MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  4 Décembre      75        revue de presse (625),

 

Rabat, 04/12/2018 (MAP)- La présidence du Sénégal du conseil des droits de l’homme de l’ONU, le projet de loi de finances au Gabon, les élections locales en Côte d’Ivoire, le recensement national en Ethiopie, la 13e Conférence économique africaine à Kigali et le partenariat entre le Mali et la Banque mondiale sont les principaux sujets qui attirent l’attention de la presse africaine parue ce mardi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ écrit sous le titre « Le Sénégal élu à la présidence du conseil des droits de l’homme de l’ONU, une consécration diplomatique », que la session organisationnelle du treizième cycle du conseil des droits de l’homme a été marquée par l’accession de la République du Sénégal à la présidence de cette prestigieuse institution du système des nations unies au titre de l’année 2019.

« Ce choix confirme dans ce qu’il a de plus essentiel, la vision politique et l’action de Son Excellence Macky Sall, président de la République du Sénégal, en faveur de la promotion et de la protection des droits de l’Homme, la consolidation de la démocratie et le respect de l’Etat de droit », s’est réjoui à cette occasion le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, Sidiki Kaba.

« De la présidentielle de 2012 au scrutin de 2019, comment BBY, coalition hétéroclite, a défié le temps », lit-on à la Une de +Vox Populi+, notant que « tel un ouragan, Benno Bokk Yaakaar (BBY/mouvance présidentielle) balaie tout sur son passage depuis sa mise en place entre les deux tours de la présidentielle de 2012.

« Beaucoup d’observateurs de la scène politique avaient prédit son implosion, au lendemain de la l’accession de Macky Sall à la magistrature suprême. Mais la coalition BBY a su tenir bon, nonobstant l’usure du temps et les divergences idéologiques de ses membres », ajoute le journal.

Au Gabon, +l’Union+ écrit que les auditions relatives à l’examen du projet de loi de finances pour l’exercice 2019 suivent leur courent au Sénat, ajoutant qu’hier, le tour est revenu au ministre d’Etat aux Sports Alain Claude Bilie-By-Nze et au ministre du Commerce David Mbadinga de se présenter face aux sénateurs membres de la commission des Finances, du Budget et des Comptes économiques de la Nationa.

En économie, la presse indique que l’Inde est désormais le deuxième client du Gabon devant les partenaires traditionnels, notant qu’au cours des six premiers mois de l’année, ce pays a importé du Gabon des produits pétroliers (106,6 milliards FCFA), des minerais notamment manganèse (3,7 milliards FCFA) et les bois sciés et les ouvrages (2,2 milliards FCFA).

D’après la presse, les autorités gabonaises, fortes de ce volume d’échanges, ont décidé de négocier des avantages fiscalo-douaniers qui réduiront les dépenses d’exportation de ces produits, notamment le bois.

En Côte d’Ivoire, +Fraternité Matin+ rapporte que le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara, à New York, où il participera, mercredi, à un débat présidentiel de haut niveau, dans le cadre du mandat de la Côte d’Ivoire à la Présidence du Conseil de sécurité des Nations unies.

Ce débat, placé sous le thème, «La reconstruction post-conflit, pilier de la consolidation et de la pérennisation de la paix, et facteur de stabilité et de sécurité », sera l’occasion pour les participants de démontrer qu’une bonne sortie de crise passe par la redynamisation de l’économie, souligne le journal.

Sur un autre registre, +Soir Info+ indique que la reprise des élections locales a été au fixée au 16 décembre prochain dans deux régions et six communes ivoiriennes où les dernières municipales et régionales couplées ont été invalidées par la Chambre administrative de la Cour suprême.

« Le Conseil du gouvernement a adopté un décret convoquant les collèges électoraux à la date du 16 décembre 2018 en vue des élections partielles des conseillers régionaux et des conseillers municipaux dans les circonscriptions électorales pour lesquelles la Chambre administrative de la Cour suprême , juge du contentieux en la matière, a annulé le scrutin du 13 octobre 2018 », a indiqué le quotidien, citant le porte-parole du gouvernement.

Au Burkina, +Aujourd’hui au Faso+ s’intéresse à l’interrogatoire du général de brigade, Gilbert Diendéré, dans le cadre du procès du putsch manqué de septembre 2015, ajoutant que ce dernier s’est interrogé si des armes disparues durant le processus de transition ne sont pas utilisées actuellement par les terroristes qui attaquent le pays.

Convaincu de la culpabilité de l’accusé, selon le journal, le ministère public lui a rappelé qu’il avait dit à la barre qu’il était très occupé durant les événements et qu’il y a des messages auxquels il n’a pas daigné répondre, relevant que le parquet s’est également attardé sur la retranscription des appels.

En outre, le général Diendéré déplore la manière dont le processus a été conduit, souligne le quotidien, indiquant qu’il a été demandé aux éléments de jeter les armes dans les postes et de repartir.

Après avoir passé deux jours avec le micro, le parquet militaire a cédé la parole aux avocats du général Diendéré pour leurs éventuelles questions et observations dans le but de disculper leur client, relève +Aujourd’hui au Faso+.

Aux yeux de la défense, il appartient au procureur militaire en tant que partie poursuivante, d’apporter des preuves de la culpabilité du général et non se référer aux témoignages d’autre personnes pour faire des conclusions hâtives, ajoute la publication, notant que les avocats invitent l’accusation à fournir les éléments constitutifs des infractions reprochées à son client afin qu’ils puissent en discuter.

