +concentration et la détermination pour faire la différence face à l’Equateur+ car, les Lions sont en route vers leur finale du groupe’’.

Toujours sur ce match Qatar-Sénégal pour le compte de la deuxième journée des +Lions+, ‘’Walf Quotidien’’ plus ironique à sa Une écrit:+Les Lions restent en vie’’ après avoir battu le Qatar.

‘’Libération’’ se réjouit des ‘’3 buts pour l’Afrique’’. ‘’En battant hier le Qatar (3-1), le pays organisateur de la Coupe du monde 2022, le Sénégal offre au continent sa première victoire et prépare une +finale+ face à l’Equateur+’’, commente la parution.

Même son de cloche à la première page de ‘’Tribune’’ qui écrit que ‘’le Sénégal arrache la 1ère victoire africaine’’ lors de cette deuxième journée des +Lions+.

Autre sujet évoqué par les publications demeure l’affaire de trafics de passeports diplomatiques, qui impliquerait des députés de la 13ème législature et d’autres agents du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. ‘’Mauvais temps pour les militaires’’,  titre le journal ‘’Bes Bi Le Jour’’, qui annonce un an de prison ferme pour les deux gendarmes du Palais de la République et des Affaires étrangères.

Dans le même temps sur l’affaire des deux militaires portés disparus depuis samedi dernier, « Le Réveil Journal’’ note à sa Une que « le mystère de la disparition de l’Adjudant-chef Didier Badji s’épaissit’’. Selon le quotidien, ‘’le corps sans vie du sergent Fulbert Sambou peut être bel et bien autopsié. Leurs parents se réunissent samedi pour une déclaration alors qu’un silence est toujours observé du côté du gouvernement’’.

 

Au Gabon, « GabonActu » écrit que 140 militaires gabonais et 300 militaires français ont appris des nouvelles tactiques de ripostes contre la piraterie maritime lors d’un exercice amphibie organisé dans la région d’Omboué vers Port-Gentil  du 21 au 24 novembre dernier.

L’exercice a été proposé et planifié par l’Etat major général des forces armées gabonaises (EMGFA), ajoute la même source, notant que les militaires français et de la marine française ont apporté leur expertise. Ils ont notamment mis à contribution le Porte hélicoptère amphibie (PHA) Tonnerre, un navire de guerre de la marine française.

Les soldats engagés dans l’exercice ont reçu la visite du général François-Xavier Mabin, commandant les Eléments français au Gabon et du général de division Jean Martin Ossima Ndong, chef d’état-major général des forces armées gabonaises, poursuit-on.

Les deux généraux ont pu inspecter les importants moyens déployés : 140 militaires gabonais et 14 véhicules qui avaient embarqué à bord du PHA Tonnerre et qui ont débarqué à Port-Gentil, 300 militaires français embarqués à bord du PHA Tonnerre, ainsi que les hélicoptères de manœuvre français et gabonais engagés dans la manœuvre, précise le journal.

En Côte d’Ivoire, ’’Fraternité Matin’’ rapporte qu’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, a abrité jeudi, la 7e réunion des Directeurs généraux des douanes des pays membres de la Cedeao, et de la République islamique de Mauritanie sur l’état de l’Union douanière de la Cedeao.

Les travaux ont été l’occasion de passer « en revue un large éventail de questions relatives à la mise en œuvre de la nouvelle version du tarif, dont le rapport et les recommandations issues de la 5e réunion technique du Comité conjoint Cedeao / Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) pour la gestion de l’Union douanière de la Cedeao », écrit l’auteur de l’article.

Les participants ont également planché sur l’état d’exécution des recommandations de la 6e réunion des Directeurs généraux des douanes de la région Cedeao, la recatégorisation des produits contenus dans le Tec Cedeao, l’état des lieux de la mise en œuvre du projet pilote relatif à la mise en œuvre de l’Acte additionnel sur la coopération douanière et l’assistance mutuelle, le point sur la mise en œuvre du Système interconnecté de gestion des marchandises en transit (Sigmat), et enfin une présentation sur le projet de plan stratégique 2022-2025 de l’Union douanière de la Cedeao, précise-t-on.

Au Nigeria, « The Guardian » écrit que les défis économiques actuels, tels qu’ils se reflètent dans l’environnement des affaires et la hausse de l’inflation, qui est encore aggravée par la faible production de pétrole au cours des trois derniers mois, ont miné l’économie du Nigeria.

Les chiffres officiels montrent que le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 2,25 % en glissement annuel au troisième trimestre 2022, marquant la croissance la plus lente depuis la pandémie de Covid-19, indique le journal.

Selon le dernier rapport sur le PIB publié par le Bureau national des statistiques (NBS), cette faible croissance est attribuable aux effets de base de la récession et aux conditions économiques difficiles qui ont entravé les activités productives, fait savoir le média.

Citant des analystes, le quotidien fait observer que le plus gros frein à l’économie provient d’une baisse de l’extraction de pétrole et de gaz, due aux réparations des plateformes, à l’insécurité et au sabotage.

