MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  13 Février      35        revue de presse (625),

 

Dakar, 13/02/2023 -(MAP)- La presse africaine aborde lundi plusieurs sujets d’actualité, notamment la tournée du Président sénégalais Macky Sall dans la région de Thiès, la situation énergétique au Nigeria, la lutte contre la corruption en Côte d’Ivoire, les déboires financiers de la compagnie d’électricité publique sud-africaine, le lancement de nouvelles lignes aériennes entre l’Éthiopie et le Ghana, ainsi que la situation sécuritaire au Kenya.

Au Sénégal, la politique continue d’occuper l’essentiel de l’actualité des quotidiens, en particulier la tournée du Président Macky Sall à Thiès, région centre du pays, marquée par des inaugurations et le lancement de plusieurs travaux.

« L’Exclusif » revient ainsi sur l’inauguration de la centrale électrique de Malicounda (Mbour-Petite Côte), faisant état d’une mobilisation exceptionnelle et d’une liesse populaire.

Pour sa part, « L’Info », relève que M. Sall a, à cette occasion, vanté sa politique énergétique. « Cet ouvrage d’envergure, d’un coût de 101 milliards de FCfa, ouvre une nouvelle ère dans le cadre du partenariat public privé, avec l’intégration de la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) comme actionnaire », a souligné le chef de l’État, cité par le journal.

Il a ajouté qu' »à travers la réalisation d’infrastructures majeures, dont 12 centrales d’une puissance installée de 271 MW d’énergie solaire, notre pays marche résolument vers la souveraineté énergétique dans une logique d’équité territoriale et de développement durable’’.

Quant au journal « Le Soleil », il s’est focalisé sur le centenaire de l’école Prytanée militaire de Saint-Louis (région nord), titrant à sa Une « L’excellence dans la durée ».

Dans un autre registre, « Yoor-Yoor » annonce une visite du leader de Pastef à « Walf Tv » après la suspension de son signal suite à son meeting interdit à Mbacké par les autorités administratives locales, vendredi dernier.

« Sud Quotidien » s’interroge, de son côté sur la situation politique tendue sur le fond de la violence verbale suscitée par l’affaire « Sweet Beauté » qui implique le chef de l’opposition, accusé de viol et de menaces de mort.

Sur la suspension du signal de sa télévision pour sept jours ‘’Walf » se rebiffe contre le monstre’’, affiche le journal ‘’Walf Quotidien’’. Le président du groupe Cheikh Niasse précise en ces mots +nous ne sommes pas contre le pouvoir ni avec l’opposition+’’. Le média parle de plan de riposte du groupe de Front de Terre (quartier abritant ce groupe) mais également d’autres réactions comme celle de Sonko qui dit +si c’était France 24…+’’.

D’autre part, le Président Macky Sall réagit à la Une de ‘’L’Observateur’’ ‘’+Je ne laisserai personne détruire ce pays+’’ lors de la réunion nocturne entre le Président et ses partisans à Thiès’’, renseigne la publication.

Au Nigeria, « The Guardian » écrit que la situation énergétique du Nigeria et d’autres pays africains suscite des inquiétudes lorsque les dirigeants mondiaux ou régionaux discutent du développement durable ou de la croissance verte.

Selon le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), environ 97% des communautés nigérianes utilisent encore le bois de chauffage pour la cuisine et d’autres activités, indique le journal.

« L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a déclaré qu’environ 770 millions de personnes en Afrique sont privées d’électricité. Il s’ensuit que l’Afrique, dont la population croît très rapidement, est la pire région du monde en termes d’accès à l’énergie », rapporte le média.

Dans un autre registre, « The Nation » écrit que le candidat du Congrès des progressistes (APC) à la présidence, Asiwaju Bola Ahmed Tinubu, a proposé une solution en six points à la crise déclenchée par la refonte du Naira et l’échange de devises.

Il a exhorté la Banque centrale du Nigeria (CBN) à permettre aux nouveaux et anciens billets de naira de coexister en tant qu’offres légales pour les 12 prochains mois, précise le quotidien.

L’éminent politicien a également appelé à la suspension immédiate des frais associés aux transactions en ligne, aux transferts bancaires et aux paiements via les points de vente (POS) jusqu’à ce que la crise actuelle soit entièrement résolue, ajoute la publication.

Dans une tribune intitulée : « Tirons le meilleur parti de ce moment », M. Tinubu a également enjoint la CBN à mobiliser toutes les banques de dépôt et les plateformes de paiement pour qu’elles s’engagent clairement à développer leurs infrastructures et leurs services de soutien dans les délais prévus, poursuit-on.

