MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  24 Décembre      51        revue de presse (625),

 

Rabat, 24/12/2019 (MAP)- La réforme du franc CFA de l’Afrique de l’Ouest, le secteur de la presse en République Démocratique du Congo et la lutte contre le terrorisme au Mali sont les principaux sujets traités par la presse africaine parue mardi.

Au Sénégal, la presse locale continue de focaliser sur la réforme du Franc CFA et son remplacement par la nouvelle monnaie, l’Eco. A ce sujet, +Libération+, qui titre en Une « Du franc CFA à l’Eco, les dessous d’une réforme de façade », écrit que les présidents français Emmanuel Macron et Ivoirien Alassane Ouattara ont annoncé samedi dernier une réforme du Franc CFA. La France, face à une pression populaire grandissante, « lâche du lest », mais entend bien empêcher une « vraie rupture » avec la monnaie coloniale, poursuit l’auteur de l’article.

Cette réforme, fait remarquer le journal, apparait comme le paravent du maintien d’une certaine domination monétaire de la France, pour plusieurs raisons, notant que la France reste ainsi le garant de la parité entre l’Eco et l’Euro et se réserve le droit de revenir au sein des instances décisionnelles si les Etats africains venaient à faire défaut de paiement.

Ensuite, explique-t-on, l’arrimage pour l’instant fixe à l’euro, interdit la souveraineté monétaire des pays, qui leur permettrait d’injecter des liquidités dans les économies nationales selon leurs besoins.

+Le Soleil+ se fait l’écho de son côté des propos du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye qui a « battu en brèche l’idée faussement entretenue par une partie de l’opinion et selon laquelle les mesures d’interdiction des réunions et manifestations sur la voie publique seraient la règle ».

« Il y a une totale liberté de manifester au Sénégal. Ces libertés publiques, inscrites dans la constitution et encadrées, s’exercent sans entrave sur toute l’étendue du territoire national », a-t-il dit, notant que durant le troisième trimestre 2019, sur 813 demandes de manifestations sur la voie publique, seules 16 ont été interdites, soit un taux de 1,9 pc.

En RD Congo , +La Proclamation+ rapporte que Jolino Makelele, cadre de l’UNC, parti que dirige l’actuel directeur de cabinet du chef de l’Etat, promet de « protéger les journalistes congolais et de veiller à ce que leurs vies soient protégées pendant l’exercice de leur métier».

Il a annoncé “la volonté du gouvernement de mettre en place un cadre juridique afin de permettre la liberté du travail de journaliste”, ajoute-t-il.

 


 

 

En Côte d’Ivoire, la presse rapporte que le procureur de la République de Côte d’Ivoire, Richard Adou, a annoncé lundi soir un mandat d’arrêt international contre l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, pour atteinte à l’autorité de l’Etat, recel de détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux.

« Un mandat d’arrêt international a été requis contre Soro Kigbafori Guillaume » pour tentative contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national, recel de détournement de deniers publics et pour blanchiment de capitaux, a dit M. Adou, cité par les journaux.

Selon lui, les faits étaient instruits par la Direction de la surveillance du territoire (DST), mais les personnes ne se trouvant pas en Côte d’Ivoire, un juge d’instruction a été saisi, « le seul à délivrer des mandats d’arrêts internationaux et c’est ce qu’il a fait ».

Par ailleurs, peut-on lire, le procureur de la République a indiqué que le vendredi 20 décembre dernier, il a été saisi d’une plainte formulée par l’agent judiciaire du Trésor contre Soro Kigbafori Guillaume avec d’autres individus pour détournement de deniers publics, recel de détournement de deniers publics et blanchiment de capitaux portant sur la somme de 1,5 milliard Fcfa.

Au Kenya, le journal « the Standard » rapporte mardi que les transports le long de la route Mai Mahiu-Narok ont été paralysés après que des membres de la communauté masaï aient bloqué la route pour protester contre le massacre de leurs troupeaux de moutons.

Actuellement, des officiers supérieurs de la police engagent des pourparlers avec les chefs de la communauté pour ouvrir la route bloquée, ce qui a provoqué un embouteillage de circulation important s’étendant sur plusieurs kilomètres.

Pour sa part, le journal « The Star » rapporte que la Kenya Railways Corporation a suspendu les services de train de banlieue de Nairobi du mardi 24 décembre au 6 janvier, en raison du nombre réduit de navetteurs.

Margaret Kawira, directrice des affaires générales par intérim, a déclaré que le service avait été suspendu en raison de la faible demande. «C’est une période de vacances et, par conséquent, le nombre de navetteurs qui se rendent en ville et vice-versa a diminué. Cela a expliqué la raison de la suspension du service jusqu’au 6 janvier », a-t-elle déclaré.

 


 

 

Au Rwanda, la presse locale consacre une large place aux grands chantiers d’infrastructures lancés au Rwanda au cours de l’année qui s’achève, se focalisant notamment sur le tout premier port sec (dry port) du pays, inauguré en octobre dernier par le président rwandais, Paul Kagame.

+Rwanda Podium+ écrit à ce sujet que le port sec de Kigali, le premier du genre dans la région est-africaine, permettra d’économiser près de 45 millions d’euros par an en coûts de logistique, citant le directeur général de l’infrastructure.

Rappelant que l’instigation a été financée et construite par le géant mondial de la logistique Dubai Ports World dans le cadre d’un accord de concession de 25 ans, le journal électronique note que la première phase du projet comprend, entre autres, un parc à conteneurs de 12.000 mètres carrés d’une capacité de 50.000 unités et deux entrepôts de 19.600 mètres carrés d’une capacité annuelle estimée à 640.000 tonnes chacun.

Son confrère +Rwanda New+ écrit qu’avec l’inauguration de cette nouvelle infrastructure, dont la première phase a coûté 35 millions de dollars US, le Rwanda, pays sans littoral, a réalisé un grand pas vers son désenclavement, ajoutant que le port réduira le coût et la durée des opérations engagées par les commerçants pour le transport de leurs marchandises des ports de Mombasa (Kenya) et Dar es Salam (Tanzanie).

Dans le domaine du sport, le journal djiboutien « Al-Qarn » revient sur l’Assemblée générale de la Fédération de football pour l’année 2019, qui a notamment discuté des nouvelles réformes qui ont été mises en place et des réalisations les plus importantes du football local au cours de l’année.

Au Mali, +L’essor+ indique que l’armée française a annoncé lundi avoir effectué pour la première fois samedi une frappe en opération à l’aide d’un drone Reaper, dans le centre du Mali, où les militaires de la force Barkhane ont tué un total de 40 jihadistes.

Selon un communiqué publié par l’état-major français, « dans la journée du 21 décembre, poursuivant l’action d’opportunité lancée dans la nuit précédente contre un important regroupement de combattants terroristes, l’opération Barkhane a neutralisé 7 terroristes supplémentaires » dans la forêt de Ouagadou (150 km au nord-ouest de Mopti).

« Les tirs ont été délivrés par un drone Reaper et une patrouille de Mirage 2000. Cette frappe est la première réalisée en opération par un drone armé », précise-t-il, selon le journal.

 

Dans la même catégorie