AIP Prix africain de l’innovation en ingénierie 2024 : un Ivoirien par les finalistes AIP Des conventions de partenariat signées entre l’AGEFOP et des structures pour l’exécution de projets d’étude et de formations AIP Africa CEO Forum : une délégation de haut niveau du groupe MTN échange avec le Premier ministre ivoirien AIP Une banque panafricaine réitère sa volonté de promouvoir l’entrepreneuriat et l’innovation sur le continent APS SENEGAL-COOPERATION / Ousmane Sonko a reçu en audience les ambassadeurs de quatre pays APS SENEGAL-SOCIETE-INFRASTRUCTURES / Khady Diène Gaye promet d’améliorer la gestion des maisons de la jeunesse et de la citoyenneté APS SENEGAL-EDUCATION / Le gouvernement engagé à bâtir un capital humain de qualité sur la base d’une éducation attrayante (ministre) APS SENEGAL-FINANCE / Vers le déploiement de 1.106 volontaires de la microfinance dans les 14 régions APS SENEGAL-HABITAT / La production d’un plus grand nombre de logements impactera le loyer (ministre) MAP Togo : Le Premier ministre et son gouvernement démissionnent

Revue de la Presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  23 Décembre      33        revue de presse (625),

 

Rabat, 23/12/2019 (MAP)- La Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, le dialogue politique au Mali, l’alternance politique en RD Congo et la réforme du franc CFA de l’Afrique de l’Ouest , sont les principaux sujets développés par la presse africaine parue lundi.

Au Sénégal, la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) tenue à Abuja et le remplacement prochain du Franc CFA par l’ECO sont les principaux sujets traités par la presse de la place.

Concernant le premier sujet, +Le Soleil+ écrit que la 56è session ordinaire de al CEDEAO, réunie samedi à Abuja a plaidé pour la construction de la démocratie et de la paix dans un contexte pré-électoral dans plusieurs pays membres.

Abordant le deuxième tour de l’élection présidentielle en Guinée Bissau et les six élections présidentielles qui vont se tenir en 2020, dans l’espace CEDEAO, la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement a appelé à la consolidation de la démocratie et de la paix, indique la publication.

« Après 75 ans de cours monétaire : la mort déguisée du franc CFA », titre en Une +Vox Populi+, relevant qu’un accord franco-africain a été trouvé pour une profonde réforme du franc CFA qui deviendra l’Eco.

Selon la publication, le président français Emanuel Macron a annoncé samedi à Abidjan la fin prochaine du Franc CFA qui sera remplacé par l’Eco, notant que c’est donc la fin du Franc des colonies françaises d’Afrique créé en 1945 et qui était devenu le Franc de la communauté financière africaine après les indépendances.

Huit pays d’Afrique de l’Ouest et la France ont décidé une réforme d’envergure du franc CFA, selon le journal, qui précise que cette réforme a été négociée depuis six mois entre la France et les huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Cote d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

En Côte d’Ivoire, « Fraternité Matin » rapporte que le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, président en exercice de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), a annoncé, samedi à Abidjan, au nom de ses pairs de l’Union, une profonde réforme du franc CFA de l’Afrique de l’Ouest qui devrait changer d’appellation pour devenir l’Eco en 2020.

« Avec les autres chefs d’Etat de l’UEMOA, nous avons décidé de faire une réforme du Franc CFA avec trois changements majeurs (…) tout d’abord le changement du nom de la monnaie du Fcfa à l’ECO », a déclaré le président Ouattara en conférence de presse conjointe avec son homologue français Emmanuel Macron, en visite officielle en Côte d’Ivoire.

Aussi, peut-on lire,, les chefs d’Etat de l’UEMOA ont décidé la centralisation de 50% des réserves de changes au Trésor français et la fermeture du compte d’opération, et troisièmement, le retrait des représentants de la France de tout organe de décision et de gestion de l’UEMOA.

Sur un autre registre, la presse ivoirienne indique que le président Macron a affirmé, samedi, à la résidence de France à Abidjan, sa confiance en la capacité des autorités ivoiriennes et des ivoiriens en général, à aller à l’élection présidentielle de 2020 dans la paix.

Le président français a dit vouloir rassurer ses ressortissantes pour qui “les élections présidentielles en Côte d’Ivoire prévues à la fin de l’année 2020, suscitent des interrogations, peut-être des attentes”.

 


 

En RD Congo +Forum des AS+ revient sur l’annulation de la mobilisation d’un budget de 6 millions de dollars pour célébrer l’alternance politique le 24 janvier prochain en RDC. « La lame de fond populaire a épargné le pays d’un gâchis. Chapeau au tollé citoyen consécutif à l’annonce du budget de la commémoration du premier anniversaire de la passation civilisée de pouvoir. Non pas qu’il ne soit pas de bon ton de commémorer cet événement exemplaire à plus d’un titre. L’alternance pacifique en vaut la chandelle. Mais pas à n’importe quel prix. Surtout pas au détriment du dividende démocratique que les Congolais attendent…de plus en plus désespérément élections après élections », écrit l’éditorialiste.

