MAP Journée de l’Afrique/Argentine: le gazoduc Nigéria-Maroc et l’Initiative pour l’Atlantique éléments constitutifs de la coopération stratégique et solidaire en Afrique (Ambassadeur) MAP Maroc/Gabon : signature d’une convention de partenariat pour l’échange des expertises en basketball APS SENEGAL-AFFAIRES / La Directrice des Opérations de la BM et des hommes d’affaires suisses reçus par le Directeur général de l’APIX APS SENEGAL-TIC-SECURITE / Sécurité numérique : la DCSSI annonce un partenariat ”stratégique” avec Sentrust APS SENEGAL-CUTLURE / Foundiougne abrite le premier festival du ”cousinage à plaisanterie”, les 13 et 14 juillet ACP Ituri : parution de l’ouvrage «Ensemble nous pouvons » pour la cohésion dans la diversité ACP Équateur : Cri d’alarme pour la protection des forêts à Losanganya ACP Ecologie : la RDC élue à la présidence du Comité d’Ethique d’une fédération africaine ACP Kinshasa : 262 patients retenus pour la deuxième campagne des chirurgies gratuites de cataracte ACP Kinshasa : campagne de sensibilisation des parents d’élèves à la lutte contre la poliomyélite

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  4 Mai      17        revue de presse (625),

 

Dakar, 04/05/2023 (MAP)- La liberté de la presse au Sénégal, les préparatifs des élections locales en Côte d’Ivoire et la propagation de l’épidémie de la grippe aviaire en Afrique du Sud sont les principaux sujets abordés par la presse africaine de ce jeudi.

Les journaux africains reviennent aussi sur les relations entre l’Ethiopie et l’Union européenne, la fermeture des Centres d’éducation au développement de la petite enfance au Kenya et les intempéries surevenues au Rwanda.

Au Sénégal,  le journal  « Sud Quotidien » écrit que « le Sénégal continue sa chute libre, en matière de liberté de la presse, dans le classement mondial de Reporters Sans Frontières (RSF) ».

Figurant parmi les 55 pays où l’exercice du journalisme est devenu «problématique», le Sénégal occupe la 104-eme position dans le classement 2023; dégringolant ainsi de 31 places, par rapport à celui de l’année dernière où « notre pays était 73e sur 180 », souligne le journal.

La publication rappelle que le Sénégal qui, en 2021, avait un score de 74,78, se positionnant au rang de 49e sur 180 pays, a fortement régressé en 2022 avec un score de 63,07, le Sénégal est classé 73 sur 180 pays ; soit un recul de 24 places, en un an.

Le Sénégal perd encore 31 places, en 2023 (par rapport à 2022), pour se retrouver à 104e mondial, ajoute-t-elle, notant qu’en Afrique, le Sénégal est loin derrière le Burkina Faso (58) et la Centrafrique, deux pays pourtant en proie à des conflits armés et où l’exercice du journalisme est des plus risqués.

Sur le même registre, « EnQuête, qui affiche à la une « Presse au Sénégal, Une liberté à rude épreuve », indique que deux facteurs sont invoqués par l’organisation pour justifier ces contre-performances du Sénégal.

« D’abord, il y a les « poursuites dont ont fait l’objet les journalistes Pape Alié Niang et Pape Ndiaye ». Ensuite, il y a ce que RSF considère comme « une forte dégradation des conditions sécuritaires des journalistes », explique le média.

Sur le plan politique, « Wolf Quotidien » rapporte que le leader de Pastef, Ousmane Sonko, et l’ancienne tête de liste nationale de la coalition Benno Bokk Yakaar, Aminata Touré, se sont ligués à la faveur du dialogue politique contre leur «ennemi» commun, le président Macky Sall, soulignant que tous les deux, des fortes têtes, ont catégoriquement rejeté l’appel au dialogue du chef de L’Etat.

