MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  14 Avril      22        revue de presse (625),

 

Dakar, 14/04/2023 (MAP) – Les journaux africains parus ce vendredi traitent différents sujets d’actualité, notamment l’élection présidentielle de 2024 au Sénégal, l’état d’avancement de la coopération entre la Côte d’Ivoire et l’Union européenne, la cherté de la vie au Gabon et les négociations avec les groupes armés en Ethiopie.

Ils s’intéressent également aux manifestations anti-gouvernementales au Kenya, à la visite qu’entame aujourd’hui le président rwandais au Bénin et à la crise de l’électricité persistante en Afrique du Sud.

Au Sénégal, « Sud Quotidien », qui s’attarde sur l’élection présidentielle prévue en février 2024, écrit que le leader du parti Rewmi (Le pays) Idrissa Seck, ‘’en perte de vitesse depuis son retour dans le camp du pouvoir, est très attendu ce jour sur la question de la 3ème candidature de l’actuel chef de l’Etat’’.

M. Seck, qui doit tenir une conférence de presse dans l’après-midi, ‘’est aussi attendu sur sa participation à l’élection présidentielle de 2024 (….)’’, selon le journal qui affiche à la Une : ‘’Idy face à son destin’’.

Sur le même registre, « WalfQuotidien » titre : ‘’Macky Sall, la stratégie du silence’’. ‘’Adorant surprendre ses hommes et les Sénégalais, Macky Sall garde toujours un silence poli sur sa participation ou pas à la prochaine présidentielle de février 2024. Un mutisme qui, au-delà de la gêne patente sur ce sujet controversé, peut bien cacher une savante stratégie’’, écrit le journal.

« A dix mois de l’élection présidentielle du 24 février 2024, les Sénégalais ne sont pas encore édifiés sur la candidature du Président sortant. Tous les observateurs jurent qu’il va retourner son boubou, déchirer ses écrits et ravaler son propos », souligne la publication, notant que « le principal intéressé garde encore un silence assourdissant sur cette controversée candidature qui pourrait être source de tension dans le pays, traumatisé par ce qu’il a vécu en 2011 ».

Pour sa part, « Vox populi » présente les ‘’58 étapes qui mènent à la présidentielle de 2024’’ et parle d’un ‘’chronogramme contraignant’’ relatif à la fixation de la caution, le modèle et la fiche de parrainage, le dépôt des candidatures et la publication des listes de candidats.

En Côte d’Ivoire, ’’Fraternité Matin’’ indique que le siège de la Cellule de coordination de la coopération Côte d’Ivoire-Union européenne (Ccc CI/Ue) sis à Abidjan, a accueilli, jeudi, une réunion de l’institution hôte avec les ministères techniques bénéficiaires des différents projets contenus dans le portefeuille et la coopération avec l’Union européenne.

«Cette importante rencontre aura permis aux acteurs concernés d’échanger sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des conventions de financement signés dans le cadre du nouveau partenariat (Instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale–Ivcdci, Ndici) et la mise en place d’un cadre de suivi des projets pour s’assurer de leur bonne exécution», a expliqué le coordonnateur national de la Ccc CI/Ue, Semon Bamba, rapporte le journal.

’’Linfodrome’’ fait savoir de son côté qu’une délégation congolaise a effectué, mercredi, une visite à l’Académie régionale des sciences et techniques de la Mer (ARSTM) d’Abidjan pour partager les expériences en matière de formation, en vue de renforcer l’efficacité de l’ action du pays en mer.

Le secrétaire permanent du comité interministériel de l’action de l’Etat en Mer (SEPCIM) du Congo, Eric Olivier Sébastien, a noté que cette visite dans «la maison commune de l’ARSTM» a pour objet de mener une action de continuation et bénéficier de son concours « précieux » dans les ambitions partagées de lutter contre l’insécurité dans les eaux continentales, selon le média.

