AIP Africa CEO Forum : une délégation de haut niveau du groupe MTN échange avec le Premier ministre ivoirien AIP Une banque panafricaine réitère sa volonté de promouvoir l’entrepreneuriat et l’innovation sur le continent APS SENEGAL-COOPERATION / Ousmane Sonko a reçu en audience les ambassadeurs de quatre pays APS SENEGAL-SOCIETE-INFRASTRUCTURES / Khady Diène Gaye promet d’améliorer la gestion des maisons de la jeunesse et de la citoyenneté APS SENEGAL-EDUCATION / Le gouvernement engagé à bâtir un capital humain de qualité sur la base d’une éducation attrayante (ministre) APS SENEGAL-FINANCE / Vers le déploiement de 1.106 volontaires de la microfinance dans les 14 régions APS SENEGAL-HABITAT / La production d’un plus grand nombre de logements impactera le loyer (ministre) MAP Togo : Le Premier ministre et son gouvernement démissionnent ANP DIFFA : Le Général BARMOU transmet le message de soutien du CNSP aux hommes du 53ème Bataillon Inter-armes de N’Guigmi APS SENEGAL-TOURISME-ADMINISTRATION / SAPCO : le nouveau DG promet d’ériger en règle la compétence et le mérite

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  12 Décembre      28        revue de presse (625),

 

Dakar, 12/12/2022 -(MAP)- Plusieurs sujets d’actualité ont été abordés lundi par la presse africaine, notamment la déclaration de politique générale du Premier ministre sénégalais Amadou Ba, la participation de la Côte d’Ivoire au Sommet des Leaders États-Unis-Afrique prévu à Washington, l’augmentation de la dette publique du Nigéria, la Conférence élective du Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir en Afrique du Sud, la coopération entre l’Éthiopie et le Pakistan et la fête nationale au Kenya.

Au Sénégal, la déclaration de politique générale (DPG) du Premier ministre Amadou Ba et le braquage d’un bureau de change à l’origine de la mort de deux personnes à Mbour (ouest), sont les sujets les plus commentés dans les quotidiens de ce lundi.

Le journal « EnQuête » revient sur la demande adressée aux députés de l’opposition à l’Assemblée nationale du Sénégal par l’opposant Abdourahmane Diouf en vue du dépôt d’une motion de censure contre le gouvernement de Amadou Ba.

« Le jeu politique de notre pays est flou. L’opposition n’est pas reconnue à sa juste valeur. Le président de la République et son gouvernement persistent dans le mépris, malgré les résultats qui devaient les confiner à plus de responsabilité, d’humilité et d’esprit républicain’’, a écrit M. Diouf, ajoute le journal.

Il fait valoir d’autres « raisons » pour lesquelles le dépôt d’une motion de censure des députés de l’opposition « est pertinent » pour montrer leur désapprobation envers la politique du gouvernement, indique-t-il.

« L’Observateur » estime, quant à lui, que les députés de l’opposition de l’Assemblée nationale vont répondre à l’appel lancé par Abdourahmane Diouf. « Le chef du gouvernement doit faire face à une Assemblée nationale où la « mouvance » présidentielle n’a pas la majorité absolue. Amadou Ba s’expose ainsi à un risque d’adoption d’une motion de censure’’, indique le média.

Pour être valable, la motion de censure doit être votée par une « majorité absolue », rapporte, de son côté, « WalfQuotidien », ajoutant que le gouvernement sera obligé de démissionner, si elle est adoptée.

« Concernant les délais, la motion de censure doit être déposée après la DPG et devrait être votée dans les quarante-huit heures’’ suivant son dépôt, indique « WalfQuotidien »

Il faudra faire « attention à l’équilibre des forces », écrit « Bés Bi Le Jour », ajoutant: « On n’est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise avec une motion de censure ou un vote de confiance’’.

« Une déclaration de plus, zéro nouveauté », titre, pour sa part, « Tribune », se demandant « contre qui ou quoi’’ sera mené le gouvernement dit de combat d’Amadou Ba. « Combat contre la vie chère, combat pour l’amélioration des conditions de vie des populations ou combat contre les opposants, les activistes [et] les journalistes (…) qui s’érigeraient contre un troisième mandat comme il se susurre ?’’, écrit la publication.