En Ethiopie +The Reporter+ qui s’interroge sur la confirmation par les autorités de la date du prochain recensement national, écrit que le quatrième recensement, reporté l’année dernière, et qui devrait avoir lieu à la mi-mars de cette année, n’a toujours pas reçu de confirmation de la part de la commission nationale du recensement.

Le journal qui note que les préparatifs vont bon train dans les différents départements de l’Agence centrale de statistique, rappelle que ce recensement national devait avoir lieu en novembre 2017. «Cela s’explique par les manifestations généralisées dans le pays et les tensions dans différentes régions, en particulier à Oromia et dans le nord», relève le journal.

+The Reporter+ ajoute qu’après plusieurs rencontres tenues la semaine dernière, il a été convenu que le recensement aura lieu à la mi-mars 2019 en dépit des préoccupations liées au déplacement des gens et aux conflits dans certaines régions du pays, notant toutefois que le gouvernement n’a toujours pas donné de confirmation sur la date exacte de cette échéance.

Les quotidiens du Kenya rapportent mardi « la suspension avec effet immédiat » de la décision d’interdire aux bus et mini-bus « Matatus » d’accéder au centre de la capitale Nairobi.

+Daily Nation+ souligne que le gouverneur de Nairobi, Mike Sonko, a déclaré officiellement la suspension de cette décision, entrée en vigueur lundi.

M. Sonko a déclaré mardi à l’aube qu’il avait suspendu l’interdiction « avec effet immédiat » afin de permettre des pourparlers avec « toutes les parties concernées » et ainsi trouver une solution durable à la congestion de la ville.

Pour sa part +The Star+ rapporte que ce revirement de situation trouve son explication dans la souffrance des navetteurs, des opérateurs des matatus, des employeurs et des hommes d’affaires, qui ont tous été perturbés par cette décision.

« J’ai noté avec préoccupation le sort tragique des habitants de Nairobi à la suite de cette interdiction et j’annonce par la présente note que la mise en œuvre intégrale de cette directive est suspendue avec effet immédiat », a déclaré le gouverneur, cité par +The Star+.

Au Rwanda, les quotidiens locaux consacrent leur Une à la 13e Conférence économique africaine (AEC), qui se tient du 3 au 5 décembre à Kigali sous le thème « L’intégration régionale et continentale au service du développement de l’Afrique ».

Le journal +KT Press+ écrit, à ce sujet, que les think-tanks, décideurs et chercheurs africains participant à ce conclave continental ont été unanimes à souligner que le maintien de la paix et la sécurité est primordial pour réussir la mise en œuvre du projet titanesque de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) qui constitue la meilleure opportunité pour une intégration inclusive de l’Afrique.

Citant les statistiques de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), la publication indique que l’activation de la ZLECA portera le taux actuel du commerce intra-africain de 15 % à 52,3 %.

Sur un autre sujet, le journal anglophone +The New Times+ rapporte que le projet de la Zone économique spéciale de Bugesera (BSEZ), approuvé récemment par le Conseil des ministres, a réussi à attirer plus de 20 investisseurs, dont le leader sur le marché des phosphates groupe OCP, la société qatarie « Al-Maha » et la société rwandaise « EnviroServe ».

Cette forte demande est dû à l’engagement du Rwanda pour la facilitation des conditions d’implantation des entreprises, a déclaré le chef de l’autorité des zones économiques spéciales au Rwanda Development Board (RDB), Naphtal Kazoora, cité par le quotidien qui indique que les projections du RDB démontrent que la nouvelle zone de Bugesera dépassera la Zone économique spéciale de Kigali en termes de création de valeurs économiques.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que le principal parti de l’opposition ghanéenne, le National Democratic Congress (NDC), a lancé les dépôts de candidature pour l’élection primaire présidentielle du parti prévue pour le 19 janvier 2019.

Le candidat élu à la suite de l’élection primaire présidentielle sera le porte flambeau du NDC à la présidentielle 2020, rapporte le quotidien citant un communiqué du parti, notant que les potentiels candidats ont un délai de deux jours pour faire acte de candidature.

Conformément aux règlements régissant l’élection primaire présidentielle, le dépôt de candidature est ouvert à partir du 03 décembre et sera clos le 04 décembre 2018, relève la publication.

Côté sport, +Ghanaian Times+ indique que la Confédération africaine de football (CAF) a disqualifié la Sierra Leone des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, ce qui a entraîné la qualification du Ghana et du Kenya.

La « Sierra Leone est disqualifiée des éliminatoires et les résultats de ses matches sont annulés », indique la CAF, notant que la disqualification de la Sierra Leone entraîne la qualification du Kenya et du Ghana, qui occupent les deux premières place du groupe F.

Au Mali +L’essor+ indique que le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a accordé lundi une audience, au vice-directeur en charge des ressources humaines de la Banque mondiale, le Mauritanien Ousmane Diagana.

A sa sortie d’audience, Ousmane Diagana, cité par le journal,  a déclaré que l’échange avec le chef du gouvernement s’est situé autour du renforcement du partenariat entre la Banque mondiale et le Mali afin que les projets importants que l’institution finance au Mali, en particulier au Nord et au Centre, puissent s’exécuter rapidement et avoir des impacts durables sur l’amélioration des conditions de vie des populations, note la publication.

D’autre part, le journal rapporte que vingt-cinq milliards de Fcfa, est le montant du prêt accordé par la Banque ouest africaine de développement (BOAD) à l’Etat malien.

La signature symbolique de l’accord a eu lieu, lundi, au ministère de l’Economie et des Finances. Le prêt doit, en effet, financer la construction d’un échangeur, d’un viaduc et l’aménagement de 10 km de voies urbaines dans la ville de Sikasso.

Dans la même catégorie