Au Gabon, « L’Union » écrit que le Premier ministre, Alain Claude Bilié-By-Nze, a rappelé, jeudi à Libreville, l’engagement du gouvernement à mettre en œuvre les résolutions prises au terme des Assises nationales sur la vie chère au Gabon, ouvertes mardi dernier.

Les Assises nationales de lutte contre la vie chère, dont les travaux se sont déroulés du 12 au 13 avril, ajoute le journal, ont donné lieu à de nombreuses résolutions, notant que le rapport général présenté lors de la clôture tient compte de tous les secteurs de la vie, notamment, l’alimentation et la restauration, l’habitat, le logement et construction, les transports, la route, la santé, et l’Education.

«Qu’il me soit permis de rappeler, que le gouvernement s’engage, au côté du chef de l’Etat, à la mise en œuvre des résolutions pertinentes, formulées par les présentes assises. Car, en effet, il ne nous est pas permis de donner le sentiment d’avoir perdu notre temps. Nous devons, au contraire, contribuer efficacement à la lutte contre la vie chère», a déclaré le Premier ministre, Alain Claude Bilié-By-Nze dans son discours de clôture.

Ayant fait l’objet de discussions âpres, poursuit-on, ces propositions qui concernent tous les secteurs identifiés, seront présentées au président de la République, Ali Bongo Ondimba.

Au Nigeria, « The Nation » écrit que le président élu Bola Ahmed Tinubu a demandé à la Cour des pétitions pour l’élection présidentielle (PEPC) de rejeter la plainte déposée contre lui par le Parti démocratique populaire (PDP) et son candidat, Atiku Abubakar, en raison d’un manquement flagrant à la loi.

M. Tinubu a contesté la compétence de la pétition contestant son élection, la qualifiant non seulement de frivole, mais aussi d’abus de procédure, indique le journal.

Il a fait valoir que le PDP avait déjà déposé un recours devant la Cour suprême par l’intermédiaire de certains de ses gouverneurs, pour demander l’annulation de l’élection, ajoute le média.

Il a également affirmé que le PDP et M. Atiku ne pouvaient pas maintenir deux affaires sur la même question dans des tribunaux différents en même temps, poursuit-on.

Pour sa part, « The Guardian » fait savoir que le drame entourant le harcèlement et la détention du porte-drapeau du Parti travailliste (LP) au scrutin présidentiel du 25 février, Peter Obi, s’est poursuivi, alors que le parti a déclaré qu’il n’était au courant d’aucune excuse prétendument émise par le gouvernement britannique ou l’une de ses agences concernant la détention de M. Obi par les fonctionnaires de l’immigration à l’aéroport d’Heathrow, à Londres, le vendredi 7 avril.

En Ethiopie, « The Ethiopian Herald » consacre son éditorial au retour à la normale dans le pays après l’accord de paix de Pretoria et les négociations en cours avec les groupes armés.

L’éditorialiste souligne que le gouvernement éthiopien a pris des mesures courageuses et audacieuses pour mettre fin aux conflits avec leurs lourdes conséquences sur la vie des citoyens innocents et leurs biens, notant que “l’accord de paix de Pretoria et les négociations en cours avec les groupes armés ont déjà fait taire les armes et ramené le pays à la normale”.

Le commentateur met en avant les progrès réalisés bien que le pays soit encore sous le choc de la guerre dévastatrice et des séries de conflits qui se sont déroulés dans diverses zones.

Jusqu’à présent, avec des ressources limitées mais des actions courageuses, le pays a pu permettre un acheminement illimité de l’aide humanitaire et restaurer les services sociaux endommagés, relève l’éditorialiste, notant que la communauté internationale est appelée à faire des efforts pour faire face à la situation post-conflit et soutenir les développements positifs en cours.

Le gouvernement fédéral a réaffirmé sa détermination à assurer une paix durable, écrit l’éditorialiste, faisant état de négociations avec les groupes armés pour résoudre les autres problèmes.

L’éditorialiste a également mis l’accent sur la mise en œuvre de la justice transitionnelle et du dialogue national initiés par le gouvernement.

