MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  14 Novembre      47        revue de presse (625),

 

Rabat, 14/11/2018 (MAP) – Nombre de sujets focalisent l’attention de la presse africaine paraissant mercredi, notamment la Coopération entre le Sénégal et la Banque mondiale, le projet d’amendement de la Constitution au Kenya, la Conférence internationale sur la planification familiale au Rwanda, la réorganisation territoriale au Mali, le partenariat entre le Ghana et le Qatar et le secteur éducatif au Gabon.

Au Sénégal, +Le Soleil+ indique que le portefeuille de la Banque mondiale (BM) au Sénégal a enregistré une augmentation de 365 milliards de Francs CFA en passant de 700 milliards en 2017 à 1065 milliards FCFA en 2018.

Ces chiffres ont été rendus publics, hier, lors de la revue annuelle conjointe du programme de coopération entre le Sénégal et l’institution financière de Breton Woods.

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba a précisé à cette occasion que ce portefeuille de coopération comprend actuellement 30 projets actifs dont 9 projets régionaux, un appui budgétaire de 75 milliards de FCFA et des études dans les secteurs prioritaires déclinés dans le Plan Sénégal Emergent (PSE).

Affichant à sa Une « Tensions budgétaires au Sénégal, le temps des aveux », +Enquête+ relève que le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan Amadou Ba a reconnu, lors de la revue annuelle conjointe du programme de coopération entre le Sénégal et la BM, que le Sénégal connait des tensions budgétaires.

« Lorsqu’on décide de gérer comme le veut le président de la République, dans la rigueur et la transparence, on fait face, forcément, à des difficultés dans certaines situations », a-t-il avancé, notant que ce sont « des difficultés passagères voulues, souhaitées par le gouvernement, du fait de la politique sociale menée actuellement ».

Au lieu d’augmenter le prix de l’électricité et des produits pétroliers, l’Etat a préféré faire un ajustement sur les dépenses, a expliqué M. Ba.

Au Kenya, les principaux quotidiens ont consacré leurs éditoriaux à l’amendement de la Constitution proposé par le leader de la majorité à l’Assemblée nationale pour lutter contre l’inégalité des sexes à la Chambre.

L’éditorialiste de +Daily Nation+ estime ainsi que M. Aden Duale « adopte une approche erronée pour lutter contre l’inégalité des sexes à la Chambre. Sa proposition de modifier la Constitution pour augmenter le nombre de femmes nommées à l’Assemblée nationale et au Sénat afin de respecter la règle de l’égalité des sexes, bien que bien intentionnée, est inappropriée ».

Dans la proposition contenue dans le projet de loi sur la Constitution du Kenya (amendement), M. Duale cherche à augmenter le nombre de femmes à l’Assemblée nationale de 42, ce qui porte à 341 le nombre total de députés, contre 349 actuellement. le nombre de sénateurs augmentera, bien que légèrement, de quatre pour atteindre 71, ajoute-t-il.

Son confrère +The Star+ souligne, quant à lui, que « pour modifier cette loi sur la composition du Parlement, il est nécessaire de promulguer une loi conforme à l’article 260 de la Constitution, ce qui est, estime-t-il, un point de droit technique ».

Il a ajouté que « le changement créera un défi logistique à plusieurs égards, sachant qu’il faudra que la loi soit modifiée après chaque élection pour obtenir la bonne combinaison de sexes ».

Au Rwanda, la presse locale continue de consacrer ses gros titres à la 5è édition de la Conférence internationale sur la planification familiale (CIPF), qui se tient du 12 au 15 novembre à Kigali.

Le journal +KT press+ écrit à ce sujet que le premier ministre rwandais, Edouard Ngirente, a appelé les 3000 participants à cette manifestation, co-organisée par la fondation Bill and Melinda Gates et le ministère rwandais de la Santé, à partager leurs expériences et les meilleures pratiques en matière de planification familiale en vue d’identifier les étapes à suivre pour garantir des services de santé de qualité à 120 millions de femmes supplémentaires dans le monde d’ici 2020.

Le premier ministre, indique-t-on, a plaidé pour un accès universel aux services de santé en matière de reproduction et de planning familial, invitant chaque citoyen dans le monde à contribuer à la réalisation de ce noble objectif.

Sur un autre registre, le quotidien anglophone +The New Times+ rapporte que la ville de Kigali prévoit de mettre aux enchères quatre parcelles de terrain situées dans la zone privilégiée de Kiyovu, dans le district de Nyarugenge, dans le but de collecter des fonds pour financer des projets urbains.

