AIP Prix africain de l’innovation en ingénierie 2024 : un Ivoirien par les finalistes AIP Des conventions de partenariat signées entre l’AGEFOP et des structures pour l’exécution de projets d’étude et de formations AIP Africa CEO Forum : une délégation de haut niveau du groupe MTN échange avec le Premier ministre ivoirien AIP Une banque panafricaine réitère sa volonté de promouvoir l’entrepreneuriat et l’innovation sur le continent APS SENEGAL-COOPERATION / Ousmane Sonko a reçu en audience les ambassadeurs de quatre pays APS SENEGAL-SOCIETE-INFRASTRUCTURES / Khady Diène Gaye promet d’améliorer la gestion des maisons de la jeunesse et de la citoyenneté APS SENEGAL-EDUCATION / Le gouvernement engagé à bâtir un capital humain de qualité sur la base d’une éducation attrayante (ministre) APS SENEGAL-FINANCE / Vers le déploiement de 1.106 volontaires de la microfinance dans les 14 régions APS SENEGAL-HABITAT / La production d’un plus grand nombre de logements impactera le loyer (ministre) MAP Togo : Le Premier ministre et son gouvernement démissionnent

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  26 Décembre      23        revue de presse (625),

 

Dakar, 26/12/2022 (MAP)- Plusieurs sujets d’actualité font la Une de la presse africaine de ce lundi qui aborde notamment la réaction du gouvernement sénégalais à la suite de la publication d’un rapport de la Cour des comptes sur la gestion du fonds destiné à la pandémie de Covid-19, le dispositif de veille opérationnelle mis en place en Côte d’Ivoire pour l’assistance et sécurisation des populations pendant les fêtes d’année et la déclaration du président gabonais au 12ème Congrès ordinaire de son parti sur l’élection présidentielle de 2023.

La presse africaine s’intéresse également à la neutralisation de plus de 100 terroristes au Nigeria, la déclaration du président kényan concernant l’opposition et ses promesses de campagne, le scandale de la « farmegate »en Afrique du Sud dans lequel le Président du pays est accusé d’avoir dissimulé un vol de grosses sommes d’argent et la visite d’une délégation de hauts responsables du gouvernement fédéral dans la capitale de l’Etat régional du Tigray, en Éthiopie.

Au Sénégal, les quotidiens locaux se sont notamment intéressés à la réaction du gouvernement à la suite de la publication d’un rapport de la Cour des comptes pointant du doigt la gestion du fonds destiné à la riposte à la pandémie de Covid-19.

« Enquête » qui s’attarde sur la conférence de presse, tenue vendredi, par le ministre des Finances et du Budget, Mamadou Moustapha Ba et le ministre du Commerce, également porte-parole du gouvernement, Abdou Karim Fofana, pour donner la position officielle du gouvernement sur les recommandations des auditeurs de la Cour des comptes, écrit qu’en faisant une telle sortie le gouvernement fait sa plaidoirie tout en rapportant les promesses de suites administratives et judiciaires concernant les manquement notés sur la gestion de 0,7 % des 1.000 milliards qui avaient été mobilisés dans le cadre de la riposte à la pandémie de Covid-19.

‘’Se félicitant de ce que la Cour des comptes n’ait rien trouvé à redire sur l’utilisation de plus de 99 % des fonds destinés à la lutte contre la pandémie et ses effets, le gouvernement a souligné qu’il appartenait à la Cour des comptes de prendre des mesures pour saisir la justice contre les fonctionnaires fautifs’’, soutient la publication.

Pour le journal « L’AS », ‘’le gouvernement dédramatise’’ en signalant par la voix du ministre des Finances et du Budget que les manquements relevés par la Cour des comptes ne peuvent pas remettre en cause les résultats obtenus par le pays dans la mise en œuvre de son Programme de résilience économique et sociale (PRES).

« L’Observateur », pour sa part, avance que dans cet exercice de relation publique, un pas nouveau pour la manifestation de la vérité suite aux manquements révélés par le rapport de la Cour des comptes sur la gestion du fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus.

