MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  24 Janvier      14        revue de presse (625),

 

Dakar, 24/01/2023 -(MAP)- L’engagement du Président sénégalais Macky Sall à réformer la politique sanitaire et protéger les magistrats, la participation de la Côte d’Ivoire au Forum mondial de l’alimentation et de l’agriculture à Berlin, la campagne présidentielle du parti du Congrès des progressistes (APC) au Nigéria, la crise de l’électricité en Afrique du Sud, ainsi que l’accord de paix en Éthiopie, constituent l’essentiel de l’actualité analysée et commentée par la presse africaine de ce mardi.

Au Sénégal, les quotidiens évoquent dans leur édition de mardi l’engagement pris par le Président de la République Macky Sall à « réformer » sa politique sanitaire et de défendre les magistrats contre les attaques dont ils sont l’objet.

« L’État défendra avec fermeté la justice et les magistrats qui l’incarnent », rapporte le journal « Vox Populi ». Cet engagement a été pris par Macky Sall lors de la rentrée solennelle des cours et tribunaux.

Le magistrat El Hadji Birame Faye, conseiller référendaire à la Cour suprême, a prononcé le discours d’usage de la rentrée judiciaire, sur le thème de « la protection des usagers dans le système de santé publique ».

« Le thème (…) est un rappel des douloureux événements qui ont affecté des patients des hôpitaux de Louga et de Tivaouane’’, indique pour sa part « Le Quotidien », qui fait allusion à des comportements d’agents de santé ayant coûté la vie à des patients, dans ces deux villes, en 2022.

« Pour le président de la République, il est essentiel de réformer la gouvernance de la santé, en dépit de (…) la construction de nouvelles infrastructures » sanitaires, ajoute le média.

Quant à « L’Observateur », il commente la promesse faite par Macky Sall de doter le pays de nouvelles infrastructures judiciaires d’un coût de 250 milliards de francs CFA.

« L’As » affirme, pour sa part, sur la base de la promesse présidentielle, que « c’est un vaste programme de modernisation des infrastructures du ministère de la Justice qui va être lancé’’.

Pour sa part, « Bés Bi Le Jour » a mis l’accent sur la nécessité de « sauvegarder en toutes circonstances les droits et intérêts des usagers du système de santé publique et privée ».

« Le Soleil » indique, quant à lui, qu’en ce qui concerne la justice et la nécessité de défendre ses acteurs de la « défiance » de certains citoyens, comme le souhaite le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Sénégal, M. Mamadou Seck, « le Président de la République (…) a rappelé les nombreux efforts déployés par le gouvernement dans ce secteur ».

« Pour éviter cette défiance, la Justice gagnerait à retrouver cet humanisme que le haut magistrat a réclamé lundi pour nos hôpitaux’’, écrit « Le Témoin Quotidien ».

Au Nigeria, « The Guardian » rapporte que le Président Muhammadu Buhari a déclaré lundi qu’il avait fait la promesse de servir le Nigeria et les Nigérians au mieux de ses capacités.

M. Buhari a fait cette déclaration lorsqu’il a rendu hommage à l’émir de Bauchi, Alhaji Rilwanu Adamu, dans le cadre du rassemblement de la campagne présidentielle du parti du Congrès des progressistes (APC) dans la ville de Bauchi, indique le journal.

« En 2003 et 2012, j’ai visité les 774 zones de gouvernement local de ce pays, et en 2019, lorsque je me suis présenté pour un second mandat, j’ai visité tous les États », a déclaré le chef de l’État.

« Donc, là, j’ai fait la promesse et l’engagement que je servirai le Nigeria et les Nigérians au mieux de mes capacités », a-t-il souligné.

Pour sa part, « The Nation » écrit que la Commission des services de police (PSC) a réfuté lundi les informations selon lesquelles elle aurait approuvé la prolongation du mandat de l’inspecteur général de la police.

Réagissant à une publication en ligne, la PSC a déclaré qu’un commissaire de la commission avait été mal cité, indique le quotidien, ajoutant que l’inspecteur général de la police (IGP), Usman Baba, est sous pression en raison de la saga de sa retraite.

En Côte d’Ivoire, « Fraternité Matin » rapporte que le ministre de l’Agriculture et de Développement rural a représenté la Côte d’Ivoire au Forum mondial de l’alimentation et de l’agriculture tenu du 18 au 21 janvier 2023, à Berlin en Allemagne.

M. Adjoumani a pris une part active au panel de haut niveau organisé sur le thème: « Politiques cohérentes, actions efficaces: comment faire face à la crise alimentaire mondiale ? », précise la publication, notant que le représentant de la Côte d’Ivoire a saisi cette tribune pour expliquer la Politique agricole de deuxième génération (Pnia 2) qui consiste à créer des agropoles dans les différentes régions et à faire en sorte qu’il y ait des spécificités en fonction de la nature des sols et des zones dont dispose le pays.

