ANP Dosso : Saisie de stupéfiants d’une valeur de plus de 30 millions de francs MAP CAN de futsal (3e journée/Groupe A) : Le Maroc se qualifie pour les demi-finales en surclassant la Zambie (13-0) MAP Tan-Tan : la Marine Royale porte assistance à 53 candidats à la migration irrégulière ANP Les accords sur la vente du brut de pétrole nigérien au centre d’un entretien entre le Chef de l’État et l’Ambassadeur de Chine au Niger MAP Nigeria: Des ONG demandent à l’Etat de ne pas autoriser Shell à vendre sa filiale onshore MAP Au 1er anniversaire du conflit au Soudan, Guterres préconise une solution politique AIP Une journée organisée en l’honneur des enseignants de l’UFRICA de l’Université Félix Houphouët Boigny AIP Mise en œuvre des CND : le ministère de l’Environnement lance un appel à projet (Communiqué) AIP La Côte d’Ivoire enregistre une avancée significative dans la lutte contre le changement climatique (Ministre) AIB Soum: L’armée burkinabè pulvérise des pick-up chargés de carburant et de munitions

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  8 Février      18        revue de presse (625),

 

Dakar, 08/02/2023 (MAP)- La visite du président sénégalais Macky Sall dans la région de Thiès (centre-ouest), les projets du gouvernement pour assurer la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire, la crise du naira au Nigeria, la crise de l’électricité en Afrique du Sud et l’autosuffisance alimentaire en Éthiopie, sont les sujets les plus commentés par la presse africaine parue ce mercredi.

Au Sénégal, la politique domine l’actualité dans les quotidiens parus ce mercredi, notamment la visite de quatre jours du président Macky Sall dans la région de Thiès dans l’optique de la tenue d’un Conseil présidentiel en prélude du Conseil des ministres décentralisé prévu jeudi, mais aussi les perspectives à la Présidentielle de 2024.

‘’Macky sur les chantiers de Thiès’’, titre le journal ‘’Le Quotidien’’ qui parle de tournée économique du Président Macky Sall dans la région de Thiès, informant que le Chef de l’Etat sera entre ‘’inauguration et lancements de travaux’’.

Plus précis sur ce sujet, ‘’Sud Quotidien’’ annonce un Conseil des ministres décentralisé à Thiès à un an de l’élection présidentielle de 2024, et titre ‘’Macky, au testeur d’Idy’’.pour faire un clin d’œil à Idrissa Seck (Idy) président du Conseil économique social et environnemental, natif de cette ville qui va accueillir ce rendez hebdomadaire entre le chef de l’Etat et ses ministres.

Quant au journal ‘’Le Témoin’’, il titre ‘’Macky Sall sonne la reconquête par les réalisations !’’. ‘’Le Président de la République est attendu aujourd’hui à Thiès, capitale d’une région où la majorité présidentielle est acculée. Une région où il a énormément investi en infrastructures, les 448 milliards de réalisations prévues en 2014 ayant été largement dépassées avec plus de 542 milliards effectivement injectés. Le Président arrive avec un nouveau paquet de projets à dizaines de milliards…’’, fait observer le quotidien.

Il ajoute que ‘’cette tournée économique (…) sera surtout l’occasion pour le chef de l’Etat de recueillir les attentes des populations de cette région, la plus importante de notre pays sur le plan économique, après Dakar’’.

« Thiès, capitale administrative pour quatre jours’’, titre « Le Soleil », affirmant que ‘’les Thiessois sont prêts à dérouler le tapis rouge à Macky Sall’’.

‘’Du fait des importants investissements fournis par l’État dans le domaine des infrastructures hydrauliques, plusieurs quartiers de Thiès ont aujourd’hui un meilleur accès à l’eau potable’’, indique le journal.

Un an avant la présidentielle de 2024, le journal ‘’En Quête’’ présente ‘’Le branle-bas de combat’’. ‘’Entre meetings et tournées politiques, la campagne est déjà lancée en vue de 2024.

« Le décret de fixation de la date de l’élection n’est pas encore publié par le ministère de l’Intérieur. Qu’importe, entre meetings et tournées, la campagne est déjà lancée’’ pour le scrutin présidentiel de 2024, note la publication

‘’L’Info’’ note à sa manchette ‘’Sonko marche sur Amadou Bâ’’ (Premier ministre) lors de sa visite aux Parcelles Assainies (proche banlieue dakaroise, fief du Premier ministre). Dans sa déclaration, l’opposant Ousmane Sonko lance en ces mots ‘’+j’ai entendu un homme politique qui habite ici aux Parcelles se bomber le torse. Il s’appelle Amadou Bâ. Je vais vous dire une chose sur lui, parce que je le connais très bien. Je n’ai jamais rencontré un homme plus peureux que lui. C’est un grand peureux+’’

De son côté, ‘’WalfQuotidien’’ se penche sur la floraison des plaintes contre le leader de ‘’Pastef’’ Ousmane Sonko (opposition) et titre ‘’La liquidation de Sonko en marche’’.

