AIP Des conventions de partenariat signées entre l’AGEFOP et des structures pour l’exécution de projets d’étude et de formations AIP Africa CEO Forum : une délégation de haut niveau du groupe MTN échange avec le Premier ministre ivoirien AIP Une banque panafricaine réitère sa volonté de promouvoir l’entrepreneuriat et l’innovation sur le continent APS SENEGAL-COOPERATION / Ousmane Sonko a reçu en audience les ambassadeurs de quatre pays APS SENEGAL-SOCIETE-INFRASTRUCTURES / Khady Diène Gaye promet d’améliorer la gestion des maisons de la jeunesse et de la citoyenneté APS SENEGAL-EDUCATION / Le gouvernement engagé à bâtir un capital humain de qualité sur la base d’une éducation attrayante (ministre) APS SENEGAL-FINANCE / Vers le déploiement de 1.106 volontaires de la microfinance dans les 14 régions APS SENEGAL-HABITAT / La production d’un plus grand nombre de logements impactera le loyer (ministre) MAP Togo : Le Premier ministre et son gouvernement démissionnent ANP DIFFA : Le Général BARMOU transmet le message de soutien du CNSP aux hommes du 53ème Bataillon Inter-armes de N’Guigmi

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  3 Décembre      28        revue de presse (625),

 

Dakar, 03/12/2022 (MAP) – Plusieurs sujets d’actualité font la Une de la presse africaine de ce samedi qui aborde notamment le prochain match Sénégal-Angleterre au mondial du Qatar, l’affaire des 46 soldats ivoiriens encore détenus au Mali, la protection du consommateur au Gabon, l’élection présidentielle de 2023 au Nigeria, le scandale de la « farmgate » en Afrique du Sud, le Fonds des micro-crédits au Kenya et les priorités de l’action diplomatique de l’Ethiopie en 2023.

Au Sénégal,  les quotidiens s’intéressent essentiellement à la  »bataille » que l’équipe nationale de football va livrer dimanche contre l’équipe nationale d’Angleterre, à l’occasion des huitièmes de finale de la Coupe du monde qui se déroule actuellement au Qatar et à l’incident qui a marqué mercredi dernier la séance plénière de l’Assemblée nationale.

 »Bataille de Lions », affiche  à sa Une le journal « Le Quotidien »,  qui revient sur le match décisif que les équipes nationales du Sénégal et d’Angleterre, vont se disputer pour décrocher un ticket pour les quarts de finale du Mondial 2022.

Contre les Three Lions, les Lions du Sénégal  »veulent retrouver l’esprit de 2002 », année de la première qualification du Sénégal en Coupe du monde, lors de laquelle l’équipe nationale a réussi à se qualifier pour les quarts de finale au bout d’un parcours considéré par beaucoup comme une véritable épopée, souligne le média.

 »Et si on réécrivait l’histoire ! », 20 ans après, ajoute « Le Quotidien ».

Quant à « Walfquotidien » il affiche à sa Une  »Osons rêver ! ». Si l’on en croit ce journal, les Lions du Sénégal sont même « prêts à démolir le royaume » d’Angleterre, écrit la publication.

Contre leurs adversaires de dimanche, souligne le journal,  le premier objectif des Lions  »sera de se qualifier à nouveau en quart de finale, 20 ans après. Le deuxième est de voir Aliou Cissé réussir le pari d’être le premier sélectionneur africain à accéder à ce tour ».

« Sud Quotidien » parle quant à lui d’un  »grand défi » pour les Lions. « A priori, analyse ce quotidien, les Three Lions partent ultra-favoris dans cette rencontre. Sauf que la bande à Kalidou Koulibaly refuse de se présenter en victimes expiatoires et tient à écrire son histoire quelle voit au-delà des 8e de finale ». Le journal titre sa Une  »God Save the Lions! »

Pour sa part, « Le Soleil » écrit que face une équipe anglaise  »rarement à l’aise dans les compétitions internationales, les Lions ont une belle carte à jouer ».  »We can do it ! », écrit  « L’Observateur » ajoutant : « Nous pouvons le faire ». ‘

‘Au bout de la persévérance, le Sénégal a décroché la qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde 2022 », rappelle le journal.

 »Face à l’Angleterre, note-t-il, les Lions sont désormais à une victoire pour atteindre les quarts de finale, l’objectif assigné au sélectionneur, Aliou Cissé. Une mission à la portée des Lions […] », commente « L’Observateur ».

De son côté,  » L’As » souligne la volonté des Lions de la teranga de « rééditer l’exploit » d’une qualification du Sénégal pour les quarts de finale du Mondial.

