MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  6 Décembre      30        revue de presse (625),

 

Rabat, 06/12/2018 (MAP) – La presse africaine parue ce jeudi focalise sur plusieurs sujets, notamment le Plan Sénégal Emergent, le budget 2019 du Gabon, la coopération entre le Rwanda et la Russie et la CAN 2019.

Au Sénégal, +Le Quotidien+ écrit sous le titre « Attente des financements pour le PSE 2 : 3000 milliards sur seine », que le Sénégal souhaitait récolter 1800 milliards de Francs CFA lors du groupe consultatif de Paris dans dix jours.

Seulement, poursuit le journal, les offres des partenariats sont tellement importantes, que le gouvernement a revu à la hausse ses prétentions, ajoutant que malgré tout, celles-ci restent toujours en deçà des offres des courtisants.

« C’est dire que le Plan Sénégal Emergent de Macky Sall fait l’unanimité, si pas à l’intérieur du pays, du moins hors des frontières », fait observer le quotidien.

« Maintien de BBY, investiture en grande pompe, soutien de ses pairs…Macky, le coup de forces contre l’opposition », peut-on lire à la Une de +L’Observateur+, notant que pour sa réélection à la magistrature suprême, le président Macky Sall a posé un acte fort : une investiture historique dans la forme comme dans le fond.

« Une grande messe politique au cours de laquelle des leviers importants ont été mis en branle, dans le but de construire au patron de Benno Bokk Yaakaar (BBY/mouvance présidentielle) une image de candidat conquérant et imbattable », poursuit la même source.

Au Gabon, +L’union+ revient sur le budget 2019, écrivant dans ce sens que les sénateurs membres de la Commission du Budget, des Finances et des Comptes économiques de la Nation ont poursuivi, hier au siège du Sénat, les auditions des membres du gouvernement dans le cadre de l’examen du projet de la loi de finances 2019.

Et d’ajouter que ce sont les ministres Estelle Ondo (Industrie, Entrepreneuriat national et Décennie de la Femme), Carmen Ndaot (Petites et Moyennes Entreprises et Artisanat) et Noël Nelson Messone (Relations avec les Institutions constitutionnelles) qui ont échangé, chacun à son tour, avec les élus.

En économie, la presse indique que le coordonnateur du Bureau de coordination du plan stratégique Gabon émergent (BCPSGE), Liban Soleman, et le directeur général de la Dette, Hugues Mbadinga Madiya, ont échangé, lundi dernier à Libreville, avec une délégation d’investisseurs internationaux de Jefferies Group, conduite par son vice-président Alan Cameron.

La visite de ces poids lourds gestionnaires de portefeuilles d’investissements internationaux et détenteurs des obligations gabonaises sur les marchés internationaux de Londres, avait pour objectif de faire le point sur la situation économique du Gabon, notamment les perspectives de croissance au Gabon, le programme de diversification économique du pays, le plan de relance de l’économie et la performance du Gabon dans le cadre de son programme avec le Fonds monétaire international (FMI), explique la presse.

En Ethiopie, +FANA BC+ rapporte l’arrestation par la police fédérale de cinq hauts responsables de l’Etat régional de Benishangul Gumuz soupçonnés d’être à l’origine des conflits dans cette région d’Ethiopie.

Les hauts dirigeants ont été soupçonnés d’être à l’origine des conflits survenus dans la ville d’Assosa en juin dernier et des récents affrontements le long des frontières des Etats régionaux d’Oromia et de Benishangul Gumuz, précise le groupe de médias éthiopien.

Parmi les suspects figurent le chef adjoint du bureau de l’administration et de la sécurité de l’Etat régional et l’ancien maire de la ville d’Assosa, ajoute +FANA BC+, notant que la police fédérale poursuit les investigations pour rechercher d’autres personnes impliquées dans ces conflits.
Au Burkina, +Aujourd’hui au Faso+ écrit à la Une que la Cour d’appel de Paris a donné son feu vert à l’extradition de François Compaoré, frère cadet de l’ancien président burkinabè, ajoutant que le Parquet général s’était déclaré favorable, mais qui, pour être effective devra également faire l’objet d’un décret gouvernemental.

La décision de la cour a déjà fait l’objet d’un pourvoi en cassation de la part des avocats de François Compaoré, 64 ans, indique le journal, relevant que l’un des défenseurs de l’accusé a annoncé son intention de demander la comparution du juge d’instruction burkinabè pour « faux en écriture publique », après que la Cour d’appel de Paris ait relevé que l’une de ses citations n’était pas « correcte ».