‘’Après la vague d’indignations soulevée par les manquements révélés par le rapport de la Cour des comptes, le gouvernement a fait face à la presse pour livrer ses éléments de réponse sur le contrôle de la gestion du fonds Force-Covid-19’’, souligne le journal.

En Côte d’Ivoire, ’’Fraternité Matin’’ rapporte que les pompiers civils interviennent dans les zones non-couvertes par les sapeurs-pompiers militaires, sur l’étendue du territoire national, expliquant que dans le cadre de l’assistance et sécurisation des populations pendant ces fêtes de fin d’année 2022, leur Direction, l’Office national de la protection civile (Onpc) a mis en place d’un dispositif de veille opérationnelle dans les centres de secours d’urgence (Csu) depuis le 21 décembre 2022.

L’objectif est de permettre aux populations de passer les fêtes de fin d’année en toute quiétude, souligne le journal, faisant savoir que selon le premier responsable de cet Office, Amankou Kassi Gabin, la coordination de l’opération de mise en alerte des Csu est assurée par le Centre opérationnel national d’incendie et de secours (Conis) passé au Niveau II, installé dans la salle de crise au siège de l’Onpc, à Abidjan-Cocody Lycée technique.

«Sur les différents sites du dispositif, les moyens ont été déployés pour permettre aux pompiers civils d’apporter une réponse prompte et adéquate à toutes les situations d’urgence auxquelles ils seront confrontés», indique l’Onpc, cité par le quotidien.

Au Gabon, « L’Union » écrit que le président du Parti démocratique gabonais (PDG), Ali Bongo Ondimba, qui clôturait le 12ème Congrès ordinaire de son parti, a déclaré que les multiples appels à sa candidature pour l’élection présidentielle de 2023 ne sont pas tombés dans les oreilles d’un sourd.

«J’aime le Gabon de tout mon coeur. Tout comme je suis au service du Gabon. C’est pourquoi je vous redis que vos appels ne sont pas tombés dans les oreilles d’un sourd», a dit M. Bongo.

Ali Bongo a, a cet effet, appelé l’ensemble des militants a envahir préalablement le terrain, afin de porter le message du PDG et convaincre les Gabonais de voter pour ses candidats, ajoute le journal.

Le président du parti au pouvoir a rappelé que le 12ème congrès ordinaire qui s’achève n’est pas la fin d’un chapitre, mais plutôt l’ouverture d’un autre. Ce d’autant qu’en 2023, a-t-il dit, il y aura des élections locales, législatives et présidentielle au Gabon, poursuit-on.

Au Nigeria, « The Guardian » écrit que l’armée de l’air nigériane (NAF) affirme avoir neutralisé plus de 100 terroristes, dont certains de leurs chefs, lors d’une frappe aérienne le 20 décembre à Borno.

Citant un communiqué du directeur des relations publiques et de l’information du quartier général de la NAF, Edward Gabkwet, le journal indique que la mission d’interdiction a été menée par la composante aérienne de l’opération Hadin Kai (OPHK) dans le village de Mantari, dans la zone générale de Gezuwa, dans la zone de gouvernement local de Bama, dans l’Etat de Borno.

Le directeur a déclaré que parmi les personnes neutralisées se trouvaient les chefs terroristes Khalid Tukur, Maimusari et Bakura Jega, fait savoir le média.

M. Gabkwet a précisé que l’attaque faisait suite à un rapport des services de renseignement indiquant qu’un commandant terroriste de Boko Haram, connu sous le nom d’Ikirima, s’était installé dans le village de Mantari avec ses camions armés, et avait été rejoint par des terroristes à moto venant d’autres endroits.

« Par la suite, l’autorisation d’une frappe aérienne a été donnée, ce qui a conduit à l’élimination de plusieurs des terroristes et des structures dans la zone », a-t-il poursuivi.

« Après la première vague de frappes aériennes, certains terroristes survivants sont retournés au même endroit pour évacuer les corps de ceux qui avaient été neutralisés lors de la frappe aérienne », a-t-il ajouté.

