MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  22 Juin      25        revue de presse (625),

 

Dakar, 22/06/2020 (MAP) – Les quotidiens africains parus lundi ont abordé plusieurs sujets d’actualité, notamment la lutte contre le coronavirus, la scène politique en Côte d’Ivoire et le barrage de la Renaissance en Ethiopie.

Au Sénégal, +WalfQuotidien+ écrit que 20 personnes sont décédées du nouveau coronavirus au Sénégal en une semaine, notamment entre le lundi 15 juin et le dimanche 21 juin.

Un record de morts jamais atteint depuis que la maladie a été déclarée au Sénégal, indique la publication, soulignant que 565 patients hospitalisés ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris durant la même période.

Toujours en ce qui concerne le covid-19, +Le Soleil+ croit savoir que le nouveau coronavirus pourrait disparaître du Sénégal entre mars et avril 2021, selon une étude qui a modélisé l’épidémie au Sénégal, menée par deux techniciens supérieurs de la statistique.

Selon cette recherche, le Sénégal atteindrait le pic en mi-juillet et l’épidémie pourrait se prolonger jusqu’en décembre 2020, expliquant que le Sénégal n’avait pas atteint le pic au mois de juin et mis fin à l’épidémie en juillet 2020, comme cela a été prévu par des études antérieures, en raison de l’absence d’une immunité collective.

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ rapporte que le gouvernement a assoupli certaines restrictions mises en place dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus dans le pays.

Parmi les nouvelles mesures prises, le média éthiopien cite, entre autres, la réduction de la période de la quarantaine obligatoire de 14 à 7 jours pour les voyageurs à leur arrivée en Ethiopie et l’organisation des funérailles avec un nombre limité de personnes.

Sur un autre registre, +FANA BC+ revient sur la question du grand barrage La Renaissance en rapportant des déclarations du ministre éthiopien des Affaires étrangères, Gedu Andargachew, qui a affirmé que l’Ethiopie, le Soudan et l’Egypte ne sont pas encore parvenus à un accord concernant les questions juridiques.

Le média ajoute que le chef de la diplomatie éthiopienne a réitéré l’attachement de l’Ethiopie à ses droits sur les eaux du Nil et au remplissage du barrage.

Le média éthiopien s’intéresse par ailleurs à une réunion du Premier ministre et commandant en chef des forces de défense éthiopiennes, Abiy Ahmed, avec les officiers supérieurs de l’armée.

«Nous avons eu des discussions fructueuses sur la nouvelle stratégie de défense et les actions visant le renforcement des institutions», a notamment déclaré le Premier ministre.

En Côte d’Ivoire, « Le Nouveau Réveil » titre « Présidentielle 2020 / Bédié accepte la sollicitation des Instances du PDCI-RDA », précisant que l’ex-chef de l’Etat ivoirien Henri Konan Bédié a annoncé sa candidature à l’investiture de sa formation, le parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) pour la présidentielle d’octobre prochain.

Cette candidature, a dit Henri Konan Bédié, « répond à un appel des responsables du parti, lui demandant avec insistance de faire acte de candidature à la convention de désignation du candidat », ajoute la publication.

Sur un autre registre, « Fraternité Matin » rapporte que seize personnes ont péri et cinq autres sont protées disparues dans l’éboulement qui a eu lieu jeudi dernier à Anyama, commune au nord d’Abidjan, à la suite des pluies torrentielles qui s’y sont abattues.

« Il y a 16 personnes qui ont perdu la vie dans ce drame, 05 personnes qui sont portées disparues, 52 familles représentent près de 733 personnes qui sont dans la désolation », a fait savoir la ministre ivoirienne de la Solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Mariatou Koné, qui donnait un nouveau bilan du drame.

 


 

 

Au Kenya, le journal « The Star » rapporte que la Cour d’appel a déclaré « illégal » le contrat de plus de 500 milliards de shillings (environ 5 milliards de dollars) entre le Kenya et la Chine pour la construction du chemin de fer à voie standard (SGR).

Les juges de la Cour d’appel ont jugé que le gouvernement n’avait pas respecté les lois sur les marchés publics en contractant China Bridges and Railway Corporation (CBRC) pour la réalisation du projet, souligne la publication ajoutant que le gouvernement a achevé la première phase du SGR de Mombasa à Nairobi, qui a coûté 327 milliards de shillings (3,2 milliards de dollars). La phase deux de Nairobi à Naivasha a coûté 150 milliards de shillings (1,5 milliard de dollars, alors que la phase finale de Naivasha à Malaba devrait coûter 380 milliards de shillings (environ 3,8 milliards de dollars).

Le chef du parti de l’ANC, Musalia Mudavadi, a souligné, à cet égard, la nécessité pour les ministères du Trésor et des Transports de clarifier le sort de ce projet après le verdict de la justice.

Pour Musalia, qui a demandé au gouvernement de renégocier sa dette publique avec ses donateurs, la décision de la Cour d’appel place désormais le Kenya à la croisée des chemins avec les communautés des donateurs internationaux et en particulier la Chine, les principaux financeurs du projet SGR.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que les délégués du parti au pouvoir au Ghana, le New Patriotic Party (NPP), se sont rendus aux urnes samedi pour le compte des élections primaires dans les diverses circonscriptions électorales du pays pour élire les candidats de leur parti.

Les candidats élus vont défendre les couleurs du NPP lors des élections législatives du 07 décembre 2020, précise le quotidien, notant que ces élections primaires législatives se sont déroulées dans 168 circonscriptions à travers le pays.

Son confrère, +Ghana Web+ s’intéresse à la démolition d’une des résidences diplomatiques nigérianes à Accra, notant que le ministère ghanéen des Affaires étrangères assurait que la situation est sous contrôle et qu’une enquête a été ouverte.