En Côte d’Ivoire, « Linfodrome » rapporte que le ministre de la Promotion de la Bonne gouvernance et de la Lutte contre la corruption, Epiphane Zoro, a exhorté les dirigeants d’entreprises privées à faire en sorte que la Côte d’Ivoire devienne un pays où l’intégrité est la norme et la corruption est réduite structurellement, et à se doter de la norme ISO 37001.

« Chers dirigeants d’entreprises privées, faisons-en sorte que la Côte d’Ivoire devienne un pays où l’intégrité est la norme et la corruption est réduite structurellement», a-t-il déclaré.

Selon le journal, le ministre a ajouté que « pour mettre en place une série de mesures pour contrer le risque de corruption et/ou pour gagner de nouvelles parts de marché, la norme ISO 37001 est un guide pratique qui offre un suivi méthodologique accessible aussi bien à l’équipe dirigeante qu’au personnel non initié au droit ».

Sur un autre registre, ’’Fraternité Matin’’ fait savoir que les acteurs de l’évaluation au sein de l’Inspection générale d’État (IGE) et des Inspecteurs généraux des ministères (IGM) ont harmonisé leurs vues sur les procédures et pratiques de conduite des missions d’évaluation contenues dans le projet de manuel de procédures.

Lors d’un atelier organisé à Abidjan, les participants ont validé le projet de manuel de procédures afin de se doter d’un outil qui leur permettra désormais d’être plus efficaces et mieux armés face à ce nouveau type de contrôle et d’harmoniser leurs méthodes dans le travail, écrit la publication.

En Afrique du Sud, « Sowetan » revient sur les déboires financiers de la compagnie d’électricité publique « Eskom », faisant savoir que cette entité aurait perdu plus d’un milliard de dollars en 2022, consacrant ses résultats négatifs pour la cinquième année consécutive.

Citant le directeur général de la compagnie, Andre De Ruyter, le journal écrit que la dette d’Eskom, qui fournit plus de 90% de l’électricité du pays, s’est établie cette année à près de 400 milliards de rands (plus de 23 milliards de dollars).

À cet égard, le directeur financier d’Eskom, Calib Cassim, a souligné que sans le soutien du gouvernement, la compagnie ne sera pas en mesure de respecter tous ses engagements en matière de service de la dette.

Pour sa part, « The Citizen » s’arrête sur le problème du réchauffement climatique, signalant que l’Afrique du Sud se situe au 13e rang des plus grands émetteurs de carbone au monde.

« Les émissions de gaz à effet de serre par personne en l’Afrique du Sud sont plus proches de celles de l’Allemagne ou du Japon, principalement en raison de sa dépendance au charbon pour 80 % de la production d’électricité », ajoute le quotidien.

Il signale ainsi que le pays a besoin d’un déploiement rapide des sources d’énergie renouvelables afin de réduire les émissions de carbone, de répondre à la crise énergétique et de soutenir la croissance économique.

En Éthiopie, « Fana bc » s’intéresse au lancement de nouvelles lignes aériennes entre le pays et le Ghana, relevant que ces vols offriront davantage d’options de connectivité aux voyageurs en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie et en Europe.

La compagnie nationale aérienne éthiopienne devrait lancer ces vols de nuit vers Accra, au Ghana, à partir du 26 mars prochain, ce qui permettra aux passagers de se connecter au vaste réseau de la compagnie aérienne en Afrique et vers des destinations au Moyen-Orient et en Asie, précise le média.

En plus de son hub principal d’Addis-Abeba en Éthiopie, la compagnie poursuit sa stratégie multi-hub à Lomé au Togo, Lilongwe au Malawi et Lusaka en Zambie, souligne le média.

Au Kenya, « The Star » rapporte que le nombre de morts dans les attaques de banditisme dans le North Rift est passé à plus de 40 en un mois, notant que la pression monte sur le gouvernement pour qu’il agisse avec fermeté et sécurise la région.

Le ministre de l’Intérieur, Kithure Kindiki, s’est rendu dans la région suite à une directive du président William Ruto, tenant une série de réunions stratégiques avec les équipes de sécurité pour mettre en place un plan d’action qui devrait mettre fin aux activités de banditisme, indique l’auteur de l’article.

Selon le journal, on craint que les écoles des zones touchées ne soient fermées en raison de la montée des tensions.

De son côté, The Citizen écrit que quelque 200 chefs de la communauté Maasai se sont engagés à mener des campagnes pour mettre fin aux mutilations génitales féminines (MGF).

Lors d’une formation assurée par des médecins, les chefs de tribus ont été sensibilisés à l’illégalité des MGF et à ses conséquences juridiques, notamment des peines d’emprisonnement et des amendes.

Dans la même catégorie