Ce rapprochement entre les deux est favorisé par les réponses positives de Taxawu Sénégal de Khalifa Sall et du Pds de Karim Wade, précise le quotidien, notant que ces deux formations politiques étaient les alliés de Pastef lors des dernières élections législatives dans le cadre de la coalition Yewwi askan Wi et Wallu Sénėgal.

Grâce à ces coalitions, le Pds qui était en perte de vitesse a pu obtenir 24 députés et une quinzaine de députés pour Taxawu, fait savoir la publication.

En Côte d’Ivoire, ’’Fraternité Matin’’ rapporte que dans le cadre des préparatifs des élections locales (municipales et régionales), la Concertation interpartis pour les élections démocratiques (Cied) appelle les groupements politiques et les candidats aux prochains scrutins à la signature de la nouvelle version du code de bonne conduite, précisant que l’événement est prévu ce jeudi à Abidjan.

L’annonce a été faite par cette organisation dans un communiqué, fait savoir la publication, notant qu’après plusieurs travaux d’amendement de l’ancien code, les partis politiques, les démembrements de la Cied et les acteurs de la société civile se sont accordés sur le nouveau code de bonne conduite pour la consolidation de la paix pendant la période électorale.

La prochaine étape sera la signature de la convention, souligne le journal, rappelant qu’un atelier d’actualisation et d’adoption du code de bonne conduite des partis et groupements politiques, des candidates et candidats aux élections en Côte d’Ivoire a été organisé les 8 et 9 février 2023.

«La présente rencontre sera l’occasion de lancer un appel aux acteurs politiques, aux leaders d’opinion et à la société civile de cultiver la paix, la tolérance et zéro mort lors des prochaines élections», explique Blé Pierre Norlander, président de la Cied, selon le journal.

En Afrique du Sud, « The Citizen » rapporte que les autorités sanitaires ont tiré la sonnette d’alarme sur la propagation de l’épidémie de la grippe aviaire dans le pays, alors que plus de 120.000 volailles sont mortes ou abattues à cause de cette maladie.

«Les oiseaux décimés par la grippe aviaire ont été détruits pour éviter la propagation de la maladie», a déclaré le chef du département de l’Agriculture dans la province du Cap occidental, cité par le média, notant que la souche exacte du virus n’est pas encore connue par les autorités.

Selon le journal, il n’existe à ce stade aucun vaccin ou traitement contre la grippe aviaire hautement pathogène, ce qui signifie que l’abattage des oiseaux infectés le plus rapidement possible constitue la manière la plus sûre pour limiter la propagation de la maladie.

Sur un autre sujet, « The Mail & Guardian » s’arrête sur la crise de l’électricité qui s’intensifie à l’approche de l’hiver, soulignant que la compagnie publique d’électricité Eskom compte allouer une partie de son budget pour acheter du diesel, au lieu de compter complètement sur ses centrales à charbon vieillissantes.

À cet égard, le journal signale que le Trésor a décidé de ne pas débloquer de sommes supplémentaires pour la compagnie en détresse pour financer son plan visant à atténuer les délestages électriques durant l’hiver.

Cela vient après que le gouvernement a alloué en février dernier 254 milliards de rands (14 milliards de dollars) d’allégement de la dette pour Eskom au cours des trois prochaines années, ajoute le journal.

En Ethiopie, « The Ethiopian Herald » consacre son éditorial aux relations entre l’Ethiopie et l’Union européenne après la décision de Bruxelles de normaliser progressivement les relations avec Addis-Abeba.

L’Union européenne a récemment annoncé sa décision de normaliser progressivement les relations avec l’Éthiopie et collaborer aux efforts de paix et de développement, souligne l’éditorialiste, notant que la marche de l’Éthiopie vers la paix et le développement nécessite le soutien de tous les partenaires.

Cette décision témoigne également de l’engagement sans réserve de l’Éthiopie pour assurer la paix et le développement, souligne l’éditorialiste, relevant que dans sa politique étrangère, l’Éthiopie prône toujours un partenariat qui renforce, entre autres, la paix et le développement.