A Djibouti, le journal « La Nation » rapporte que le ministre des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Waqfs, Moumin Hassan Barreh a pris part à une visioconférence organisée par l’organisation Islamique pour l’éducation, les sciences et la culture ICESCO et consacrée à l’adoption d’une approche stratégique de la culture numérique axée sur les opportunités offertes par le progrès technologique digitale pour mieux préserver l’identité et le patrimoine culturel.

Des ministres de la culture d’une cinquantaine de pays et des hauts responsables de quelques 22 organisations internationales ont participé à cette rencontre virtuelle qui avait pour objectif d’adopter une approche stratégique de la culture numérique axée sur les opportunités offertes par le progrès technologique digitale pour mieux préserver l’identité et le patrimoine culturel.

Placée sous le thème: «Durabilité de l’action culturelle face aux crises (COVID-19)», cette vidéoconférence a vu la participation du secrétaire général de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), Dr Yousef Bin Ahmed Al-Othaimeen, du directeur général de l’ICESCO, Dr. Salim M. AlMalik et de plusieurs hauts responsables d’organisations affiliées et partenaires de l’OCI, telle que l’UNESCO, l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT)….etc, rappelle la publication.

 


 

Au Rwanda, +RNA+ rapporte que le commerce transfrontalier dans la région des Grands Lacs a connu une progression au cours des dernières semaines malgré les restrictions imposées pour contenir la propagation de la pandémie du Covid-19.

«Le commerce transfrontalier se relance. En 24 heures, nous recevons entre 400 et 500 poids lourds transfrontaliers à la frontière de Rusumo et entre 45 et 60 au poste frontalier de Cyanika», a déclaré le ministre rwandais de l’Infrastructure, Claver Gatete, cité par le journal.

Le poste frontalier de Rusumo est la porte d’entrée du Rwanda vers la Tanzanie, sur le corridor central, tandis que Cyanika relie le Rwanda à l’Ouganda et sert de porte d’entrée au port de Mombasa au Kenya, à travers le corridor nord, note la publication.

En sport, la presse indique que le club rwandais de football Rayon Sports vient de s’engager avec l’attaquant togolais, Harlley Nyarko, arrivé en provenance du club américain Las Vegas Lights.

Le neveu de la star togolaise Emmanuel Adebayor, 27 ans, a également porté le maillot de FC Santa Clarita, Atlanta Silverbacks, Pittsburgh Riverhounds et Georgia Revolution FC, écrit le journal électronique +Rwanda Podium+.

Au Gabon, la presse locale s’intéresse au procès pour corruption de l’ancien ministre Magloire Ngambia. A cet égard, +Gabon Matin+ écrit sous le titre « Procès de Magloire Ngambia : le grand déballage » qu’incarcéré depuis janvier 2017, l’ancien ministre Magloire Ngambia, soupçonné de corruption et de détournements de derniers publics, devrait comparaître dès ce lundi à Libreville devant la Cour criminelle spéciale (CCS).

Et de poursuivre que le procès explosif au regard des faits incriminés avec des centaines de milliards distraits et des implications diverses devrait tenir en haleine l’opinion pendant un bon bout de temps.

Sur le même sujet, +l’Union+ titre « CCS : le jour de Ngambia ». Il indique qu’en détention depuis janvier 2017, victime de l’opération « Mamba », l’ancien ministre, détenteur de plusieurs portefeuilles (entre 2009 et 2015), Magloire Ngambia comparaît à partir de ce lundi devant la Cour criminelle spéciale pour détournements présumés de fonds publics.

Un procès, ajoute le journal, qui avait été reporté sine die le 13 mars 2019 et qui devait passionner le public.

En RD Congo, « Forum des As » écrit que le directeur de cabinet du Président de la République, lourdement condamné samedi à 20 ans de travaux forcés, ne s’avoue pas vaincu, car il a décidé d’une part d’interjeter appel au niveau de la Cour de cassation et d’autre part saisir les instances judiciaires africaines, avant celles des Nations unies.

Sur un autre registre, « L’Avenir » écrit que la commune de la Gombe, centre administratif et des affaires de Kinshasa, sera déconfinée dans les jours prochains, selon le Comité multisectoriel de riposte contre la pandémie de COVID-19.

Samedi, l’assemblée nationale a pour la cinquième fois prorogé l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 4 juillet, rappelle-t-il.

En Afrique du Sud, +Independent Online+ revient sur la crise économique qui frappe le pays, notant que dans les circonstances actuelles, l’Afrique du Sud a besoin de professionnels compétents, et non de bureaucrates, en vue de renforcer la capacité du gouvernement à investir les ressources financières disponibles dans des activités économiques plus productives.

Sur les 500 milliards de rands prévus par le gouvernement pour venir en aide aux entreprises et aux couches sociales les plus affectées par la pandémie, seuls 130 milliards proviennent du budget de l’État. Le reste est une dette de la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, la Nouvelle banque de développement des BRICS et la Banque africaine de développement, ajoute le journal, notant que « si le pays doit emprunter de l’argent, il vaut mieux ne pas le gaspiller ».

+Eyewitness News+ s’arrête sur la vague de féminicides commis en Afrique du Sud depuis l’assouplissement des mesures de confinement au début du mois de juin. Le journal fait savoir que plusieurs femmes et enfants ont été tués dernièrement dans différentes régions du pays et les incidents de violence basée sur le genre ont connu une hausse importante.

Pas moins de 21 femmes ont été tuées à travers le pays au cours des deux dernières semaines, indique le journal, en citant le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, notant que les acteurs de la société civile, notamment les groupes de défense des droits des femmes appellent à ce que ces crimes ne restent pas impunis.

Dans la même catégorie