AIP La ministre Françoise Remarck s’engage à améliorer les conditions de travail de son personnel AIP Françoise Remarck promet de soutenir les initiatives culturelles pour dynamiser le secteur des arts MAP Niger: une personne tuée et cinq enlevées « par des bandits » près de la Libye (ministère de l’Intérieur) MAP Togo: levée de la suspension des accréditations pour la presse étrangère MAP Liberia : le FAD approuve un financement de 10 millions de dollars pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle MAP La CEDEAO lance officiellement ses programmes de promotion du genre et de l’égalité en Côte d’Ivoire AIP Digitalisation : La CIE primée au B2B digital 2024 pour ses avancées en intelligence artificielle AIP Adama Bictogo reçoit la nouvelle présidente du parlement de la CEDEAO MAP Rwanda: début de la campagne électorale pour la présidentielle et les législatives du 15 juillet MAP Cyclone Gamane: Madagascar a besoin de 124 millions de dollars pour la reconstruction

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  23 Mars      21        revue de presse (625),

 

Dakar, 23/03/2023 (MAP) – Plusieurs sujets d’actualité font la Une de la presse africaine de ce jeudi qui aborde notamment la troisième candidature de Macky Sall à la présidentielle de 2024 au Sénégal, l’hommage rendu par la Communauté musulmane aux victimes d’Esther Miracle au Gabon, l’adoption d’une communication relative aux conclusions de la mission du FMI en Côte d’Ivoire et l’aggravation de la pénurie de nairas au Nigeria.

Les journaux africains s’intéressent également à l’initiative de l’UA qui devrait aider à mettre fin à la montée des tensions au Kenya,  la décision de la Chambre des représentants du peuple (Chambre basse du Parlement éthiopien) de retirer le Front de libération du peuple du Tigray (TPLF) de la liste des entités terroristes et la crise de l’électricité et la vive controverse suscitée au sein de la classe politique et de la société civile en Afrique du Sud.

Au Sénégal, le débat politique notamment la troisième candidature de Macky Sall à la Présidentielle de 2024, la traque du médecin de la clinique ‘’Suma Assistance’’ à Dakar où le leader politique, opposant du régime Ousmane Sonko, a été accueilli à la suite des manifestations observées jeudi dernier à Dakar, les arrestations de ses partisans entre autres sujets, font le résumé de l’actualité dans les parutions de ce jeudi.

‘’Quand Macky fragilise la paix sociale !’’, titre ‘’Sud Quotidien’’ qui se focalise sur la tension politique qui prévaut autour de la 3-ème candidature et l’instrumentalisation de la justice.

‘’Du non respect des engagements de gouvernance politique souscrits depuis 2012 à la volonté de liquidation systématique de ses adversaires via le temple de Thémis, le maître du jeu, aphone à tous les appels sauf au 3-ème mandat, est en passe d’installer toutes les conditions de l’implosion’’, commente le journal.

Sur les enquêtes à la Sûreté urbaine (Su), ‘’L’Observateur’’ dit ‘’Tout sur les auditions de El Malick et Dr Niang’’ qui officie à la clinique ‘’Suma Assistance’’. Le média parle de la défense du patron de ‘’Suma’’ sur la mort de Doudou Falla Ly, agent à la mairie de la Médina (quartier de Dakar).

‘’Libération’’ titre ‘’Le Dr Niang de Suma en position de garde à vue’’. ‘’Hier il n’a été entendu que sur la plainte de la famille de Mamadu Ly dit Doudou Fall pour +non assistance à personne en danger et homicide involontaire+ ; un second interrogatoire prévu ce jour sur les conditions d’hospitalisation du leader de Pastef (Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité) d’Ousmane Sonko’’, signale le quotidien.

‘’Le +Docteur des contestataires+’’ , affiche ‘’En Quête’’, indiquant que ‘’révélé par le Covidgate, Dr Niang est un vieux baroudeur qui a rendu ‘’Suma’’ incontournable. ‘’+Ce qui se passe aujourd’hui se passait en 2011-2012. L’actuel président lui-même venait à ‘’Suma’’ avec des blessés. Tout ce qui nous intéresse, c’est l’être humain, c’est de le soulager et de le laisser partir. Ca fait 36 ans qu’on a commencé à couvrir la Magal de Touba, pour assister les gens gratuitement’’, argue-t-il.

De plus, les parutions se penchent également sur la traque des partisans de Ousmane Sonko pour laquelle, policiers et gendarmes organisent la battue selon ‘’Le Témoin Quotidien’’. ‘’La chasse au gibier +pastéfien+ ouverte !’’, titre-t-il. ‘’Des coordonnateurs départementaux, des cadres, des sympathisants, des influenceurs proches de la mouvance +sonkiste+, des enseignants et des élèves traqués et raflés par les forces de défense et de sécurité. Sans compter des journalistes et un médecin’’, relève le tabloïd.

