AIP La Banque mondiale exhorte les entreprises à soumissionner pour la mise en œuvre de son portefeuille pays AIP Prix africain de l’innovation en ingénierie 2024 : un Ivoirien par les finalistes AIP Des conventions de partenariat signées entre l’AGEFOP et des structures pour l’exécution de projets d’étude et de formations AIP Africa CEO Forum : une délégation de haut niveau du groupe MTN échange avec le Premier ministre ivoirien AIP Une banque panafricaine réitère sa volonté de promouvoir l’entrepreneuriat et l’innovation sur le continent APS SENEGAL-COOPERATION / Ousmane Sonko a reçu en audience les ambassadeurs de quatre pays APS SENEGAL-SOCIETE-INFRASTRUCTURES / Khady Diène Gaye promet d’améliorer la gestion des maisons de la jeunesse et de la citoyenneté APS SENEGAL-EDUCATION / Le gouvernement engagé à bâtir un capital humain de qualité sur la base d’une éducation attrayante (ministre) APS SENEGAL-FINANCE / Vers le déploiement de 1.106 volontaires de la microfinance dans les 14 régions APS SENEGAL-HABITAT / La production d’un plus grand nombre de logements impactera le loyer (ministre)

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  17 Janvier      61        revue de presse (625),

 

Dakar, 17/01/2019 (MAP) – Les élections présidentielles au Sénégal, la Conférence régionale sur la finance islamique, l’attaque terroriste au Kenya et la scène politique en Côte d’Ivoire sont les principaux sujets qui attirent l’attention de la presse africaine parue jeudi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ écrit sous le titre « Processus électoral : l’ONU et la CEDEAO prônent le dialogue et la concertation », que séjournant à Dakar du 14 au 19 janvier, la mission conjointe des Nations Unies et de la Commission de la CEDEAO demande aux acteurs politiques de privilégier la concertation et le dialogue, ajoutant que cette recommandation a été formulée au sortir d’une réunion avec la commission électorale nationale autonome (CENA).

La mission s’est entretenue durant cette visite avec les différentes parties impliquées dans le processus électoral, note le journal.

Son confrère +Enquête+ rapporte qu’ »il est rare que la société civile et les politiques se retrouvent pour une exégèse de la démocratie sénégalaise. Pourtant, poursuit le journal, c’est ce qui se passe depuis mercredi à travers un forum citoyen sur le thème ‘Construction d’une démocratie post-électorale : la réforme des institutions comme condition de possibilité du renforcement de la République, de la démocratie, de l’Etat de droit et des droits humains' ».

A l’issue d’échanges et de réflexions de deux jours, il est attendu des propositions pour améliorer la démocratie sénégalaise qui s’achemine vers un rendez-vous majeur : la présidentielle du 24 février prochain, indique le journal.

Au Mali +L’essor+ indique que le Président de la République Ibrahim Boubacar KEITA, a pris part mercredi à la Conférence régionale sur le WAQF (la finance islamique) à Conakry en Guinée.

Et d’ajouter que cette Conférence Islamique de dimension internationale est une initiative du gouvernement guinéen et de la Banque Islamique de Développement. Elle a pour objet de capitaliser les acquis du QWAF en tant qu’instrument de développement de mode de financement des ressources durables. Elle est placée sous le thème de « WAQF et son importance socio-économique ».

Dans son intervention, le Président KEITA a conforté les vertus du WAQF, socle de la Ouma islamique avant de consolider la pertinence de ses objectifs entre autres la recherche de la satisfaction du Tout Puissant à travers la réalisation des buts sociaux, culturels de portée générale et globale.

D’autre part, le journal rapporte que le Président KEITA participera jeudi à Dakar, à la Conférence internationale sur l’Emergence de l’Afrique en vue d’une meilleure participation du secteur privé à l’économie pour une croissance forte du Continent.

Son confrère +l’indépendant+ indique que dix-sept personnes ont trouvé la mort dans l’effondrement d’un puits d’orpaillage survenu à Négétié dans le cercle de Kolondiéba au sud du Mali,

En Côte d’Ivoire, « Le Jour Plus » traite de la décision de la Cour Pénale Internationale (CPI) portant acquittement et libération immédiate de l’ancien président Laurent Gbagbo et de son ancien ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé.

Sous le titre « Libération de Gbagbo et Blé Goudé : Manifestations de colère contre la CPI, hier à Abobo », le journal écrit que des manifestants en colère, rassemblés mercredi dans la commune abidjanaise d’Abobo ont brandi des écriteaux comme « la CPI sera tenue responsable pour ce qui adviendra ».

La publication se fait également l’écho du communiqué du gouvernement en réaction à l’acquittement de Laurent Gbagbo, soulignant que « le président de la République et le gouvernement réitèrent leur volonté de consolider la paix, la cohésion nationale et le développement de notre pays. Ils appellent l’ensemble des populations au calme, au pardon et à la réconciliation ».

Traitant du même sujet, des journaux ivoiriens rapportent que si l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, condamné par contumace par la Cour d’assises d’Abidjan à 20 ans de prison dans l’affaire de « pillage » de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), « est en Côte d’Ivoire, la justice avisera ». La presse cite le ministre ivoirien de la Justice et des droits de l’homme, Sansan Kambilé.

