MAP Le Sénégal réaffirme son soutien « constant et ferme » à l’intégrité territoriale et à la souveraineté du Maroc sur l’ensemble de son territoire, y compris le Sahara marocain ANP Lutte traditionnelle : Aminou Ibrahim de la Ville de Tahoua remporte la coupe du Gouverneur MAP Le Maroc participe au Caire à la 10ème réunion du Processus consultatif régional sur la migration MAP Mali : plusieurs terroristes tués dans le nord-ouest du pays (armée) MAP Sénégal: Tenue mardi du Dialogue national sur la réforme et la modernisation de la justice ANP 49ème édition de la coupe nationale : L’AS FAN surclasse l’AS GNN au quart de finale sur le score de 2 buts à 1 MAP Maroc : la BAD approuve la nouvelle stratégie-pays 2024-2029 MAP La participation électorale, un autre enjeu pour les élections sud-africaines MAP Football/Ligue 1: Teungueth FC sacré champion du Sénégal pour la deuxième fois MAP Un gouvernement national de coalition en Afrique du Sud ?

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  29 Novembre      22        revue de presse (625),

 

Dakar, 29/11/2022 (MAP) – Plusieurs sujets d’actualité font la Une de la presse africaine de ce mardi qui aborde notamment le match Sénégal-Equateur au mondial, la 6e session du Dialogue de partenariat Côte d’Ivoire-Union européenne, le nouveau Cadre de partenariat pays (CPF) du Gabon pour la période 2023-2027, la hausses de tarifs aériens au Nigeria, les accusations criminelles portée contre le Président Cyril Ramaphosa en Afrique du Sud, les examens nationaux au Kenya, la crise dans l’est de la République démocratique du Congo et la mise en oeuvre de l’accord de paix en Ethiopie.

Au Sénégal, la nécessité d’une victoire pour l’équipe nationale de football face à l’Equateur dans son 3ème match pour pouvoir continuer son aventure à la Coupe du monde de football qui se joue au Qatar est le sujet le plus abordé par les quotidiens.

‘’Sans calcul », titre le journal « le Soleil », qui souligne que battue d’entrée par les Pays-Bas, l’équipe nationale du Sénégal a relancé sa participation en battant le Qatar, le pays organisateur lors de son deuxième match. « Une victoire contre l’Equateur s’impose pour les Lions pour espérer continuer l’aventure au Qatar », indique la publciation.

‘’Décisif! », barre à sa une le quotidien « Stades », en parlant du match de cet après-midi. Le journal rapporte les propos de Aliou Cissé, l’entraineur des Lions, qui parle d’un ‘’match qu’il faut impérativement gagner ».

Le journal « L’Observateur » évoque pour sa part la ‘’périlleuse traversée de l’équateur » et  fait notamment allusion à la mésaventure de l’équipe du Sénégal avec celles des pays d’Amérique du sud.

Pour le journal « le Témoin », ‘’le Sénégal joue sa survie mondiale ».

‘’ça passe ou ça rentre,  écrit pour sa part  WalQuotidien notant qu’’Il ne faut pas que l’enjeu l’emporte sur le jeu » en citant Aliou Cissé. Le journal invite les joueurs à ‘’gagner pour honorer la mémoire de Pape Bouba Diop », l’auteur du but historique contre la France lors de la coupe du monde 2002 dont on célèbre ce jour le deuxième anniversaire de son décès.

‘’Gagner ou rentrer », rapporte « Sud Quotidien ». ‘’Pas de calcul, il faut gagner, indique le média, en citant le sélectionneur Aliou Cissé.

Le journal « le Quotidien » invite quant à lui les Lions à ‘’réussir le bon Tri », le Tri étant le surnom de l’équipe équatorienne

Le journal « Le Soleil » a par ailleurs fait une large ouverture sur la rencontre du chef de l’Etat Macky Sall avec les acteurs des daaras (les écoles arabo-islamiques) hier au centre international de conférence Abdou Diou (CICAD).

‘’Les daars désormais pris en compte’, relève le média dakarois, soulignant que ‘’ les daars seront éligibles au fonds de dotation du ministère de l’Education nationale », à hauteur de 20% des , soit environ 6, 6 milliards de FCFA.

Le même journal annonce q’un prix du président de la République de récital du Coran a été également annoncé lors de cette rencontre.

En Côte d’Ivoire, ’’Fraternité Matin’’ rapporte que le Premier ministre, Patrick Achi, a présidé, lundi à Abidjan, la cérémonie d’ouverture de la 6e session du Dialogue de partenariat Côte d’Ivoire-Union européenne (Ue).