 »Les plaintes se multiplient contre [lui]. Un policier qu’il a cité lors de sa dernière conférence de presse a décidé de le traduire en justice’’, écrit le journal en rappelant que l’opposant fait l’objet de plusieurs plaintes, dont l’une, pour diffamation, émane du ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang.

En Côte d’Ivoire, ’’Le Jour’’ écrit que la Côte d’Ivoire, puissance agricole, ne veut pas dépendre du reste du monde pour se nourrir.

Au-delà, des cultures de rente qui contribuent pour une part importante au Produit intérieur brut, le pays conduit de multiples programmes pour assurer sa sécurité et sa souveraineté alimentaire, explique le journal, notant que le gouvernement consent d’importants investissements à la hauteur de ses ambitions en matière de sécurité et de souveraineté alimentaire de la Côte d’Ivoire.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, a indiqué que dans le cadre de la sécurité alimentaire, le gouvernement ivoirien met en œuvre 40 projets dans le secteur agricole pour un investissement de plus de 220 milliards de FCFA, relève la publication.

De son côté, ’’Fraternité Matin’’ rapporte que le mercredi 08 février 2023 sera une date à inscrire dans les annales de l’histoire de la Côte d’Ivoire.

En effet, c’est à cette date que le Président de la République Alassane Ouattara procédera à la remise du Prix Félix Houphouët-Boigny-Unesco pour la recherche de la paix, et ce, à la Fondation Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro (Capitale politique), explique-t-on.

Selon la publication, le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix existe depuis 30 ans et récompense des personnes physiques ou morales issues des cinq continents et qui ont contribué à la promotion, à la sauvegarde, et au maintien de la paix dans le monde, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de l’Acte constitutif de l’UNESCO.

Au Gabon, L’« Union » écrit que le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG), Steeve Nzegho Dieko, a reçu en audience, Abdou Abarry, nouveau Représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies et chef du Bureau Régional des Nations Unies pour l’Afrique Centrale (UNOCA).

Cette rencontre entre les deux personnalités a été l’occasion pour le Représentant d’Antonio Guterres de présenter au numéro 2 du parti au pouvoir, les missions de l’UNOCA essentiellement en matière de prévention des conflits et la consolidation de la paix ».

Aussi, poursuit-on, Abdou Abarry a souligné « la disponibilité de l’UNOCA à accompagner le Gabon et ses acteurs politiques dans la consolidation et la promotion de la paix ».

Pour sa part, « GabonActu » rapporte que le porte-parole de PG41, le plus grand regroupement des partis politiques de l’opposition, Joachim Mbatchi, a fustigé la posture de certains de ses pairs retenus qui ont boycotté leur installation dans les commissions de mise en place du bureau du Centre gabonais des élections (CGE), avant d’indiquer que ses représentants désignés poursuivent plutôt sereinement leurs travaux au sein de ces mêmes commissions.

« Pour nous PG41, nous sommes sereins, nos représentants vaquent à leurs occupations au sein de la commission ad hoc et collège spécial, nous pensons que pour l’instant tout va bien », a-t-il dit.

Pour le président du Forum pour la défense de la république (FDR), la désignation par le Ministre l’intérieur, Lambert-Noel Matha, des membres de l’opposition dans ces commissions, s’est fait dans les règles, poursuit le journal.

Faute de consensus de l’opposition, le membre du gouvernement aurait décidé de designer les représentants de l’opposition, conformément à la loi, poursuit-on.

La PG 41 qui milite pour le «changement et alternance pacifique au Gabon », pense que les leaders des partis membres de la « Plateforme Alternance 2023 », à l’origine du boycott, sont des simples agitateurs qui auraient un agenda caché, écrit le quotidien.

 

Au Nigeria, « The Nation » écrit que la crise du naira a déclenché de violentes protestations dans certaines parties du pays hier, alors que la plupart des agences bancaires ont précipitamment cessé leurs activités.

Une agence de la First Bank a été incendiée dans l’État d’Ogun au cours de la manifestation, au cours de laquelle un homme a été abattu, indique le journal.

Abeokuta, la capitale de l’État, a été plongée dans le chaos lorsque des jeunes en colère ont bloqué certaines routes, allumé des feux et détruit des panneaux d’affichage en raison de la colère suscitée par la pénurie de naira, poursuit le média.

Dans l’État d’Ondo, des habitants ont défilé sur la voie express Bénin/Ore, provoquant un embouteillage qui a laissé de nombreux voyageurs bloqués, précise-t-on, ajoutant que la pénurie de liquidités a été aggravée par le rejet des paiements en ligne et aux points de vente (PoS) par les entreprises, notamment les stations-service et les sociétés de transport.

Pour sa part, « The Guardian » rapporte qu’à deux semaines des élections générales et face à la pénurie de naira dans tout le pays, le président de la Commission électorale nationale indépendante (INEC), Mahmood Yakubu, a rencontré le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN), Godwin Emefiele, au sujet de la nouvelle politique du naira, au siège de la CBN à Abuja.

