MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  28 Novembre      21        revue de presse (625),

 

Dakar, 28/11/2022 (MAP) – Plusieurs sujets d’actualité font la Une de la presse africaine de ce lundi qui aborde notamment le dernier match de poules des Lions de la teranga au Mondial du Qatar, le retour en Côte d’Ivoire de Charles Blé Goudé, ancien responsable politique proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, les journées scientifiques au Gabon, l’interdiction de l’exportation d’or brut et de pierres précieuses au Nigeria, la violence à l’égard des femmes en Afrique du sud, l’annulation d’un appel d’offres pour un tronçon de la route Mau Mau de 540 km et l’exercice conjoint des forces de maintien de la paix éthiopiennes et djiboutiennes de l’ATMIS.

Au Sénégal, le dernier match de poules des Lions de la teranga comptant pour la Coupe du monde de football Qatar 2022, compte parmi les sujets les plus commentés par la presse quotidienne.

 »Les Lions gonflés à bloc », avant de rencontrer l’Equateur, leur dernier adversaire de poule, après un revers contre les Pays-Bas et une victoire face au Qatar, le pays organisateur, lors des deux premières journées, rapporte le quotidien « Le Soleil ».

‘’Après s’être offert un sursis, les Lions jouent leur qualification pour le second tour contre la Tri », l’équipe de l’Equateur. Tout autre résultat que la victoire éliminerait la bande à Kalidou Koulibaly », qui doivent gagner ‘’pour honorer la mémoire de Pape Bouba Diop, décédé le 29 novembre 2020 », écrit la publication.

‘’C’est une équipe sénégalaise mobilisée qui croisera celle de l’Equateur ce mardi [..]. Pur cette rencontre décisive pour la qualification en 8e de finale, tout le monde est conscient de l’enjeu. A commencer par le sélectionneur Aliou Cissé », écrit, pour sa part, le quotidien spécialisé « Stades ».

Quant à « Walfquotidien », il informe que lors de leurs deux premières sorties, ‘’les Lions n’ont pas été si entreprenants dans leur jeu sur les côtés », sans compter le handicap que peut représenter les cartons jaunes décernés à 4 joueurs sénégalais ‘’à vocation défensive ».

‘’Tous sont sous la menace d’une suspension en 8e de finale en cas d’un autre avertissement contre l’Equateur, ce mardi (15hGMT) », souligne le journal.

Le quotidien « Tribune » aborde ce match des Lions sous l’angle du ‘’business des charlatans ». ‘’Lors de la dernière CAN organisée au Cameroun, un Sénégalais du nom de Kahone, qui a vu juste, avait déclaré que les Lions vont remporter la coupe. Pour la présente Coupe du monde, un +mara+ se réclamant de la communauté niassène clame que le Sénégal ira jusqu’aux quarts de finale. Mais avant, les poulains d’Aliou Cissé doivent vaincre l’Equateur dans un match capital », écrit « Tribune ».

« Vox Populi » signale, de son côté, que le Français Clément Turpin a été désigné pour arbitrer cette rencontre, avec comme assistants ses compatriotes Nicolas Danos et Cyril Gringore, Jérôme Brissard, étant chargé de la VAR, l’assistance vidéo.

Par ailleurs, les journaux sénégalais s’intéressent à la session budgétaire à l’Assemblée nationale. « Le Quotidien » évoque le budget qui devrait revenir au ministère de l’Intérieur pour l’exercice 2023. ‘’Près de 149 milliards d’augmentation du budget du ministère de l’Intérieur », avec comme enjeux l’exploitation des hydrocarbures et la lutte contre le terrorisme, indique la publication.

‘’L’Etat investit sur la paix », affiche à sa Une le journal. ‘’Que mijote Macky ? », se demande à ce sujet « Walfquotidien » , relevant que les forces de défense et de sécurité ‘’sont privilégiés sous le régime de Macky Sall. L’Etat dépense sans compter dans ce secteur. Une situation qui serait la résultante des évènements tragiques de mars 2021 », indique le média.

Quant à « Vox Populi », il s’intéresse aux incidents survenus lors de cette plénière consacrée au vote du budget du ministère de l’Intérieur. Les députés de l’opposition, ‘’furieux » de la ‘’charge » de la députée Amy Ndiaye (majorité) contre Moustapha Sy du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), ‘’bloquent le vote […] », informe la publication.

En Côte d’Ivoire, ’’Fraternité Matin’’ fait savoir que Charles Blé Goudé, ancien responsable politique proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, rentrée en Côte d’Ivoire le 26 novembre , a tenu à exprimer lors d’un meeting sa reconnaissance aux autorités ivoiriennes pour avoir faciliter son retour au pays natal après avoir passé plus de 8 ans en prison à La Haye au Pays-Bas.

«Je voudrais dire merci aux autorités ivoiriennes qui ont facilité mon retour au pays», a indiqué Charles Blé Goudé devant une foule rassemblée sous une forte pluie, rapporte le quotidien.

Né le 1er janvier 1972 à Niagbrahio, dans l’ouest du pays, il a été définitivement acquitté en mars 2021 par la Cour pénale internationale de La Haye après avoir été soupçonné de crimes pendant la crise post-électorale entre 2010 et 2011, rappelle la publication.

Au Gabon, « L’Union » souligne que les journées scientifiques, consacrées à la célébration en différé de la journée mondiale de la prématurité, se sont achevées vendredi au Centre hospitalier universitaire mère et enfant, Fondation Jeanne Ebori à Libreville.

