MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  23 Juin      36        revue de presse (625),

 

Le Caire, 23/06/2020 (MAP) – La coopération entre la Banque mondiale et le Sénégal, la situation politique au Mali, le projet du budget pour l’exercice 2020-21 au Rwanda et le projet d’amendement de la Constitution du Kenya, sont les principaux sujets commentés et développés par la presse africaine parue mardi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ rapporte que le ministre des Finances et du Budget et le directeur des opérations de la Banque mondiale au Sénégal, ont signé hier trois accords de financement relatifs à un appui budgétaire au projet pour la promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides au Sénégal et au programme de compétitivité de l’agriculture et de l’élevage au Sénégal.

« Au total, ce sont des financements de 375 millions de dollars signés avec nos partenaires de la Banque mondiale et un montant exceptionnel de 715 millions de dollars durant cette année fiscale », a fait savoir le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, dans un discours lors de la cérémonie de signature de ces accords de financement.

Son confrère +Sud Quotidien+ renseigne que dans le cadre du programme de résilience économique et sociale, le ministère du Tourisme et des Transports aériens a remis lundi aux structures du portefeuille de l’Etat sous sa tutelle des chèques d’un montant de 4,5 millions euros.

Cela représente la première tanche de la subvention de 7,6 millions euros destinée à soutenir les agences et entreprises publiques impactées par la pandémie de covid-19, ajoute le journal.

Au Mali, +l’essor+ indique que le Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta a reçu lundi le réseau des femmes Parlementaires venu lui témoigner ainsi qu’à l’ensemble des institutions de la République sa solidarité.

Elles ont appelé à l’apaisement et au dialogue pour une issue rapide à la crise politique que connait le pays, selon un communiqué de la Présidence malienne relayé par le journal.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que le gouvernement ghanéen a présenté ses excuses au Haut-commissariat du Nigéria au Ghana pour la démolition illégale d’un immeuble à étages dans ses locaux.

Des hommes armés sont entrés dans l’ambassade du Nigeria d’Accra vendredi et ont supervisé la destruction de ce bâtiment, qui était en construction, fait savoir le quotidien.

Son confrère, +Ghanaian Times+ indique que le taux de guérison du COVID-19 au Ghana est monté en flèche à 10.473 contre 4.548 suite à une modification de la politique nationale du Ghana Health Service (GHS).

La réforme, conforme aux directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), permet aux patients asymptomatiques admis à rentrer chez eux 14 jours après le traitement sans subir un deuxième test, précise la publication.

Au Gabon, +l’Union+ écrit sous le titre « Procès Ngambia : encore reporté » que la déception du public est la mesure de l’attente. Une nouvelle fois, le procès de l’ancien ministre Magloire Ngambia pour détournement présumé de deniers publics a été reporté hier à une prochaine session criminelle, à la demande de ses avocats résidant hors du Gabon.

Ces derniers, ajoute la publication, souhaitent une défense présentielle à la place des moyens par visioconférence mis en place.

Pour sa part, le site d’information +gabonmediatime+ indique que le porte-parole du Comité de pilotage du Plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus (Copil-Coronavirus), le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong, a affirmé, lundi, qu’il n’y aura pas de déconfinement ce 25 juin.

Selon lui, la tendance serait plutôt à « l’allègement d’un certain nombre de mesures de restrictions » et non pas à un déconfinement du Grand Libreville.

 


 

 

En RD Congo, « Forum des As » revient sur les implications de la condamnation à 20 de prison de Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président de la République.

« A qui le prochain tour ? Cette question revient en boucle depuis l’épilogue au premier degré du procès Kamerhe. Une interrogation qui traduit à la fois un sentiment contradictoire. D’une part, la soif du Congolais lambda de voir de gros poissons dans les mailles du filet et, de l’autre, le doute de voir l’opération +mains propres+ se poursuivre », écrit l’éditorialiste.

« Entre ces deux sentiments, il y a quantité de paramètres qui devraient être observés pour le nécessaire équilibre entre la justice et le principe de réalité. Les juristes parlent de l’opportunité des poursuites », soutient-il.

Sur un autre registre, “Actualité.cd” rapporte que le parti présidentiel, l’UDPS, appelle son allié, le FCC, à retirer les trois propositions de lois qu’il a soumises sur les réformes judiciaires en RDC, en voyant dans cette démarche “des calculs politiciens tendant à protéger les criminels et ainsi encourager l’impunité au pays”.