En Afrique du Sud, « Sunday Independant » revient sur le scandale de la « farmegate », dans lequel le Président Cyril Ramaphosa est accusé d’avoir dissimulé un vol de grosses sommes d’argent en devise survenu dans sa ferme privée située dans la province du Limpopo (nord-est).

Il écrit ainsi que cette affaire qui a failli coûter son poste à M. Ramaphosa, a éclaté en juin dernier après que l’ancien directeur des Services de renseignements, Arthur Fraser, l’a accusé d’avoir violé la Constitution et abusé de son serment d’office en omettant de signaler le vol à la police et les sommes d’argent en dollars au fisc.

Lorsque le scandale a fait surface, les détracteurs du Président, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Congrès national africain (ANC au pouvoir), ont pris plusieurs mesures pour le forcer à démissionner, précise le journal, notant que M. Ramaphosa a échappé de justesse à une procédure de destitution empêchée par les députés de son parti majoritaire au Parlement.

Pour sa part, « Sowetan » revient sur l’explosion d’un camion-citerne à l’est de Johannesburg, faisant au moins 15 morts et d’énormes dégâts matériels.

Le journal souligne ainsi que la police de la province de Gauteng a procédé à l’arrestation du conducteur du camion suite à une enquête qui a retenu à son encontre plusieurs chefs d’accusation d’homicide coupable.

Citant le porte-parole du Service de police sud-africain (SAPS), Brenda Muridili, le média rapporte que le conducteur, âgé de 32 ans, avait été arrêté dans un hôpital privé où il recevait des soins médicaux pour des blessures mineures.

Au Kenya,  »Daily Nation » rapporte que le président William Ruto a demandé à l’opposition de cesser de le harceler concernant ses promesses de campagne.

S’exprimant à l’occasion des fêtes de fin d’année, Ruto a déclaré que son gouvernement est conscient des promesses qu’il a tenues lors des campagnes électorales du 9 août, indiquant que l’Exécutif a mis en place des mesures appropriées pour relancer l’économie, écrit l’auteur de l’article.

Selon lui, l’économie a été détruite par l’ancienne administration après l’accord entre l’ancien président Uhuru Kenyatta et le chef de l’opposition Raila Odinga.

Tout en saluant l’opposition pour son rôle dans le contrôle et l’interrogation continue du gouvernement, William Ruto a demandé à ses détracteurs de donner au gouvernement le temps de réparer les erreurs de l’ancien régime.

Abordant le même sujet, KBC écrit que le Président a exprimé son optimisme quant à l’amélioration de l’économie Kényane dans les mois à venir, grâce au programme de relance mis en place par son administration.

Le chef de l’État a déclaré que son gouvernement se concentrerait sur l’énorme fardeau de la dette, en encourageant les Kényans à épargner davantage, ajoute le journal, relevant que Ruto a qualifié l’élection de 2022 d’unique à la faveur de la paix qui a prévalu.

En Ethiopie,  »Fana bc » s’intéresse à la visite d’une délégation de hauts responsables du gouvernement fédéral dans la capitale de l’Etat régional du Tigray, Mekelle.

La délégation conduite par le président de la Chambre des Représentants du Peuple (Chambre basse du parlement éthiopien), Tagesse Chafo, se rend à Mekele, pour superviser la mise en œuvre des principales clauses de l’accord de paix signé entre le gouvernement fédéral et le front de libération du peuple du Tigray, souligne le média.

C’est la première visite d’une délégation du gouvernement éthiopien de haut niveau à Mekele depuis deux années, relève le média.

Sur le terrain, le média note dans un autre article que le réseau d’électricité a été rétabli dans 80 villes et villages au Tigray, Amhara et Afar, après la cessation des hostilités dans cette partie nord du pays.

Les services compétents déploient de grands efforts pour restaurer les infrastructures de distribution de l’électricité qui ont été endommagées pendant le conflit dans le nord de l’Éthiopie, ajoute le média.

Dans la même catégorie