A l’occasion, le chef du gouvernement ivoirien s’est félicité de la tenue de cette rencontre, «expression d’une coopération nouvelle désormais régulée par une approche égalitaire et un cadre d’échanges privilégié et multisectoriel fondé sur les orientations convenues par les deux parties», écrit l’auteur de l’article.

Par ailleurs, le chef du gouvernement n’a pas manqué, au cours de sa prise de parole, de saluer la bonne santé des relations entre la Côte d’Ivoire et l’UE, ajoute-t-il.

«Lorsque nous regardons la réalité, l’ancienneté et l’intensité actuelle de nos échanges, nous pouvons réellement parler de l’Europe comme un partenaire stratégique qui compte pour près de 45% de nos exportations et plus de 35% de nos achats», a souligné le Premier ministre ivoirien, cité par le quotidien.

Au Gabon, « GabonReview » écrit que le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a discuté, le 22 novembre à Washington (États-Unis), le nouveau Cadre de partenariat pays (CPF) du Gabon pour la période 2023-2027, notant que l’institution de Bretton Woods concentrera ses efforts sur la création d’emplois dans le pays, où le taux de chômage est de 22%, dont 38% chez les jeunes.

Ainsi, l’orientation stratégique du CPF visera à appuyer les efforts du Gabon en faveur de la création d’emplois pour sa population jeune et largement urbanisée, à l’heure où le pays accélère les efforts de diversification de son économie vers d’autres secteurs que l’industrie pétrolière, ajoute le journal.

En tant que 5e plus grand producteur de pétrole en Afrique, le Gabon connaît une accélération de sa reprise économique entraînée par la levée des restrictions liées à la pandémie de Covid-19 ainsi que par la hausse continue des prix du pétrole. Cependant, les restrictions imposées durant la pandémie ont aggravé le taux chômage déjà élevé, qui se situe actuellement à 22 %, avec un taux de chômage encore plus important pour les jeunes, à 38 %, poursuit-on.

«Le Gabon dispose de vastes ressources naturelles, notamment des réserves de pétrole en baisse, et les promesses d’avenir pour le pays consistent à développer son capital humain, institutionnel et physique pour créer de nouveaux moteurs de croissance durable et résiliente, favorisant ainsi l’accès égal de tous aux opportunités économiques», a souligné Abdoulaye Seck, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Gabon, le Cameroun, la République centrafricaine, la Guinée équatoriale et la République du Congo.

Avec le nouveau CPF, l’engagement du Groupe de la Banque mondiale sera très sélectif, afin d’optimiser l’efficacité des ressources du Groupe allouées au Gabon. Le portefeuille de l’institution monétaire compte actuellement sept opérations au Gabon, ainsi que deux projets régionaux pour un montant total de plus de 205 milliards de francs CFA, note le quotidien.

Au Nigeria, « The Guardian » écrit que « sauf intervention spéciale, les voyageurs aériens locaux doivent s’attendre à une autre série de hausses de tarifs aériens en cette période de fêtes, ainsi qu’à une forte probabilité de retards et d’annulations de vols dans tout le pays.

Le coût élevé des opérations, notamment le carburant d’aviation qui a franchi la barre des 800 naira par litre, a fait grimper les tarifs à 150.000 naira pour un aller simple en classe économique – sous réserve de la disponibilité des sièges, indique le journal.

En effet, les compagnies aériennes locales s’efforcent d’augmenter la capacité de leur flotte pour répondre à la demande croissante des clients qui ne peuvent pas se risquer à voyager par la route, poursuit le média.

Par ailleurs, l’agence de gestion de l’espace aérien nigérian (NAMA) a déployé des systèmes d’atterrissage aux instruments (ILS) avancés dans les aéroports du pays afin d’améliorer les opérations de nuit et la sécurité des vols, même en cas de faible visibilité air-sol, précise la publication.

Cependant, les pilotes et les parties prenantes ont déclaré que ces investissements considérables ne permettraient pas d’éviter les perturbations, tant que les transporteurs locaux n’auront pas adapté leurs appareils et leurs équipages aux installations au sol, ajoute le quotidien.

En Afrique du Sud, « Sunday Independent » revient sur les accusations criminelles portée contre le Président Cyril Ramaphosa dans le cadre de l’affaire de la ferme «Phala Phala».

Le journal fait savoir que la commission parlementaire indépendante chargée d’enquêter sur ce scandale, dans lequel le chef d’État est accusé d’avoir dissimulé un vol de devises survenu dans sa ferme privée, prévoit de remettre mercredi son rapport à l’Assemblée générale.