Au Rwanda, la presse locale focalise son attention sur les grandes lignes du projet du budget pour l’exercice 2020-21, présenté lundi devant le parlement par le ministre rwandais des Finances et de la Planification économique, Uzziel Ndagijimana.

Le journal +KT Press+ écrit que le gouvernement prévoit de consacrer une « grande partie » du budget de l’Etat à la mise en œuvre des plans et stratégies visant la relance des activités économiques, qui tournent au ralenti depuis le début de la pandémie du Covid-19.

« L’économie du Rwanda, comme de nombreuses économies du monde entier, souffre d’un ralentissement économique en raison de l’épidémie du Covid-19 qui a paralysé la majorité des activités économiques », a justifié le ministre, cité par la publication.

De son côté, +RNA+ indique que les dépenses prévues pour le budget 2020-21 atteindront 3,4 milliards de dollars, soit une hausse de près de 240 millions de dollars par rapport au budget précédent.

Citant le ministre Ndagijimana, le média note que les dépenses pour le prochain exercice s’inscrivent en droite ligne avec le Plan de relance économique Covid-19 et la Stratégie nationale de transformation (NST-1).

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ rapporte qu’une nouvelle stratégie de défense a été au centre d’une réunion entre le Premier ministre et commandant en chef de l’armée, Abiy Ahmed, et les généraux éthiopiens.

Lors de cette réunion à laquelle a assisté le vice-Premier ministre Demeke Mekonnen, le Premier ministre a relevé que la nouvelle stratégie de défense devra combler les lacunes constatées auparavant, souligne le média éthiopien.

Sur un autre registre, +FANA BC+ revient sur les déclarations du nouveau président du Conseil de la Fédération (Chambre Haute du parlement éthiopien), Adem Farah, qui a promis d’entreprendre des réformes institutionnelles au niveau de la Chambre.

Le Président et son adjoint, Etsegenet Menegistu, ont tenu leur première réunion avec les différentes structures de la Chambre qui a été consacrée aux réalisations de l’année et aux actions à entreprendre à l’avenir, ajoute le média.

Au Kenya, les principaux journaux se font l’écho du meeting organisé la veille par le parti Jubilee au pouvoir, où le président Uhuru Kenyatta a fait part de sa volonté de mener à bout le projet d’amendement de la Constitution.

« Lors d’une réunion de 22 minutes du groupe parlementaire du Jubilee, le président a impitoyablement destitué les alliés du vice-président William Ruto des postes clés à l’Assemblée nationale », écrit à ce propos le journal « The Star ».

« Le rapport +Building Bridges’ initiative+ (BBI) étant prêt et le chef de l’Etat prévoyant de remodeler son cabinet, il est entendu que ses dernières initiatives visent à ouvrir la voie à la réalisation de ces objectifs », souligne, pour sa part, le journal « Kenyans.co ».

Le vice-président Ruto s’est auparavant opposé à la BBI, qui devrait mener à l’élargissement de l’exécutif avec l’inclusion de membres de l’opposition au sein du gouvernement.

« Lundi, Ruto a regardé, impuissant, le président Kenyatta, pour la deuxième fois en un mois, exécuter l’une des purges politiques les plus brutales de ses alliés », note « Daily Nation, ajoutant que le vice-président est resté impuissant devant la décision du président d’expulser son grand allié, le chef de la majorité à l’Assemblée nationale, Aden Duale.

En Afrique du Sud, +Independent Online+ revient sur les propos de la ministre de la Gouvernance coopérative et des Affaires traditionnelles, Nkosazana Dlamini Zuma, qui a indiqué que la pandémie du Covid-19 avait dévoilé au grand jour les niveaux de pauvreté endémique dont souffre l’Afrique du Sud.

« La pandémie nous a montré les limites des autorités sud-africaines à répondre au besoins fondamentaux des populations vulnérables », a dit la ministre, citée par le journal, tout en pointant du doigt les changements de stratégies récurrents effectués par les administrations successives du parti du Congrès national africain (ANC) depuis son arrivée au pouvoir en 1994.

+Eyewitness News+ s’arrête sur une étude réalisée par l’organisation Pandemic Data and Analytics (Panda), notant que le nombre de décès prévus cette année en Afrique du Sud à cause du Covid-19 pourrait être proche du bilan de morts annuels provoqués par des accidents de la route, à savoir entre 10.000 et 15.000 victimes.

Panda a fait savoir que rien que dans la province du Cap occidental, épicentre du covid-19 dans le pays, entre 44 et 59 décès pourraient survenir quotidiennement pendant le pic de la pandémie qui devrait être atteint dans les semaines à venir, écrit le journal.

Dans la même catégorie