« Nous avons décidé de vendre ces parcelles pour générer des fonds destinés à financer des projets urbains de la ville », a déclaré Augustin Rwomushana, directeur du développement économique urbain de la ville de Kigali, cité par la publication, précisant que chaque parcelle est d’une superficie supérieure à 1.500 mètres carrés.

Au Mali +l’essor+indique que le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga a procédé, mardi, au lancement des concertations régionales du District de Bamako sur la réorganisation territoriale.

Ces concertations ont pour objet de mener une réflexion collective sur le statut, la configuration et le ressort géographique et territorial de la circonscription administrative de Bamako, selon le journal.

C’est la toute première fois depuis 60 ans, a indiqué le Premier ministre, que l’Etat organise des consultations sur la réorganisation des circonscriptions administratives du pays. Cela traduit, a poursuivi le Chef du gouvernement, la nature irréversiblement décentralisée de l’Etat et la volonté du Gouvernement d’approfondir la démocratie locale et participative, note le quotidien.

Le Premier ministre a annoncé que le gouvernement restera attentif aux résultats de ces consultations qui seront analysées à l’occasion des synthèses nationales. En outre, il a invité tous les acteurs de la vie nationale à s’impliquer dans le débat démocratique en venant faire valoir leur convictions et propositions au sein des cadres de concertation qui se sont ouverts simultanément le 13 novembre dans tout le pays.

Son confrère +L’indépendant+ rapporte que trois civils maliens travaillant pour un sous-traitant de l’ONU spécialisé dans le déminage ont été tués lundi dans un attentat suicide à Gao, dans le nord du Mali.

« Vers 20 heures (GMT et locales), un véhicule 4×4 piégé a fait irruption dans la cour d’une résidence au 8e quartier de Gao sur la route +Wabaria+. L’explosion de la charge contenue dans le ledit véhicule a coûté la vie à trois civils, blessant deux autres, selon un bilan provisoire », indique mardi le ministère malien de la Sécurité et de la Protection civile dans un communiqué cité par le journal.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que le Ghana et le Qatar ont procédé, mardi à Doha, à la signature de cinq protocoles d’accord en vue de renforcer le partenariat entre les deux pays.

Signés en marge d’une visite officielle effectuée par le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, au Qatar, ces accords visent notamment à éviter la double imposition et prévenir la fraude et l’évasion fiscales en matière d’impôts sur le revenu, à réglementer et protéger les employés ghanéens au Qatar et à faciliter l’obtention de visas pour les diplomates.

Son confrère, + Ghanaian Times+ écrit que l’Emir de Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, a relevé que les fondamentaux de l’économie ghanéenne, conjugués aux indicateurs sociaux prédominants, constituent un « bon exemple » digne d’être imité par d’autres sur le continent.

Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, a salué le climat propice aux investissements et aux affaires instauré au Ghana, relevant l’importance de nouer des relations étroites avec le Ghana et explorer les possibilités dans les domaines de l’énergie, du tourisme, de l’agriculture, de la sécurité, de l’éducation et du développement des infrastructures.

Au Gabon, +Matin Equatorial+ écrit sous le titre « PME/PMI : le Gabon en quête de nouveaux outils pour booster le secteur » que les Assises de l’entrepreneuriat et des PME/PMI qui se tiennent jusqu’au 15 courant à Libreville planchent sur les moyens d’implémenter un écosystème entrepreneurial plus dynamique et d’enraciner la culture d’entreprendre chez les jeunes Gabonais, afin de permettre au plus grand nombre devenir autonomes.

Et de poursuivre que cette rencontre, organisées par le Bureau de coordination du Plan stratégique Gabon émergent (BCPSGE), en partenariat avec la Confédération patronale gabonaise (CPG), la Chambre de commerce, d’agriculture, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Gabon (CCAIMAG) et l’incubateur national, JA Gabon, s’inscrit dans le cadre du Global entrepreneurship Week Gabon 2018.

En économie toujours, la publication souligne qu’en vue de lancer le « Wood Industry Loan Fund », Fonds dette pour le développement de l’industrie du bois, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et Afreximbank ont signé au Caire un accord de prêt de 30 millions d’euros.

Le but de cet accord est l’accompagnement du développement des entreprises installées dans la Zone économique spéciale de Nkok (ZES), située à 27 Km de Libreville.

Son confrère +L’Union+ s’intéresse au système éducatif, indiquant que les questions éducatives et de formation étaient, hier, au centre des échanges au sein de la commission interministérielle sur les conclusions de la task force sur l’éducation-formation-emploi au Gabon, notant qu’à l’étude, l’institution d’un certificat d’orientation pour baliser le parcours de l’élève dès la classe de 6e.

Dans la même catégorie