Au Kenya, « KBC » rapporte que le chef de l’opposition, Raila Odinga, a affirmé que les manifestations anti-gouvernementales se poursuivront parallèlement aux pourparlers bipartites.

Odinga a attribué la reprise envisagée des manifestations à ce qu’il a qualifié de manque d’engagement du gouvernement envers les pourparlers, fait savoir le journal, ajoutant qu’il donnera ses directives sur les protestations après la fin du Ramadan.

Le chef de la coalition Azimio la Umoja a accusé Kenya Kwanza (coalition au pouvoir) de manque de sérieux dans le processus de dialogue, poursuit la publication, notant qu’il insiste sur le fait que les pourparlers doivent se tenir sur des terrains neutres et dans le respect de la loi.

Dans le même registre, « The Standard » estime que pour que les pourparlers réussissent, il faut un leadership fort de la part des deux équipes et de termes de référence clairs sur la manière dont l’ensemble du processus sera mené du début à la fin.

Il est très important que le président William Ruto et Raila Odinga maîtrisent leurs troupes au début du processus afin qu’ils se concentrent sur les questions importantes à traiter, souligne l’éditorialiste, qui fait référence aux sorties médiatiques des membres des deux parties, les qualifiant de « regrettables ».

Les Kényans jugeront sévèrement le président Ruto et l’ancien premier ministre s’ils adoptent une approche passive et permettent à leurs lieutenants de ruiner le noble processus en le politisant, prévient-t-il.

Au Rwanda, « KT Press » rapporte que le président Paul Kagame et la Première dame, Jeannette Kagame, devraient entamer une visite d’État de trois jours au Bénin, du 14 au 16 avril, dans le but de renforcer les liens entre les deux pays.

Citant un communiqué de la présidence béninoise, le journal indique que Paul Kagame devrait atterrir ce vendredi à l’aéroport international de Cotonou où il sera accueilli par une délégation gouvernementale, avant d’entamer sa visite au cours de laquelle il s’entretiendra avec le président béninois Patrice Talon.

Les deux dirigeants tiendront des entretiens en tête-à-tête qui seront suivis d’une séance de travail avec les membres des délégations des deux parties, poursuit le journal, faisant savoir que cette séance de travail débouchera sur la signature de divers accords entre le Rwanda et le Bénin.

Les deux présidents aborderont plusieurs questions d’intérêt commun, dont le commerce, la promotion des investissements, l’échange d’expertise, le tourisme, le transport aérien entre Kigali et Cotonou, l’industrie du textile et la lutte contre le terrorisme, indique l’auteur de l’article.

En Afrique du Sud, « Money Web » revient sur la crise de l’électricité persistante, soulignant que le gouvernement est appelé à mobiliser tous les moyens nécessaires pour remédier aux délestages électriques qui paralysent le pays.

« Les autorités ne devraient pas lésiner sur les moyens pour résoudre la crise énergétique du pays », écrit le journal en citant le ministre de l’Electricité, Kgosientsho Ramokgopa, nommé en mars dernier par le Président Cyril Ramaphosa dans le cadre d’un remaniement ministériel.

Selon la publication, cette nomination est la dernière tentative pour remédier à la crise avant les élections nationales de l’année prochaine au cours desquelles le Congrès national africain (ANC au pouvoir) risque de perdre sa majorité parlementaire pour la première fois depuis la fin de l’apartheid.

Pour sa part, « Sowetan » écrit que dans ce contexte de coupures de courant très récurrentes, le secteur minier se tourne vers les sources d’énergie alternatives.

Le secteur minier consomme environ 14% de la production d’électricité produite par la compagnie publique d’électricité Eskom, ce qui devient de plus en plus problématique pour les opérations minières compte tenu du manque de fiabilité du réseau électrique national, souligne le média.

Il rappelle, à cet égard, que l’industrie minière en Afrique du Sud est un contributeur important à l’économie du pays, employant plus de 450.000 personnes et représentant 7,5 % du PIB en 2022.

Dans la même catégorie