« Concernant M. Laurent Gbagbo, je vous dirai que depuis 2011, de nombreuses procédures ont été engagées contre plusieurs personnes. Le moment venu, s’il est en Côte d’Ivoire, la justice avisera », a-t-il indiqué face à la presse à l’issue d’un Conseil des ministres.
Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que le Congrès national démocratique (NDC), parti d’opposition, a été contraint de reporter les primaires présidentielles du parti, suite à un procès déposé par deux de ses membres.

Les primaires présidentielles étaient prévues pour le 26 janvier, fait savoir la publication, notant que le parti se réunira bientôt pour fixer une nouvelle date pour l’élection présidentielle du parti.

Son confrère, +Ghanian Times+ indique que la population connait une croissance rapide, qui s’élève actuellement à 30,2 millions d’habitants, selon le service statistique du Ghana (GSS).

Grâce à des méthodes de planification familiale gratuites, le Ghana pourrait atteindre un taux de fécondité inférieur, ce qui conduirait à une structure par âge plus équilibrée, propice à la croissance économique, relève le quotidien.

En Ethiopie, +FANA BC+ rapporte que le poste de commandement mis en place par l’armée éthiopienne dans les régions frontalières des Etats régionaux d’Oromia et Benishangul Gumuz pour établir la paix dans cette région, a procédé à l’arrestation de 835 éléments armés impliqués dans des actes de violences dans cette zone.

Le groupe médiatique précise que les militaires éthiopiens ont récupéré « 4 mitrailleuses, 61 Kalachnikovs, 105 armes anciennes, 8 pistolets, différents types de balles, 9 camionnettes, 2 ambulances, 5 minibus, 26 motos, ordinateurs et téléphones mobiles ».

+FANA BC+ ajoute que les institutions publiques et privées, ainsi que les commerces qui ont cessé de fournir des services suite à ces actes de violence, ont repris le travail.

Au Gabon, +l’Union+ écrit sous le titre « au lendemain de la cérémonie de prestation de serment des ministres : la primature change de main » que des dossiers transmis symboliquement au nouveau locataire du 2 décembre par le secrétaire général du gouvernement, Jonas Lola Mvou, c’est l’image de la passation de charges, hier, entre les premiers ministres entrant Julian Nkoghe Bekalé et sortant Emmanuel Issoze Ngondet, resté en fonction pendant deux ans et demi.

Et de poursuivre que le premier ministre sortant a fait valoir un certain nombre de progrès sur les plans politique, économique et social d’où l’hommage que lui a rendu son successeur.

En politique toujours, la presse indique que l’Assemblée nationale retrouve ses pouvoirs, notant que la présidente du Sénat Lucie Milebou Aubusson Mboussou dont l’institution exerçait l’intérim depuis le 30 avril 2018 suite à une décision de la Cour constitutionnelle, a rendu, hier, à son nouvel homologue de l’Assemblée nationale Faustin Boukoubi les pouvoirs et les prérogatives de la première chambre.
Au Kenya, les quotidiens continuent de s’intéresser à l’attentat terroriste perpétré mardi à Nairobi et qui a fait selon un dernier bilan pas moins de 21 morts et plusieurs autres blessées.

« Daily Nation » rapporte que deux suspects liés à cette attaque ont été arrêtés par la police aux alentours du complexe hôtelier.

Selon le journal, la police qui a effectué des raids mercredi matin dans des maisons soupçonnées servir de cachettes pour les assaillants, a réussi à arrêter l’un des suspects dans le domaine de Ruaka, à la périphérie de Nairobi, et l’autre à Eastleigh.

Ces arrestations ont été confirmées par le directeur des enquêtes criminelles, George Kinoti, assure le journal.

Pour sa part, The Star » affirme que les islamistes radicaux somaliens shebab, qui ont revendiqué dès mardi l’attaque, ont indiqué avoir agi en représailles au transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem.

Les cinq assaillants du groupe shebab qui ont mené l’attaque ont tenu un siège de 20 heures et sont tous morts, rapporte le journal.

Au Rwanda, +The New Times+ indique que le gouvernement rwandais et le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) ont paraphé, mercredi à Kigali, un accord de prêt de 115 millions d’euros visant à appuyer le plus grand programme d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement du pays.

Citant la directrice de la BAD au Rwanda, Martha Phiri, le média anglophone souligne que « ce nouveau financement couvrira des villes stratégiques et répondra aux défis de l’eau et de l’assainissement dans les zones où le taux d’accès est inférieur à 45% ».

Le programme national d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement, dont le coût global s’élève à plus de 261 millions d’euros, vise à permettre à 1,5 million de personnes d’avoir accès à des services d’approvisionnement en eau améliorés, fiables et durables, précise la publication qui note que ce programme est cofinancé par la BAD, la Banque européenne d’investissement (BEI) et le Fonds de développement international de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Son confrère électronique +RNA+ écrit, de son côté, que l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé un appel de fonds d’un montant de 296 millions de dollars pour fournir, en 2019, une aide « désespérément nécessaire » à plus de 345.000 réfugiés burundais vivant dans les pays voisins, notamment au Rwanda.

Citant une déclaration du porte-parole du HCR, Charlie Yaxley, le média souligne que la situation des réfugiés burundais est l’une des plus négligées au monde et, en 2018, elle comptait également parmi les crises les plus sous-financées.

Les enfants, qui représentent plus de la moitié de la population réfugiée, sont les plus durement touchés, relève le journal qui précise que 20% seulement des enfants réfugiés burundais en âge de fréquenter l’école secondaire sont scolarisés.

Dans la même catégorie