 »Walf Quotidien’’ annonce à sa Une ‘’La décapitation de Pastef en marche’’ avec une cascade d’arrestations des cadres de Sonko (Ousmane). Alors que ‘’Le Quotidien’’ note que ‘’Pastef continue son défilé’’ à la Sûreté urbaine de Dakar à la suite des manifestations du 16 mars. El Malick Ndiaye, chargé de communication du parti Pastef, affirme devant les enquêteurs +je n’ai pas fait de diffusion de fausses nouvelles ni terni l’image de la Police+’’.

‘’Tribune’’ renchérit ‘’Macky traque les pro-Sonko’’, soulignant que ‘’des ordres sont donnés pour assurer la sécurité sur l’étendue du territoire. ‘’Le Sénégal est un état de démocratie exemplaire’’ , affirme le Président Macky Sall, selon le journal.

Pour la protection des personnes et des biens sur l’étendue du territoire national, ‘’Macky exige une sécurisation totale’’ en eau, assainissement et artisanat, les mesures fortes préconisées par le Président, hier, lors de la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres, lit-on à la Une du quotidien national ,‘’Le Soleil’’.

En Côte d’Ivoire, ’’Fraternité Matin’’ rapporte que le Conseil des ministres, qui s’est réuni mercredi, a adopté une communication relative aux conclusions de la mission du Fonds Monétaire International (FMI), du 1er au 14 mars 2023 à Abidjan.

Cette mission, qui s’inscrit dans le cadre de la négociation du nouveau Programme Economique et Financier (PEF) pour les trois prochaines années, a consisté à passer en revue l’ensemble des indicateurs macroéconomiques, à en poser un diagnostic et à discuter des orientations de politiques économiques susceptibles de préserver la solidité du cadre macroéconomique et de soutenir la mise en œuvre du PND 2021-2025, fait savoir le quotidien.

Et d’ajouter que les perspectives macroéconomiques demeurent favorables, en dépit des incertitudes liées à la guerre en Ukraine et aux menaces sécuritaires dans le sahel, notant que pour l’année 2023, la croissance économique est estimée à 7,2% et le taux d’inflation à 3,7%.

De son côté, ’’Linfodrome’’ indique que la Côte d’Ivoire va enregistrer la construction de quatre postes frontières dans le cadre du projet «Renforcer les capacités opérationnelles du gouvernement en matière de gestion des migrations et frontières (CIVIT)».

La cérémonie de lancement de ce projet s’est déroulée mercredi dans les locaux du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité de Côte d’Ivoire à Abidjan, en présence de Matteo Piantedosi, ministre italien de l’Intérieur et de son homologue ivoirien, Diomandé Vagondo, précise-t-on.

Au Gabon, « GabonActu » souligne qu’à l’instar des confessions religieuses, du collectif des artistes de Port-Gentil où encore des personnalités politico-administratives de la province de l’Ogooué-Maritime qui sont allées apporter leur soutien aux familles éplorées suite au naufrage le 09 mars dernier au large de Libreville du bateau Esther Miracle de Royal Coast, la communauté musulmane de Port-Gentil, a, elle aussi voulu témoigner de son soutien, son amour et sa fraternité à l’égard des familles endeuillées.

À cet effet, ajoute le journal, elle s’est rendue le 20 mars dernier, au bord de mer de la capitale économique, afin de se recueillir.

« Nous avions jugé utile qu’il devrait avoir également un hommage de la communauté musulmane à l’endroit de nos frères et sœurs. Il était également important que nous venions en tant que consolateur. La mort est inéluctable, chaque âme goûtera à la mort », a fait savoir le grand Imam de Port-Gentil Mohamed Bekoye, édifiant par la suite sur des notions comme la mort, la patience, l’épreuve, la destinée etc.

De ce fait, la communauté musulmane ainsi que les familles des victimes comptent se retrouver dans les jours avenirs afin qu’ensemble ils puissent demeurer dans la prière, la consolidation des liens, la consolation et la fraternité suite à ce drame national, précise la même source.

Au Nigeria , « The Nation » écrit que les travailleurs ont promis hier de rester à partir de la semaine prochaine jusqu’à nouvel ordre en raison de l’aggravation de la pénurie de nairas.

Ils ont déclaré qu’ils ne pouvaient plus payer leurs frais de transport pour se rendre au travail, indique le journal.