Les journaux reviennent, par ailleurs, sur l’incident qui a marqué la séance plénière de l’Assemblée nationale quand Massata Samb, un élu de Yewwi Askan Wi (YAW), a giflé sa collègue Amy Ndiaye, de Benno Bokk Yaakaar (BBY).

L’incident a déclenché mercredi des affrontements entre les parlementaires réunis en séance plénière pour examiner le budget du ministère de la Justice pour l’année prochaine.

Selon le journal « L’As », cette agression ‘ne va certainement pas rester impuni », alors que les femmes de l’Alliance pour la République (APR, au pouvoir)  »promettent de donner la riposte adéquate à ces deux parlementaires issus des rangs de Yewwi Askan Wi ».

 »Si Amy Ndiaye Gniby dépose une plainte contre eux, Massata Samb et Mamadou Niang ne pourront pas se prévaloir de leur immunité parlementaire, le flagrant délit étant manifeste. Toutefois, note L’Observateur, il faudrait une autorisation de l’Assemblée nationale pour que des poursuites soient engagées ».

Le parquet de Dakar, en ce qui le concerne,  »ne compte pas laisser en l’état l’agression du député de Benno, Amy Ndiaye Gniby. Il est probable que le procureur de la République, Amady Diouf, s’autosaisisse, au cas où la victime décide de ne pas porter l’affaire au niveau de la justice », rapporte « Le Quotidien ».

D’ores et déjà, les femmes de Benno Bokk Yaakaar (BBY), la coalition regroupant le parti au pouvoir et ses alliés,  »sonnent la mobilisation » et annonce  »une série de stratégies pour que de telles pratiques ne restent pas impunies », informe de son côté « Le Soleil », soulignant que les femmes de la coalition de l’opposition Yewwi Askan Wi (YAW) dénoncent de leur côté une  »instrumentalisation de la femme ».

En Côte d’Ivoire, ’’Le Jour’’ qui revient sur l’affaire des 46 soldats ivoiriens encore détenus au Mali, souligne qu’un sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l ́Ouest (CEDEAO) se tiendra à Abuja, la capitale du Nigeria, le dimanche 4 décembre 2022.

Deux points seront à l’ordre du jour de cette rencontre, à savoir la conduite des transitions au Mali, en Guinée et Burkina Faso, et la détention, depuis le 10 juillet 2022, de 46 militaires ivoiriens par les autorités du Mali qui les accusent à tort, d’être des «mercenaires».

De son côté, ‘’Fraternité Matin’’ rapporte qu’une trentaine de journalistes de l’Afrique de l’ouest ont pris part à un atelier organisé à Abuja, au Nigeria du 28 novembre au 2 décembre, à l’initiative de la commission de la CEDEAO, en partenariat avec l’Agence de la coopération allemande (Giz).

L’objectif de cette rencontre de quatre jours, selon Sacko Seydou, chargé de programme commerce et concurrence au niveau de la commission de la CEDEAO, consiste à outiller les hommes de médias pour accompagner les Etats membres à la mise en œuvre de l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Au Gabon, « L’Union » écrit que le ministre du Tourisme, Jean Norbert Diramba, a présidé la cérémonie de lancement officiel des activités préparatoires à l’examen collégial volontaire  du droit de la politique en matière de protection du consommateur au Gabon.

Représentant le ministre de l’Economie empêché, ajoute la même source, le ministre du Tourisme, Jean Norbert Diramba, accompagné de son collègue de l’Agriculture, Charles Mve Ella, a rappelé l’enjeu de cet examen pour le Gabon, premier pays subsaharien à s’y soumettre.

«Les examens  collégiaux  volontaires ont pour objectif  de produire une évaluation externe indépendante de  l’efficacité du droit et de la politique de la protection  du consommateur dans le pays, d’analyser le cadre législatif, institutionnel et de la politique générale, ainsi que l’application de la loi, aux fins de recenser les obstacles à surmonter et les aspects à améliorer dans  les cadres juridiques et institutionnels», a-t-il déclaré.

Au Nigeria, « The Nation » rapporte que « dans une apparente réaction à la controverse qui entoure le versement et le déploiement du fonds de dérivation de 13% et d’autres fonds du gouvernement fédéral, la présidence a fourni vendredi des détails sur les fonds versés aux États producteurs de pétrole au cours des deux dernières années ».

Les gouverneurs des neuf États producteurs de pétrole ont déployé des efforts pour atténuer les réactions suscitées par les révélations de leur homologue de Rivers, Nyesom Wike, selon lesquelles ses projets ont été exécutés avec les arriérés du fonds de dérivation de 13%, versé par l’administration dirigée par Muhammadu Buhari, indique le journal.

M. Wike a mis au défi ses collègues de la région pétrolière de montrer aux Nigérians ce qu’ils ont fait avec leurs fonds, poursuit le média.