Certains sont même d’avis que le pays pourrait se diriger vers une nouvelle récession si les difficultés ne s’atténuent pas, poursuit la publication, ajoutant que le taux de croissance au troisième trimestre 2022 a diminué de 1,78 % par rapport au taux de 4,03% enregistré au troisième trimestre 2021 et de 1,29% par rapport au taux de 3,54% au deuxième trimestre 2022.

En Afrique du Sud, « City Press » indique que le géant français de l’énergie TotalEnergies s’apprête à déposer sa dernière demande d’autorisation pour forer jusqu’à cinq puits de pétrole ou de gaz au Sud du pays.

Cependant, ajoute le média, le projet prévu entre la ville du Cap et Cap Agulhas a suscité les critiques de plusieurs groupes environnementaux qui ont pointé du doigt son impact nocif sur les côtes sud du pays.

La publication précise que la multinationale a expliqué que ce projet fait partie de la transition énergétique de l’Afrique du Sud et de sa stratégie visant à réduire sa dépendance vis-à-vis du charbon.

Pour sa part, « The Citizen » revient sur le fléau de la corruption qui gangrène le pays, soulignant que la police a procédé récemment à plusieurs arrestations de responsables municipaux dans les provinces de Mpumalanga, le Limpopo et l’État libre.

Il précise que le Département d’enquête sur les crimes prioritaires (Hawks) ont accéléré leur rythme en matière de lutte contre la corruption, notamment au niveau des collectivités territoriales.

À cet égard, le journal rappelle qu’en août dernier, les Hawks ont annoncé qu’ils sont en train d’enquêter sur un total de 22.000 cas de fraude d’une valeur de 1,5 billion de rands (près de 90 milliards de dollars).

Au Kenya, Daily Nation écrit qu’il est inacceptable que 23.000 Kényans meurent chaque année des effets secondaires de la cuisson au kérosène, au bois de chauffage et aux déchets agricoles, estimant que ces décès peuvent être facilement évités en facilitant l’accès à des combustibles de cuisson propres et abordables.

Certaines des personnes qui utilisent encore ces sources d’énergie « primitives » souffrent également de pathologies graves telles que les maladies cardiaques, souligne le journal, relevant que l’exposition continue des personnes à ces feux de cuisine potentiellement mortels, à une époque où le monde est depuis longtemps passé à une énergie plus propre, est “une atteinte à leur dignité humaine”.

Il est en effet regrettable que de nombreux Kényans utilisent encore du bois de chauffage et des pierres de cuisson traditionnelles au XXIe siècle, note l’éditorialiste, appelant les autorités à les aider à adopter des alternatives énergétiques plus propres.

L’électricité et le gaz sont, à long terme, moins chers, plus sûrs et plus pratiques à utiliser, fait-il observer, indiquant que cela nécessite des interventions gouvernementales telles que l’accélération des importations de gaz, l’exonération des taxes et l’octroi d’incitations à la production.

Il s’agit également d’exploiter la technologie solaire, ajoute la publication, notant que le gouvernement devrait sensibiliser le public sur la nécessité d’une énergie propre et subventionner l’installation et le coût des panneaux solaires et autres équipements.

Ces mesures doivent être déployées pour sauver des vies et prévenir les maladies causées par les combustibles de cuisson sales, conclut l’auteur de l’article.

 

En Éthiopie, «The Ethiopian Herald» revient dans son éditorial sur le rôle actif» du pays dans le maintien de la paix dans le monde à travers sa participation aux différentes missions internationales de maintien de la paix.

«Le conflit de deux années dans le nord de l’Ethiopie a fait des milliers de morts, causé des dizaines de milliers de déplacés et détruit d’énormes biens, ce qui a entaché la réputation du pays qui est, par ailleurs, connu pour son rôle actif dans le maintien de la paix et la résolution des conflits par des moyens pacifiques», souligne l’éditorialiste.

Oeuvrant pour la cessation actuelle des hostilités, le gouvernement et tous les partenaires devront déployer des efforts pour renouveler l’image du pays en tant que bon partenaire de la communauté internationale dans le maintien de la paix et la résolution des conflits, relève l’éditorialiste.

« Contrairement au récent conflit survenu dans le nord du pays, le nom de l’Éthiopie est davantage associé à sa bienveillance et à son engagement à assurer la paix dans les régions du monde en proie à des conflits. Depuis le début des années 1960, l’Ethiopie participe activement aux missions internationales de maintien de la paix. Parmi les pays où le pays a déployé ses contingents de maintien de la paix figurent la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda, le Burundi, le Libéria, le Darfour et Abiyei du Soudan», note le commentateur.

En tant qu’atout pour la participation significative du pays aux opérations internationales de maintien de la paix, le gouvernement a institutionnalisé sa contingence de maintien de la paix, le ministère de la Défense ayant créé un centre de maintien de la paix qui abrite un institut international de formation au soutien de la paix, ajoute l’éditorialiste.

Dans la même catégorie