Le gouvernement éthiopien a également orienté toutes ses actions de manière à apporter la paix et le développement, note l’éditorialiste qui a mis en avant l’accord signé à Pretoria, en novembre dernier et qui a mis fin avec succès à la guerre sanglante qui a dévasté le nord du pays au cours des deux dernières années.

L’éditorialiste a également cité les efforts en cours pour mettre fin à la violence armée et résoudre tous les problèmes et différends par des moyens pacifiques, l’initiative de justice transitionnelle et le dialogue national tant attendus.

Pour mener à bien toutes ces initiatives, l’éditorialiste a mis l’accent sur les soutiens technique, financier et diplomatique.

Pour cette raison, les actions du gouvernement pour réparer la fissure dans les relations sont louables, l’Union européenne ayant été un partenaire solide de l’Éthiopie pour garantir la paix et le développement, note-t-il.

L’Union a annoncé que l’Éthiopie est un partenaire stratégique clé dans la Corne de l’Afrique et la région de la mer Rouge, et elle se tient à soutenir de nouveaux progrès sur la voie d’une paix durable, ajoute l’éditorialiste.

Le dégel des relations entre les deux parties est venu au bon moment car de nombreux problèmes se sont déroulés en Afrique de l’Est et dans la Corne de l’Afrique qui ont besoin d’une coopération plus forte, écrit l’éditorialiste.

Au Kenya, « Daily Nation » rapporte que plus de 2.000 Centres d’éducation au développement de la petite enfance (ECDE) ont été fermés l’année dernière alors que les inscriptions connaissent une tendance haussière dans le pays.

Citant les données de l’enquête économique 2023, le journal fait savoir que la plupart des ECDE fermés étaient publics (1.411), tandis qu’au moins 777 écoles préscolaires privées ont été fermées, ajoutant qu’au moins 190 écoles primaires privées ont cessé leurs activités.

Le nombre total d’écoles préscolaires, primaires et secondaires a diminué de 2,7%, passant de 83.747 en 2021 à 81.454 en 2022, principalement en raison d’une diminution du nombre d’écoles préscolaires et primaires privées, » indique la publication.

L’enquête a également noté que, dans les écoles primaires publiques, alors que le nombre d’élèves a continué de croître, le nombre d’enseignants a diminué l’année dernière, poursuit l’auteur de l’article, précisant que le nombre d’enseignants du primaire public a diminué de 0,4%, passant de 222.443 en 2021 à 221.510 en 2022.

De son côté, « The Star » indique que l’ancien président de la Commission électorale (IEBC), Wafula Chebukati, s’est dit désormais prêt à expliquer le problème des serveurs qui a toujours surgi lors des élections au Kenya.

Dans un communiqué publié mercredi, Chebukati a déclaré qu’il clarifierait le problème litigieux du serveur lors de la Conférence annuelle sur l’intégrité électorale en juillet, rapporte la publication, faisant remarquer que cette annonce intervient au milieu des appels de l’opposition à l’ouverture des serveurs IEBC pour un audit du scrutin présidentiel d’août 2022.

Les partisans de Raila Odinga, candidat perdant à la dernière présidentielle, affirment que les résultats dont ils disposent montrent que Raila a remporté plus de huit millions de voix, mais les résultats ont été trafiqués pour favoriser le président William Ruto, rappelle le journal.

Au Rwanda, « The New Times » écrit que les conditions météorologiques tragiques qui se sont produites entre la nuit du mardi 2 mai et les premières heures du lendemain, ont fait plus de 127 morts, selon la Police nationale du Rwanda.

Pour atténuer les effets de ces conditions météorologiques, le gouvernement a prévu plusieurs interventions, dont un nouveau centre de commandement chargé de coordonner l’intervention d’urgence, indique la publication, relevant que des sources au commandement ont confirmé que les évacués sont temporairement transférés dans différentes églises et écoles, alors que des dizaines de victimes seront inhumées ce jeudi au cimetière de Rubavu.

Le président Paul Kagame a salué les efforts continus de plusieurs acteurs qui s’emploient à secourir les citoyens en danger, souligne le journal.

Dans la même catégorie