Sur un autre registre, « The Guardian » écrit que le ministre d’État au Pétrole, Timipre Sylva, a insisté sur « le fait que le candidat à la présidence du Congrès des progressistes (APC), Asiwaju Bola Ahmed Tinubu, reste le meilleur parmi tous ceux qui briguent le siège exalté de la présidence lors du scrutin de 2023 ».

S’exprimant lors du rassemblement de la campagne présidentielle Tinubu/Shettima qui s’est tenu à Yenagoa, M. Sylva a cité les expériences de M. Tinubu en tant qu’homme politique, sénateur et gouverneur de l’État de Lagos pour étayer ses affirmations.

Il a affirmé que les principaux rivaux de M. Tinubu, à savoir le candidat à la présidence du Parti démocratique populaire (PDP), Atiku Abubakar, et Peter Obi, du Parti travailliste (LP), »ne pourront pas faire de progrès lors du scrutin présidentiel de 2023″, ajoute le quotidien.

En Afrique du Sud, les journaux reviennent sur le scandale de la « farmgate », dans lequel le Président Cyril Ramaphosa est accusé d’avoir dissimulé le vol de grandes sommes en devise dans sa ferme privée de Phala Phala, dans le nord-est du pays.

Ainsi, « SABC News » écrit que la Fédération sud-africaine des syndicats (SAFTU) a mis en doute la capacité du président à exercer correctement ses fonctions à l’avenir, affirmant que la saga de la ferme Phala Phala l’a discrédité.

Le journal rappelle ainsi qu’une commission parlementaire spéciale a publié cette semaine un rapport accablant qui a conclu que le chef d’État aurait enfreint la Constitution et la loi du pays.

Citant le secrétaire général de la SAFTU, Zwelinzima Vavi, le quotidien écrit que « l’affaire est conclue et le Président ne peut pas gagner cette bataille. Il est complètement discrédité en ce moment et il ne pourra jamais regagner la confiance des aux Sud-africains ».

Pour sa part, « Eyewitness News » fait savoir que le Mouvement de transformation africaine (ATM) et le Front de la liberté Plus ont réitéré leurs appels au Président Ramaphosa de démissionner après la publication du rapport d’enquête.

Le porte-parole de l’ATM, Mxolisi Makhubu, a affirmé à cet égard que « nous sommes actuellement assis avec un Président qui a enfreint de nombreuses lois. Il a été reconnu coupable par la commission parlementaire ».

Dans la même veine, le média rapporte que Wouter Wessel, responsable national des élections et de la stratégie de FF-Plus, a affirmé que « la chose honorable que le Président doit faire à ce stade est de démissionner, car les conclusions du panel sont graves. S’il est sérieux au sujet de la démocratie, il doit quitter le pouvoir. »

Au Kenya, The Star écrit que le Fonds des micro-crédits lancés par le Président William Ruto a  versé plus de 1,38 millions de shillings aux Kényans jusqu’à vendredi minuit.

Dans un communiqué publié samedi, le ministre en charge des coopératives et des PME, Simon Chelugui, a fait savoir que 5.191.542 personnes ont souscrit pour bénéficier du mécanisme, baptisé “Fonds des débrouillards, » indique la publication.

Rappelant que le Fonds a été lancé mercredi par William Ruto, l’auteur de l’article explique qu’il est spécifiquement conçu pour soutenir les petits commerçants du pays.

De son côté, KBC rapporte que l’Unité de police antiterroriste a reçu don de la part du Bureau fédéral d’investigations des Etats-Unis (FBI), pour renforcer ses opérations.

Le don logistique consiste à des véhicules et des motos, précise le journal, expliquant que l’initiative s’inscrit dans le cadre du partenariat entre la police kényane et les autorités sécuritaires américaines, dans le domaine de la sécurité.

Le partenariat a permis à la police kényane de bénéficier en termes de développement de la capacité des ressources humaines pour répondre aux défis sécuritaires actuels, souligne l’auteur de l’article.

En Ethiopie «The Ethiopian Herald » rapporte que le gouvernement consolidera davantage ses activités diplomatiques et élargira les réalisations acquises en 2023.

Le journal qui cite le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, note que ce département se concentrera l’année prochaine sur la construction de l’image du pays et l’intensification des relations diplomatiques.

La collecte de ressources en mobilisant la diaspora, l’élargissement de l’accès au financement international, l’attraction des flux d’investissement et la recherche de fonds pour la reconstruction et la réhabilitation, entre autres, sont également les principaux points qui seront au centre de l’action diplomatique du pays, souligne le journal.

De nombreux efforts sont attendus des diplomates pour renforcer les réalisations que le pays a enregistrées malgré de nombreux défis, ajoute le journal.

Dans la même catégorie