La commémoration de la journée mondiale de la Prématurité au Gabon a été marquée par l’organisation d’une table, au CHU Mère-Enfant Fondation Jeanne Ebori, sur la prématurité dans tous ses aspects, sous le thème : « Quel avenir pour le nouveau-né très grand prématuré au Gabon ? », ajoute la même source.

En effet, au Gabon, la prématurité figure parmi les principales causes de décès des enfants de moins de moins de 5 ans, poursuit-on, précisant que le taux de naissance est de 16% pour les prématurés et un taux de mortalité y afférente de 26 pour 1000 naissances vivantes.

Ces journées scientifiques ont été l’occasion d’engager des discussions sur des stratégies et les synergies entre les différents projets, afin de développer des propositions scientifiques intégrées pour répondre aux défis de la prise en charge, note la journal.

Au Nigeria, « The Nation », qui cite le ministre du Développement des mines et de l’acier, Olamilekan Adegbite, rapporte que le gouvernement fédéral a interdit l’exportation d’or brut, de pierres précieuses et d’autres minéraux solides.

L’interdiction, selon le ministre, fait suite à la « politique minérale descendante » récemment approuvée par le gouvernement, indique le journal.

M. Adegbite a expliqué que cette politique permettrait d’éviter les erreurs du pays dans le secteur du pétrole et du gaz, ajoutant qu’un environnement favorable a été créé pour les parties prenantes du secteur des mines et de l’acier afin d’ajouter de la valeur aux gisements de minéraux avant de les exporter, poursuit le média.

Pour sa part, « The Guardian » écrit que l’Association pétrolière indépendante du Nigeria (lPMAN) a attribué la pénurie actuelle de carburant à l’indisponibilité des produits pétroliers et à la difficulté d’accès aux devises étrangères pour les négociants.

Citant Mike Osatuyi, contrôleur des opérations de l’IPMAN, le quotidien fait savoir qu' »il était devenu nécessaire d’informer le grand public que la pénurie persistante d’essence était due à l’indisponibilité du produit ».

M. Osatuyi a affirmé que la Compagnie pétrolière nationale du Nigeria (NNPC) avait cessé d’importer suffisamment d’essence pour répondre à la demande dans le pays, ajoute la publication.

Il a insisté sur le fait que les négociants ne pouvaient plus vendre au prix réglementé car l’instabilité de l’approvisionnement en essence avait entraîné une hausse des prix dans les dépôts, fait-on remarquer.

En Afrique du Sud, les journaux reviennent sur le fléau de la violence à l’égard des femmes qui continue de ternir l’image du pays.

Ainsi, « SABC News » écrit que l’Afrique du Sud vient de lancer la campagne des 16 jours d’activisme contre la violence sexiste en mettant l’accent sur le problème des inégalités économiques qui contribuent à l’augmentation de la vulnérabilité des femmes aux abus.

Rappelant que l’Afrique du Sud mène cette campagne depuis 1998, le journal déplore que les statistiques officielles sur les viols et les fémicides perpétrés durant le 3ème trimestre de cette année, brosse un tableau sombre sur la situation des femmes dans le pays.

Pour sa part, « Eyewitness News » indique que le ministre de la Police, Bheki Cele, a fait savoir que plus de 10.000 viols ont été signalés de juillet à septembre 2022, ce qui donne une image troublante de l’ampleur de la violence qui cible les femmes dans la Nation arc-en-ciel.

Le journal précise que 1.277 femmes ont été victimes de tentatives de meurtre, alors que 13.701 cas d’agressions de femmes ont été enregistrés durant la même période.

M. Cele a affirmé que le rythme avec lequel les femmes étaient maltraitées, violées et certaines tuées en Afrique du Sud est préoccupant et inacceptable.

Au Kenya, « The Star » rapporte que l’Autorité kényane des autoroutes (KENHA) a été contrainte d’annuler un appel d’offres de 4,4 milliards de shillings pour un tronçon de la route Mau Mau de 540 km, notant que cette décision fait suite à l’échec du projet à obtenir l’approbation d’une évaluation d’impact environnemental de l’Autorité nationale de gestion de l’environnement (NEMA).

Le journal explique que NEMA n’a pas approuvé le projet après les protestations de l’Agence forestière (KFS) et du Service de la vie sauvage (KWS), qui ont fait valoir que le projet interfère avec l’écosystème de la forêt d’Aberdare.

Soulignant que cette route de n’est ni le premier ni le dernier projet à traverser une forêt ou une réserve nationale, l’auteur estime que KWS et KFS auraient dû travailler avec NEMA pour s’entendre sur le moyen de compenser les dégâts que le projet aurait causé à l’écosystème.

Cette approche participative aurait permis de gagner du temps et lever les entraves inutiles sur le chemin d’un projet à même de désenclaver de nombreux villages de la région du mont Kenya.

En Ethiopie « Fana bc » s’intéresse à l’exercice conjoint des forces de maintien de la paix éthiopiennes et djiboutiennes du secteur 4 de la Mission africaine de transition en Somalie (ATMIS).

L’exercice militaire conjoint des membres des forces de maintien de la paix de l’ATMIS des deux pays revêt une importance primordiale pour anticiper les problèmes futurs et entreprendre d’éventuelles missions, écrit le média qui cite le commandant adjoint du secteur 4, le colonel Shumet Telelew.

Cité par le média, le commandant adjoint a ajouté que l’exercice militaire conjoint va aider à éliminer les tentatives d’attaques du groupe terroriste al-Shabaab.

Après l’exercice militaire conjoint, les membres des forces de maintien de la paix ont indiqué que l’exercice pratique sur le terrain aidera à examiner la capacité militaire actuelle et à établir une alliance avec les forces djiboutiennes pour neutraliser le groupe terroriste al-Shabaab, souligne le média.

Dans la même catégorie