Au Burkina Faso, François Compaoré est accusé d’ »incitation à assassinat » dans l’affaire du journaliste d’investigation burkinabè Norbert Zongo, de l’hebdomadaire +L’Indépendant+, rappelle le quotidien.

Le journaliste avait été tué, avec trois personnes qui l’accompagnaient, dans des conditions mystérieuses, le 13 décembre 1998, alors qu’il enquêtait sur la mort de David Ouédraogo, le chauffeur de François Compaoré, selon la publication.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international depuis mai 2017, François Compaoré avait été interpellé à l’aéroport de Roissy fin octobre 2017, relève le journal, notant que son avocat avait alors exprimé son indignation quant à cette « manœuvre politique » visant à atteindre par son biais l’ex-président, Blaise Compaoré, également sous le coup d’un mandat d’arrêt international dans le cadre de l’enquête sur la répression de l’insurrection d’octobre 2014.

Au Rwanda, le journal +The New Times+ rapporte que le Rwanda et la Russie ont signé, mercredi, un accord-cadre intergouvernemental dans le domaine de l’usage pacifique de l’énergie atomique, citant un communiqué publié par le gouvernement rwandais.

Paraphé à Moscou entre le ministre rwandais des infrastructures, Claver Gatete, et le directeur général de l’Agence fédérale pour l’énergie atomique (ROSATOM), Alexey Likhachev, cet accord prévoit la création d’un centre pour la science et la technologie nucléaires au Rwanda qui servira à la transformation socioéconomique du pays grâce à la modernisation de plusieurs secteurs vitaux, indique le quotidien anglophone.

Parmi les secteurs qui vont bénéficier de ce centre, la publication cite l’agriculture, la santé, l’électricité, l’industrie pharmaceutique et l’environnement, entre autres.

Sur un autre sujet, le journal électronique +Taarifa+ écrit que les participants à la 13è Conférence économique africaine, dont les travaux ont été clôturés, mercredi à Kigali, ont proposé une série de mesures et de recommandations visant l’activation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) et le renforcement de l’intégration économique du continent.

La publication souligne que les groupes de réflexion (think tanks), chercheurs, décideurs et dirigeants des secteurs public et privé ont appelé, lors de ce conclave continental, les pays africains à accélérer le processus de ratification de l’accord sur la ZLECA, à harmoniser les politiques d’investissements et de commerce et à faciliter la libre circulation des biens et des personnes en vue d’impulser le développement de l’Afrique via une intégration plus pratique et inclusive.

Au Kenya, le journal +Daily Nation+ rapporte jeudi que le président Uhuru Kenyatta s’est prononcé mercredi contre un projet de loi présenté par les députés pour faire accroître leurs avantages salariaux « déjà lourds » et aux dépends des contribuables.

« Les citoyens aspirent à plus de développement qui leur profite directement et à des solutions qui les aideront à progresser », a déclaré Uhuru, cité par le journal.

« Nous devons cesser de faire de la politique chaque jour et nous rassembler en tant que dirigeants pour bâtir notre pays et veiller à ce que nous livrions à notre peuple ce que nous lui avons promis », a-t-il déclaré, avant d’ajouter que « chaque député et chaque dirigeant a la responsabilité d’améliorer la vie des millions de Kényans qui nous considèrent comme leurs dirigeants ».

Pour sa part, +The Star+ écrit qu’un avocat a saisi la Haute Cour pour demander que le gouverneur de Nairobi, Mike Sonko, soit déclaré « inapte » à occuper des fonctions publiques.

Cette affaire a éclaté un jour après que M. Sonko ait autorisé les véhicules de service public à rentrer dans le centre-ville, sans prendre des mesures pour réduire les embouteillages et décongestionner la ville.

Cité par le journal, l’avocat avance que M. Sonko a commis des fautes flagrantes, laissant ainsi tomber les personnes qui l’ont élu.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que les discussions entre le Ghana et le Togo se poursuivent en ce qui concerne la démarcation de la frontière maritime, notant qu’une nouvelle rencontre s’est tenue récemment entre les autorités des deux pays.

L’objectif de cette rencontre est de parvenir à un accord basé sur le droit international, fait savoir le quotidien qui cite des propos du ministre ghanéen de la sécurité nationale, Albert Kan Dapaah.

Son confrère, +Ghanaian Times+ indique que le Ghana ne sera prêt à accueillir la CAN 2019, surtout après son élargissement à 24 équipes.

Le président du conseil d’administration de l’Autorité sportive nationale du Ghana, Kwadwo Baah Agyemang, s’est dit contre l’idée de lancer une candidature pour accueillir la Coupe d’Afrique des Nations 2019.

Dans la même catégorie