Celle de M. Amadou Ba est la 16e DPG au Sénégal depuis que les fonctions de Premier ministre sont exercées dans le pays, informe « Le Soleil », qui rapporte que tous les Premiers ministres s’étant prêtés à cet exercice ont « tous sacrifié au rituel républicain consistant à défendre, avec de forts arguments, les orientations du chef de l’État pour répondre aux attentes des populations et relancer l’économie’’.

Quant à « l’Observateur », il souligne que le Premier ministre devra mener « la bataille de l’Hémicycle’’, car il sera confronté au « désavantage du contexte politique’’.

« Sud Quotidien » note, de son côté, que la politique du Premier ministre devra surtout consister à « réconcilier les Sénégalais avec la justice’’.

Les quotidiens reviennent, par ailleurs, sur l’assaut mené par un homme armé dans un bureau de change à Mbour, où un cambiste et un commerçant ont été tués. »Il s’en est suivi de folles scènes de rue, des bagarres, des échauffourées’’, rapporte Sud Quotidien.

L’assaillant « tue à bout portant deux personnes, blesse grièvement trois autres et déclenche des émeutes’’, souligne le journal « L’info ».

L’auteur de l’assaut mené « en plein jour’’ est un ressortissant guinéen âgé de 37 ans, indique Libération. « Il est impliqué dans plusieurs cambriolages et braquages, en plus d’avoir été emprisonné pour les mêmes faits’’, ajoute le journal.

« Devant les enquêteurs, le présumé meurtrier a justifié son acte par des problèmes d’argent’’ auxquels il aurait été confrontés, informe « Le Soleil ».

En Côte d’Ivoire, ’’Patriote’’ rapporte que le Premier ministre Patrick Achi est arrivé à Washington dimanche à la tête d’une délégation, pour prendre part au Sommet des Leaders États-Unis-Afrique.

Il y représente le Président de la République, Alassane Ouattara, précise le quotidien, notant que ce sommet, qui se tiendra du 13 au 15 décembre, réunira plusieurs Chefs d’État et de gouvernement, des représentants du secteur privé aussi bien africain qu’américain, de la société civile, ainsi que des médias de tous les continents.

Le sommet permettra d’échanger sur les enjeux et défis du renforcement des relations États-Unis-Afrique. D’importantes questions d’intérêts communs seront abordées à cette occasion, ajoute encore la publication.

De son côté, ’’Soir Info’’ indique que le Premier ministre Patrick Achi était, vendredi, à la clôture de la 10e édition des Journées de l’administration agricole délocalisées (JAAD) qui s’est tenue à Bongouanou, région du Moronou, dans le centre-est ivoirien.

À cette occasion, M. Achi a réaffirmé les ambitions du gouvernement pour le secteur agricole. « Par notre ambition résolue, nous sommes en train de changer cette puissance agricole en puissance agro-industrielle », a-t-il dit, fait savoir l’auteur de l’article.

Au Nigeria, « The Guardian » écrit que l’augmentation au troisième trimestre 2022 de la dette publique du pays à 1,2 trillion de nairas, qui a également fait grimper l’endettement public total du pays à 44,06 trillions de nairas, est due aux nouveaux emprunts du gouvernement fédéral pour financer en partie le déficit de la loi de finances 2022, ainsi qu’aux nouveaux emprunts des sous-nationaux.

« Alors que le Nigeria gémit sous le fardeau du service de la dette, qui absorbe la part du lion des revenus du pays, les perspectives de la dette intérieure dans un grand nombre des 36 États de la fédération et du territoire de la capitale fédérale (FCT), comme le confirme le Bureau de gestion de la dette (DMO), sont de plus en plus inquiétantes », indique le journal.

La dernière révélation du DMO selon laquelle l’encours total de la dette publique est passé de 42,84 trillions de nairas au deuxième trimestre à 44,06 trillions de nairas au troisième trimestre 2022, indique une augmentation de 2,85 % en glissement trimestriel, tandis que le pays a accumulé une dette de 1,22 trillion de nairas en trois mois, ajoute le média.

Le DMO a déclaré que le stock total de la dette publique se compose de la dette intérieure de 26,92 trillions de nairas et de la dette extérieure de 17,15 trillions de nairas, explique le quotidien.

En Afrique du Sud, « Daily Maverick » revient sur la Conférence élective du Congrès national africain (ANC au pouvoir), prévue du 16 et le 20 décembre à Johannesburg, où de nouveaux dirigeants seront élus.

La réélection du Président actuel Cyril Ramaphosa est presque certaine après que les hauts responsables de l’ANC ont reporté l’adoption du rapport du Comité d’intégrité sur le scandale de « Phala Phala », dans lequel le chef de l’État et président du parti est accusé de graves violations de son serment d’office et de la Constitution du pays, ajoute le journal.

