MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  16 Février      31        revue de presse (625),

 

Dakar, 16/02/2023 -(MAP)- La presse africaine s’attarde jeudi sur plusieurs sujets d’actualité, notamment les derniers développements sur la scène politique au Sénégal, le séminaire de réflexion sur la migration en côte d’Ivoire, l’octroi par les Etats-Unis au Gabon d’un stock d’antirétroviraux pour lutter contre le VIH-Sida et la polémique suscitée par le retrait progressif des anciens billets de naira au Nigéria.

Les journaux abordent également le report du remaniement gouvernemental en Afrique du Sud, les premières exportations de blé d’Ethiopie et la migration des travailleurs de santé kenyans.

Au Sénégal, la presse locale aborde la réaction du leader du Pastef (Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité, opposition) Ousmane Sonko relatif à son procès de diffamation qui l’oppose au ministre Mame Mbaye Niang, ainsi que les perspectives en vue de la présidentielle de 2024.

« Sonko lâche ses troupes au tribunal », titre « L’Info ». « J’ai demandé à tous les Sénégalais d’aller au tribunal, parce que c’est une audience publique. Ce procès est un procès du Prodac (programme des domaines communautaires) que gérait le nouveau ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang. Ils nous donnent l’occasion de déclarer ce que nous savons de ce dossier. Ils ne peuvent pas à travers ce dossier me condamner et me rendre inéligible », rapporte le journal, citant l’opposant sénégalais.

« Direct News » se demande à sa Une ‘’Ousmane Sonko pourra-t-il s’en sortir’’ contre cette plainte en diffamation de Mame Mbaye Niang qui lui reproche d’avoir déclaré qu’il avait été épinglé par un rapport de l’IGE (Inspection générale d’Etat) pour sa gestion des fonds des 29 milliards du Prodac’’.

D’autre part, « Khalifa Sall trace sa voie’’ relate ‘’En Quête’’ qui se profile à la présidentielle de 2024.

Selon le journal, le patron du mouvement « Taxawu’’ (assister) Sénégal, s’est déchargé hier de son poste de président de Yewwi Askan Wi (libérer le peuple-Yaw). En tournée depuis deux semaines, il tisse sa toile et ne doute pas de sa candidature en 2024. Khalifa Sall, prend ses distances de Sonko et se fait un devoir de réunir la famille socialiste.

Alors que « la gauche cherche sa voie à un an de la présidentielle de 2024 », titre ‘’Bes Bi Le Jour’’, l’Alliance des forces de progrès (Afp), le Parti socialiste (Ps), la ligue démocratique (Ld) et le Parti de l’indépendance et du travail (Pit) veulent peser sur le cours politique, indique le média.

‘’Sud Quotidien’’ renchérit sous le titre ‘’La gauche prend date’’, « avec un groupe d’initiative pour les assises de la gauche plurielle+ en bandoulière, unie, démocratique, laïque et panafricaine, ouverte et inclusive, autour des conclusions des Assises nationales avec un discours nouveau et des méthodes nouvelles+ pour la présidentielle de 2024 en ligne de mire’’.

Loin de cela, ‘’Le Soleil’’ parle des cancers de l’Enfant en relevant « un mal en quête de gratuité de soins’’. ‘’Ils représentent 1% de tous les cancers. Chaque année, 800 à 1200 nouveaux cas enregistrés au Sénégal. L’État est appelé au secours pour une prise en charge gratuite’’, indique le quotidien national.

En Côte d’Ivoire, « Linfodrome » écrit que sous l’égide du ministère d’État, ministère des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Diaspora, la direction générale de la diaspora (DGD) organise, du 15 au 17 février, un séminaire de réflexion sur la migration dans le pays.

Selon la publication, ce séminaire se veut un cadre d’échanges et de partage d’expériences entre des acteurs étatiques et non étatiques, débouchant sur des recommandations qui seront tenues en considération dans l’élaboration de la politique nationale de la migration.

« Fraternité Matin » rapporte, quant à lui, que le gouvernement a annoncé, mercredi, l’ouverture des frontières terrestres de la Côte d’Ivoire.

À cet effet, un décret a été adopté en Conseil des ministres, précise le quotidien, signalant que cette décision a été prise au regard de l’évolution favorable de la situation sanitaire mondiale et de la reprise de l’activité économique.

«Alors que les frontières aériennes et maritimes sont déjà ouvertes, le décret fixant l’ouverture des frontières terrestres a été publié dans la même dynamique», note le journal.

Au Gabon, « L’Union » souligne que le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Dr Guy Patrick Obiang Ndong a reçu en audience, Ellen Thorburn, chargée d’affaires à l’ambassade des Etats-Unis au Gabon, en présence du Représentant résident de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr. Magaran Monzon Bagayoko.

L’entretien avec le ministre Dr Guy Patrick Obiang Ndong avait pour objectif l’allocation spéciale du gouvernement américain au gouvernement gabonais d’un stock d’antirétroviraux d’un montant estimé à 3,5 millions de dollars américains, soit un peu plus de 2. 130. 800.000 de FCFA et dont la distribution sera gratuite aux personnes vivant avec le VIH-sida (PVVIH), ajoute la même source.

La diplomate américaine a, par ailleurs, saisi cette occasion pour marquer la volonté du gouvernement américain de soutenir les mesures du programme Gabon -Égalité du ministère de la Santé et des Affaires sociales au bénéfice du centre d’accueil Gabon-Egalité, poursuit-on.