Le panel indépendant a été nommé par le Parlement en octobre dernier et a eu 30 jours pour déterminer si M. Ramaphosa devrait faire l’objet d’une procédure de destitution conformément à l’article 89 de la constitution, rappelle la publication.

Pour sa part, « Eywitness News » aborde le fléau de la violence à l’égard des femmes, rapportant que M. Ramaphosa a affirmé que « ce sont les hommes qui doivent changer, car ils étaient eux les auteurs des abus ciblant les femmes ».

« Les hommes devraient être en première ligne pour trouver des solutions et mettre fin aux violences basées sur le genre (VBG) », a souligné le chef d’État, appelant à ouvrir un débat approfondi sur le traitement de la masculinité toxique et des attitudes des hommes envers les femmes en Afrique du Sud.

À cet égard, poursuit la publication, le Président a rappelé qu’entre juillet et septembre de cette année, 989 femmes ont été assassinées, plus de 1.000 autres ont été victimes de tentatives de meurtre et plus de 13.000 ont été victimes d’agressions graves.

Au Kenya, Daily Nation rapporte que de hauts responsables gouvernementaux ont été déployés dans diverses régions du pays pour surveiller les examens nationaux qui ont commencé lundi.

Un nombre important de membres des forces de sécurité ont également été retirés de leurs fonctions habituelles et déployés dans les écoles, ajoute le journal, soulignant que le président William Ruto et le vice-président Rigathi Gachagua seront impliqués dans l’opération de surveillance, aux côtés de plusieurs ministres.

Cette approche multi-agences efficace est en vigueur depuis 2016 et vise à réduire au minimum les cas de fraudes lors des examens, explique l’auteur de l’article, notant que les examens sont à nouveau respectables et constituent une évaluation fiable des capacités académiques des candidats.

“Il est donc essentiel de poursuivre cette tendance,” préconise l’éditorialiste, relevant que le Kenya a parcouru un long chemin dans la lutte contre la corruption et ne peut pas se permettre de “revenir aux jours honteux de la tricherie”.

Les mesures dissuasives en place pour punir ceux qui violent l’intégrité des examens doivent être maintenues jusqu’à ce que le vice soit complètement éliminé, écrit-il.

Néanmoins, la surveillance doit être effectuée de manière à ne pas intimider les candidats, prévient-t-il, expliquant que la présence de responsables de haut niveau inattendus peut déconcerter les enfants et affecter leurs performances.

Au Rwanda, KT Press s’intéresse à la crise dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), rapportant que le président Paul Kagame a souligné que la volonté politique de s’attaquer aux causes profondes du conflit et la mise en œuvre de ce qui a été convenu dans le cadre du dialogue sont les deux éléments clés qui peuvent résoudre les crises persistantes dans cette région.

Le président Kagame, qui a pris part par visioconférence à la 3ème session du Processus de Nairobi pour la restauration de la paix et de la sécurité dans l’est de la RDC, a réitéré son appel à une solution politique permanente pour résoudre définitivement la crise qui a mis la région en haleine depuis plus de trois décennies, écrit le journal.

« La principale raison de cette crise persistante est l’échec de la mise en œuvre de nombreux accords qui ont été conclus à différents niveaux et à différents moments au cours des dernières années », a déclaré le président rwandais cité par la publication.

En Ethiopie «The Ethiopian Herald » souligne dans son éditorial la nécessité de mettre en œuvre rapidement l’accord de paix signé entre le gouvernement fédéral et le front de libération du peuple du Tigray.

Les deux parties doivent travailler à la bonne mise en œuvre de l’accord en respectant les clauses convenues et en tenant leurs promesses, relève l’éditorialiste, notant que sa mise en œuvre rapide et sans aucune condition préalable est un appel à l’urgence, car de nombreux innocents attendent qu’il se traduise par des actions pratiques.

Il n’est pas exagéré de dire que l’Ethiopie est sur la bonne voie pour vaincre la pauvreté et ne plus dépendre de l’aide en donnant la priorité à la paix comme source de toutes actions, écrit l’éditorialiste, soulignant dans ce sens que la valeur de la paix n’a pas d’égale.

Cependant, note le commentateur, il existe des énergies négatives qui ravivent le feu et tentent de prolonger la guerre sans ressentir la douleur que subissent les victimes directes du conflit.

La communauté internationale, en particulier l’Union africaine, devra continuer à être la gardienne de l’intégrité de l’accord car elle a joué un rôle d’observatoire et poussé les deux parties, en particulier le front de libération du peuple du Tigray, à respecter fidèlement ses engagements, ajoute l’éditorialiste.

Dans la même catégorie