“On peut magnifier et entretenir sobrement la valeur pédagogique du 24 janvier 2019. Même si la sobriété reste à chiffrer, la note ne devrait pas se décliner en millions de dollars. Bonne nouvelle par avance pour le Trésor public”, ajoute-t-il.

Pour +L’Avenir+ les propos du ministre près le Président de la République, M. André Kabanda Kana, qui a annoncé un budget de 6 millions de dollars pour fêter l’alternance démocratique et pacifique advenue au sommet de l’Etat, “ont été diversement interprétés jusqu’à provoquer un tollé sur les réseaux sociaux. Et pourtant, cette commémoration est voulue en vue d’affermir la culture démocratique au sein de l’opinion nationale”.

“Vendredi dernier, le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi a précisé qu’il n’a jamais été question, tenant compte de nos maigres ressources et de la situation de précarité que vivent beaucoup de nos compatriotes, de consacrer à cette commémoration un budget exorbitant de 6.000.000$ US. Cet événement historique sera organisé avec la plus grande sobriété”, précise l’auteur de l’article.

Au Mali, +l’essor+ indique que les travaux du dialogue national inclusif (DNI) ont pris fin, dimanche à Bamako, sous la présidence du chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Kieta.

« Cette rencontre inclusive de haut niveau a réuni toutes les forces vives de la Nation. Une occasion pour les fils et filles du pays de se retrouver autour de la table pour échanger sur les préoccupations du pays afin de leur trouver des solutions pérennes », selon le ministère malien des Affaires étrangères cité par le journal.

Au terme du DNI, les participants ont convenu de tenir des élections législatives avant le 02 mai 2020 et d’organiser un référendum constitutionnel courant la même année.

Il est question aussi du redéploiement des forces de défense et de sécurité reconstituées et le retour de l’administration sur l’ensemble du territoire malien, outre la relecture de certaines dispositions de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, note la publication.

 


 

 

Au Kenya, les principaux quotidiens rapportent lundi que des hommes armés du groupe jihadiste somalien des Shabaab ont pris d’assaut, dimanche, un chantier de construction à Mandera et fait exploser du matériel d’une valeur de 39,8 millions de shillings (environ 380.000 dollars).

Des rapports de police cités par les médias indiquent que la milice armée a pris d’assaut le camp de Hagarsu dans le sous-site de Bida à 2h45 du matin avant d’exécuter leur forfait.

Selon la police, un nombre inconnu de militants présumés d’al Shabaab a pris d’assaut le camp vers 2 h 45 du matin et les deux gardiens qui se trouvaient sur le site se sont enfuis.

une excavatrice d’une valeur de 20 millions de shillings, une machine à rouleaux plats d’une valeur de 9,5 millions de shillings, un rouleau à pieds de shiff d’une valeur de 9,5 millions de shillings et une pompe à pression d’une valeur de 80000 shillings ont été détruits par les hommes armés des Shabaab, souligne la police dans un communiqué relayé par les médias.

Au Rwanda, la presse locale rapporte que plus de 70 rebelles rwandais arrêtés par l’armée congolaise et environ 1.800 de leurs proches ont été remis samedi aux autorités rwandaises à la frontière de Ruzizi 1″.

Le journal électronique +Rwanda Podium+ écrit que « les 71 combattants sont des membres du groupe armé du Conseil national pour la renaissance et la démocratie (CNRD), une filiale de la rébellion des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) », notant que les rebelles ont été rapatriés suite à leur défaite par l’armée congolaise dans la province du Sud-Kivu.

Les personnes rapatriées samedi constituent la dernière vague de capturés et rendus qui étaient encore gardés dans le camp militaire de Nyamunyunyi, indique le média, ajoutant qu’un premier groupe de 291 rebelles rwandais avait été rapatrié en novembre dernier au Rwanda.

Sur un autre registre, le quotidien +The New Times+ écrit que l’ancien haut fonctionnaire rwandais, Fabien Neretsé, reconnu coupable de « crime de génocide », a été condamné par la cour d’assises de Bruxelles à 25 ans de réclusion, soulignant que cette condamnation constitue une première en Belgique.

Le journal indique que l’accusé est le premier Rwandais condamné en Belgique pour génocide, ajoutant qu’en plus du « crime de génocide », Neretsé a été reconnu aussi coupable de « crimes de guerre » contre plusieurs victimes identifiées.

Dans la même catégorie