Le Nigeria Labour Congress (NLC) a également demandé à tous ses syndicats affiliés de se mobiliser pour organiser des grèves devant les bureaux de la Banque centrale du Nigeria (CBN), y compris son siège à Abuja, à partir de la semaine prochaine et jusqu’à ce que de l’argent liquide soit mis à disposition, fait savoir le média.

La banque centrale a laissé entendre hier qu’elle prévoyait d’inonder les banques d’anciens billets de naira à partir d’aujourd’hui, relève la publication.

La crise du naira a également aggravé les inégalités entre les sexes et rendu les femmes plus pauvres, selon la ministre des Affaires féminines, Dame Pauline Kedem Tallen, rapporte le quotidien.

Au Kenya, « The Standard » écrit que l’Union africaine (UA) devrait aider à mettre fin à la montée des tensions dans le pays.

Les Kényans estiment qu’il est nécessaire que le président William Ruto et son ennemi juré Raila Odinga se rencontrent et trouvent des solutions à leurs différends, souligne le quotidien, notant que les deux hommes politiques kényans les plus influents semblent prêts et désireux de se rencontrer, mais il leur manque un médiateur.

Il est clair qu’aucun des deux ne veut prendre l’initiative d’appeler l’autre, constate l’éditorialiste, estimant que l’UA doit intervenir et d’aider les deux dirigeants à se rencontrer et à se parler.

Une simple rencontre des deux calmera la tension politique croissante à travers le pays, estime-t-il, rappelant que, selon le vice-président Rigathi Gachagua, rien que le premier jour des manifestations avait couté 2 milliards de shillings.

De plus, des vies ont été perdues, des Kényans mutilés et des biens valant des millions détruits, ajoute l’auteur de l’article, notant que les choses pourraient empirer si Raila Odinga met en exécution sa menace d’organiser des manifestations bihebdomadaires.

Pour lui, les dirigeants doivent garder à l’esprit qu’ils ont trouvé un pays uni et ne doivent donc pas diviser les Kényans.

L’UA n’aura de sens et ne justifiera son existence que si elle réconcilie Odinga et Ruto, soutient la publication, expliquant qu’elle peut user de son influence pour éviter le chaos au lieu d’attendre d’envoyer des troupes comme cela arrive si souvent dans d’autres pays africains déchirés par la guerre.

En Ethiopie, « The Ethiopian Herald » revient sur la décision de la Chambre des représentants du peuple (Chambre basse du Parlement éthiopien) de retirer le Front de libération du peuple du Tigray (TPLF) de la liste des entités terroristes.

Le journal souligne que la Chambre des représentants du peuple a approuvé lors d’une session extraordinaire, tenue mercredi, la décision de retirer la désignation terroriste au TPLF à la majorité, soit 61 voix contre et 5 abstentions.

Le journal est revenu sur les réponses du ministre éthiopien de la Justice Gedion Timotheos aux questions des députés en affirmant que le TPLF avait pris des mesures positives qui ont servi de motif à la révocation de sa désignation.

Le quotidien rappelle que la Chambre des représentants des peuples avait approuvé à l’unanimité la décision du Conseil des ministres de désigner le TPLF comme organisation terroriste le 6 mai 2021.

En Afrique du Sud, la presse revient sur la crise de l’électricité et la vive controverse suscitée au sein de la classe politique et de la société civile, notant qu’un plan d’action énergétique du gouvernement a été examiné mercredi par la Haute Cour de Pretoria, où le Mouvement démocratique uni (UDM) s’oppose au gouvernement.

EyeWitness News rapporte à ce sujet que l’UDM et 18 autres partis politiques exigent que le gouvernement soit légalement tenu responsable de fournir des sources d’électricité alternatives aux écoles, aux postes de police, aux hôpitaux et aux petites entreprises sous la forme de panneaux solaires et de générateurs.

Ils souhaitent que la justice déclare que le Président Cyril Ramaphosa a manqué à son obligation constitutionnelle de fournir de l’électricité aux Sud-africains.

Au volet sanitaire, SaNews croit savoir que le taux de détection du virus respiratoire syncytial (VRS) est en forte augmentation dans le pays, estimant que les cliniciens et les hôpitaux devraient se préparer à une augmentation des admissions pédiatriques.

Citant l’institut de santé publique, le média souligne que le VRS est la cause la plus fréquente de bronchiolite et d’infection des voies respiratoires inférieures chez les jeunes enfants. Il est très contagieux et se transmet principalement par les gouttelettes respiratoires, explique-t-on.

Il explique que les facteurs de risque de maladies graves associées au VRS comprennent la prématurité, les cardiopathies congénitales, les maladies pulmonaires chroniques de la prématurité, les maladies neurologiques, l’immunodéficience et le manque d’allaitement.

Dans la même catégorie