« Pour régler définitivement le problème de la nutrition, il nous faut être capables de transformer ce que nous produisons, stocker nos produits et faciliter leur transport vers les zones de transformation », a-t-il indiqué, ajoute le journal.

De son côté, « L’Expression » écrit que « l’année 2023 se présente sous de meilleurs auspices, avec plus de challenges », selon une déclaration du ministre de l’Équipement et de l’Entretien routier, Amédé Kouakou.

Le responsable a ajouté que les interventions au cours de l’année 2023 porteront sur la poursuite des travaux d’aménagement et de bitumage des 1.922 km de routes neuves et le renforcement d’environ 1.000 km de routes revêtues, rapporte le média.

Au Gabon, « L’Union » souligne que le président de l’Union démocratique et républicaine (UDERE, majorité), Victor Missanda, a répondu lors d’un point de presse aux propos tenus par Gérard Ella Nguema, président du Front patriotique républicain (FPR), concernant à la répartition de la subvention de l’État aux partis politiques.

« M. Missanda n’est pas allé par quatre chemins pour condamner les propos ‘tendancieux’ du président du FPR qui avait dénoncé une répartition arbitraire des fonds de la subvention de l’État alloués aux partis politiques reconnus par les pouvoirs publics », explique le quotidien.

«Tout en laissant à Monsieur Gérard Ella Nguema la responsabilité de ses propos, l’Union démocratique et républicaine tient à préciser qu’elle considère avoir reçu sa part de subvention dans les proportions voulues par le Gouvernement», poursuit le journal en citant M. Missanda.

En Afrique du Sud, « Eyewitness News » écrit que la société civile a appelé à l’organisation d’une marche en février prochain pour protester contre l’exacerbation des délestages électriques.

Parmi les revendications qui seront portées lors de cette marche, figure l’annulation de la dernière augmentation du prix de l’électricité, l’éradication de la corruption au sein de la compagnie d’électricité publique « Eskom », la protection des infrastructures électriques et la création d’un ministère de l’Énergie dédié.

Citant l’activiste Zackie Achmat, le journal rapporte qu’une série de mesures doivent être prises pour remédier à la crise de l’électricité, dont la poursuite en justice des responsables qui ont contribué à la destruction d’Eskom durant la dernière décennie.

En même temps, a-t-il poursuivi, il est nécessaire de s’assurer que la société dispose d’un Conseil d’administration qui n’interfère pas dans les décisions de gestion, dans le but de donner une indépendance institutionnelle à la compagnie vis-à-vis de l’ingérence des hommes politiques.

Pour sa part, « The Mail And Guardian » indique que la pression monte alors que différents acteurs ont déposé des plaintes en justice afin d’obliger le gouvernement à assumer sa responsabilité dans la crise énergétique que traverse le pays.

Le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), compte ainsi déposer sa requête devant la Haute Cour pour amener les dirigeants du pays à trouver des solutions urgentes aux coupures de courant ainsi qu’à annuler la hausse des prix d’électricité décidées récemment par Eskom, souligne le média.

Il relève également que cela intervient quelques jours seulement après qu’un groupe de huit cabinets d’avocats a envoyé une lettre de mise en demeure au ministre des Entreprises publiques, Pravin Gordhan, et au directeur général d’Eskom, Andre de Ruyter, menaçant de contester les délestages devant la Cour constitutionnelle

En Éthiopie, « The Ethiopian Herald » consacre son éditorial à la mise en œuvre de l’accord de paix dans le pays, relevant que le gouvernement fédéral fait tout ce qu’on attend de lui pour ramener les choses à la normale après le rétablissement de la paix.

Grâce aux accords de Pretoria et de Nairobi, le gouvernement et les partenaires humanitaires ont passé à l’action en donnant la priorité aux besoins les plus urgents des zones touchées par la guerre, souligne l’éditorialiste.

Il signale que le gouvernement œuvre main dans la main avec tous les partenaires potentiels, notant que la communauté internationale doit tendre la main pour aider l’Exécutif à atteindre l’objectif souhaité de réhabiliter durablement les citoyens et de construire correctement les infrastructures endommagées.

« Évidemment, réhabiliter durablement ses concitoyens et les aider à mener une vie normale ne doit pas être laissé au seul gouvernement et à quelques partenaires comptés, car l’enjeu lui-même nécessite l’effort conjugué de tous », poursuit l’éditorialiste.

Dans la même catégorie