Il précise que cette situation permettra à M. Ramaphosa, d’aller de l’avant et de se présenter pour un second mandat, tandis que les discussions portant sur l’affaire « Phala Phala » ne seront menées que par les délégués qui assisteront à la conférence élective.

Pour sa part, « MoneyWeb » revient sur la crise d’électricité qui s’est aggravée durant l’année en cours, soulignant que les défaillances des unités à charbon sont la principale cause d’indisponibilité de la production d’électricité.

Le média relève également que les difficultés financières de la compagnie d’électricité publique Eskom l’obligent souvent à retarder la maintenance planifiée des unités, ce qui augmente le risque de défaillance.

Plus alarmant encore, lorsque l’entretien est effectué, il ne répond pas toujours aux normes en vigueur, ce qui cause des pannes supplémentaires au niveau des unités de production.

Au Rwanda, « New Times » s’intéresse à la séance plénière des deux chambres du Parlement qui se tient aujourd’hui pour élire neuf députés pour représenter le pays à l’Assemblée législative de l’Afrique de l’Est (EALA).

Cette décision fait suite à la présentation, par la Commission électorale nationale, de la liste finale des 24 candidats qui s’affrontent pour représenter le Rwanda à l’EALA, le parlement de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), explique le journal, notant que les représentants sont élus pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois.

À cet effet, souligne l’auteur de l’article, certains membres rwandais ont une chance d’être réélus.

Les membres de l’Assemblée sont issus des États partenaires de la CAE d’Afrique de l’Est, poursuit le journal, précisant que chaque État partenaire aura neuf membres à l’Assemblée.

En Éthiopie « Fana bc » s’intéresse à la coopération entre Addis-Abeba et Islamabad, notamment en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme, focalisant dans ce sens sur les discussions qu’a eues l’ambassadeur éthiopien au Pakistan, Jemal Beker Abdullah, avec le ministre d’État à l’Intérieur du Pakistan, Abdul Rehman Khan Kanju.

L’ambassadeur Jemal Beker qui a salué les efforts du Pakistan en matière de lutte contre le terrorisme, a fait part du souhait de l’Éthiopie de bénéficier l’expérience du Pakistan dans ce domaine, souligne le média.

Il ajoute que le diplomate éthiopien a proposé de développer un cadre entre les deux pays sur la lutte contre le terrorisme. « La technologie et la détermination de notre armée contre le terrorisme sont très élevées, mais nous voulons toujours une coopération dans ce domaine », a-t-il ajouté, cité par le média.

L’ambassadeur éthiopien a relevé que l’Éthiopie et le Pakistan devront travailler en étroite collaboration pour faire face aux nombreux défis au 21e siècle, ajoute-t-on de même source.

Au Kenya, « Daily Nation » s’intéresse à la fête nationale célébrée aujourd’hui dans le pays, notant qu’il s’agit d’une énième occasion de réfléchir à l’histoire de la nation ainsi qu’à son sort.

“Célébré chaque année depuis le 12 décembre 1964, le Jamhuri Day nous rappelle les libertés dont jouissent les Kényans depuis près de 60 ans après une lutte acharnée pour l’indépendance,” souligne l’éditorialiste, notant que cette journée marque le début de la république, tandis que le jour de Madaraka, le 1er juin, commémore l’indépendance.

Les objectifs que les Kényans se sont fixés ne peuvent être atteints qu’à travers l’unité, tandis que la concurrence pour le leadership est acceptable mais doit être entreprise de manière à ne pas compromettre la paix et la stabilité, estime-t-il.

L’auteur ajoute également que « nous devrions nous féliciter d’être parmi les très rares nations du continent et du monde qui organisent régulièrement des élections libres et équitables, les Kényans se rendant aux urnes tous les cinq ans pour élire leurs dirigeants.

Les dirigeants et l’opposition doivent se concentrer sur leurs rôles respectifs, en gardant à l’esprit le fait que tous doivent travailler dans l’intérêt de tous les Kényans, soutient le journal, soulignant que d’énormes défis sont posés aujourd’hui et ne peuvent être relevés que par des efforts concertés.

“Ce pays nous appartient à tous et il incombe aux dirigeants de jouer leur rôle pour le maintenir sur la voie pacifique du développement et de la prospérité,” conclut l’éditorialiste.

Dans la même catégorie