En plus, elle a exprimé la volonté de son gouvernement de soutenir la lutte contre la tuberculose au Gabon par la dotation d’une unité mobile de laboratoire, précise le quotidien.

Au Nigeria, « The Nation » écrit que la Cour suprême a déclaré hier que son ordonnance empêchant le gouvernement fédéral de retirer progressivement les anciens billets de naira le 10 février reste en vigueur.

En effet, les anciens billets de 200, 500 et 1000 restent des offres légales conformément à l’ordonnance du 8 février, indique le journal, ajoutant que le tribunal a apporté cette précision suite à une plainte déposée par l’avocat des plaignants, Abdulhakeem Mustapha.

Il a déclaré que le gouvernement fédéral et ses agences n’ont pas respecté l’ordonnance, la plupart des banques refusant d’accepter les dépôts de vieux billets, ajoute le média.

M. Mustapha a déclaré que les plaignants (les États de Kaduna, Kogi et Zamfara) ont déposé un avis de non-respect de l’ordonnance, fait savoir la publication, soulignant qu’il a exhorté le tribunal à protéger sa dignité en prenant des mesures contre le défendeur.

Pour sa part, « The Guardian » rapporte que le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a ordonné jeudi à la Banque centrale du Nigeria (CBN) de laisser coexister les anciens billets de 200 naira et les billets redessinés de 200, 500 et 1000 naira.

M. Buhari a donné cette directive à la CBN lors d’une émission nationale diffusée sur les stations nationales, indique le quotidien, précisant que le président a déclaré que seuls les anciens billets de 200 naira continueront à avoir cours légal jusqu’au lundi 10 avril.

En Afrique du Sud, « City Press » indique que le Président sud-africain Cyril Ramaphosa a reporté l’annonce du remaniement de son exécutif jusqu’à la présentation du budget annuel la semaine prochaine.

Le portefeuille de la Fonction publique et de l’Administration n’a pas été pourvu depuis près d’un an, tandis que celui des Transports va bientôt devenir vacant, son titulaire M. Fikile Mbalula censé démissionner pour occuper le poste de Secrétaire général du Congrès national africain (ANC au pouvoir), rappelle le journal.

Ramaphosa devra également nommer un nouveau vice-président, le titulaire David Mabuza ayant annoncé son intention de démissionner pour faire place à Paul Mashatile qui l’a remplacé à la tête de l’ANC durant les élections internes tenues en décembre dernier.

Pour sa part, « Money Web » souligne que le chef de l’État doit agir rapidement car la confiance dans son gouvernement a été sapée par sa gestion de la crise de l’électricité dans le pays.

Il précise que dans son discours sur l’état de la nation, prononcé la semaine dernière, M. Ramaphosa a annoncé son intention de nommer un nouveau ministre de l’électricité au sein de la Présidence pour faire face aux coupures de courant qui pèsent lourdement sur l’économie du pays.

Par ailleurs, le média estime que parmi les considérations que Ramaphosa devra prendre en compte figure la répartition des tâches entre le ministre des Entreprises publiques qui supervise la compagnie publique d’électricité « Eskom », le ministre de l’Énergie qui a la responsabilité globale d’assurer le bon approvisionnement en électricité, ainsi que le nouveau ministre de l’électricité nommé à la Présidence.

En Ethiopie « The Ethiopian Herald » revient dans son éditorial sur les premières exportations de blé en relevant que l’Ethiopie devrait exporter un grand volume de blé cette année sans affecter la demande locale.

Cela signifie que le pays est en mesure de couvrir sa demande locale en blé et de devenir l’un des pays au monde qui fournit la culture de base aux pays qui en ont besoin, souligne l’éditorialiste, rappelant que la culture du blé est très demandée en Ethiopie.

L’éditorialiste note que le gouvernement a pris des mesures strictes pour stimuler la production et la productivité du blé au cours des deux dernières années, soulignant qu’actuellement le pays a récolté un excédent de blé au cours de la seule dernière saison des pluies.

Ajouté à la quantité que le pays produira au cours de la prochaine saison, il est clair qu’il y aura un volume considérable de blé à exporter, ajoute notamment l’éditorialiste.

Au Kenya, The Star écrit que le ministère de la Santé tiendra ce jeudi une réunion sur la politique visant à assurer la migration coordonnée des travailleurs de la santé.

La réunion à laquelle participeront les chefs de directions, de divisions et de départements intervient à un moment où le pays connaît une émigration importante des agents de santé à la recherche de meilleures conditions et rémunérations, souligne le journal, faisant savoir que le directeur général de la Santé par intérim, Patrick Amoth, a reconnu que l’absence de coordination de la migration risque de fragiliser les systèmes de santé.

Ce risque a rendu nécessaire la création d’un groupe de travail pour développer une politique de migration au sein du secteur, explique l’auteur de l’article, notant que le projet de la nouvelle politique a été élaboré au cours de réunions consultatives avec divers intervenants.

En juin 2022, le ministère de la Santé a annoncé le départ du premier groupe d’infirmières kényanes recrutées pour travailler au Royaume-Uni dans le cadre d’un accord bilatéral entre les deux pays sur le recrutement du personnel de santé, rappelle le journal, précisant que l’accord a été signé par l’ancien président Uhuru Kenyatta et l’ancien Premier ministre britannique Boris Johnson en janvier 2021.

Dans la même catégorie