Lors de sa visite de courtoisie à la CBN, M. Yakubu a exprimé son inquiétude quant à cette politique et à la manière dont elle pourrait affecter les élections générales de 2023 si elle n’est pas gérée, fait savoir le quotidien.

Il a déclaré que certains des prestataires de services, notamment les transporteurs, doivent être payés en espèces et que, par ailleurs, l’expérience a montré que des situations d’urgence peuvent survenir le jour des élections, ce qui pourrait exiger l’utilisation d’espèces par la Commission, souligne la publication.

Il a donc demandé des concessions concernant la politique de refonte du naira, avec une référence spécifique aux limitations imposées aux retraits d’espèces, explique-t-on.

Au Kenya, « The Star » écrit que la volonté du chef de l’Opposition, Raila Odinga, de renverser le gouvernement de William Ruto va trop loin pour la plupart de ses anciens partisans.

Il est temps pour Odinga d’adoucir sa rhétorique et d’accepter que le président Ruto reste en fonction jusqu’en 2027, estime l’éditorialiste, notant qu’il peut encore souligner les échecs du gouvernement mais il ne réussira pas à renverser Ruto.

D’autre part, l’ancien président Uhuru Kenyatta doit décider cette semaine s’il reste président de la coalition “Azimio”, ajoute l’auteur de l’article, soulignant que lui aussi devrait accepter que Ruto est là pour rester.

En retour, s’ils acceptent sa présidence, implicitement ou explicitement, le président Ruto devrait traiter l’ancien président et l’ancien premier ministre avec le respect auquel ils ont droit, fait-il observer,

Le journal rappelle que neuf députés du parti Mouvement démocrate orange (ODM) de Raila Odinga, et membre de la coalition “Azimio” ont rencontré le président Ruto, probablement pour discuter de la manière dont ils pourraient travailler avec le gouvernement tout en restant dans l’opposition, relevant que le porte-parole de l’ODM a qualifié la réunion de diversion visant à détourner l’attention du public des échecs du gouvernement.

En Ethiopie, « The Ethiopian Herald » consacre son éditorial aux efforts pour atteindre l’autosuffisance alimentaire en relevant que les actions de l’Éthiopie pour assurer la sécurité alimentaire, créer une économie résiliente et prévenir le changement climatique donnent des résultats tangibles.

Malgré le conflit que le pays a connu au cours des deux dernières années, la crise économique mondiale résultant de la pandémie de COVID-19 et la crise russo-ukrainienne, l’Éthiopie enregistre une croissance économique positive, souligne l’éditorialiste.

Le secteur agricole et l’initiative « Green Legacy » sont entre autres domaines dans lesquels les réformes du gouvernement sont menées avec détermination pour inverser la précédente sécheresse récurrente et l’insécurité alimentaire et des résultats positifs ont été observés, écrit l’éditorialiste.

Le secteur agricole est l’un des domaines où le gouvernement a fixé des objectifs pour améliorer la production et la productivité et éviter les insécurités alimentaires, note l’éditorialiste, citant dans ce sens le plan de développement décennal de l’Éthiopie (2021-2030), qui accorde la priorité à la modernisation de l’agriculture comme objectif primordial et encourage en conséquence la production animale et alimentaire, le reboisement et la promotion des énergies renouvelables.

Tout en augmentant la sécurité alimentaire et l’autosuffisance en blé, le développement d’un système d’irrigation à petite et grande échelle et la création d’un lien solide entre l’agriculture et le secteur manufacturier font également partie de l’objectif du gouvernement de créer des emplois décents pour les jeunes et d’assurer le progrès du pays, relève le commentateur.

L’Éthiopie est un pays doté de ressources naturelles abondantes, d’une masse continentale adéquate, d’un sol fertile et d’un climat favorable à l’agriculture. Cependant, la plupart de ces ressources n’ont pas été exploitées correctement ou gérées efficacement, relève-t-il.

En Afrique du Sud, « The Citizen » s’attarde sur la crise de l’électricité qui ne cesse de s’aggraver depuis plusieurs mois.

Le journal fait savoir ainsi que le gouvernement vient de demander un avis juridique sur la possibilité de déclarer l’état de catastrophe nationale pour atténuer les délestages électriques.

Le Président Cyril Ramaphosa a déclaré que des discussions étaient déjà en cours au sein du gouvernement pour déterminer si les exigences légales pour la déclaration d’un état de catastrophe national étaient remplies, précise le journal.

«Comme cela a été le cas avec la pandémie de la Covid-19, la déclaration de l’état de catastrophe permettra de mobiliser les moyens nécessaires pour faire face à la crise de l’électricité qui secoue le pays», indique la publication en revenant sur les propos du chef de l’État.

Dans la même veine, « SA News » indique que l’Agence gouvernementale des statistiques (Stats SA) a révélé que la production d’électricité dans le pays avait diminué d’environ 8,3 % en glissement annuel en décembre dernier.

La consommation d’électricité a également diminué de quelque 7,6 % en glissement annuel en décembre de l’année dernière, ajoute le média, précisant que la production totale d’électricité a baissé de 3,9 % en 2022 par rapport à 2021.

Dans la même catégorie