MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  21 Janvier      44        revue de presse (625),

 

Dakar, 21/01/2019 (MAP) – L’élection présidentielle au Sénégal, la situation sécuritaire au Mali et au Burkina, la composition du nouveau gouvernement au Gabon et le conflit frontalier entre deux régions éthiopiennes sont les principaux sujets traités par la presse africaine parue lundi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ écrit sous le titre « Présidentielle 2019 : le conseil constitutionnel valide cinq candidatures », qu’ils seront cinq à solliciter les suffrages de leurs compatriotes, selon la décision publiée hier par le conseil constitutionnel, ajoutant qu’il s’agit de Macky Sall, Idrissa Seck, Madické Niang, Ousmane Sonko et Issa Sall.

Selon la publication, les dossiers des candidats retenus répondent aux conditions requises, ajoutant que les cinq ont le nombre de parrains requis pour être candidats.

Dans la même veine, son confrère +Enquête+ rapporte que parmi les plus attendus, Khalifa Sall et Karim Wade ont également vu leur requête déclarée irrecevable pour des raisons différentes.

« A n’en pas douter, le dossier de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall faisait partie des dossiers les plus attendus », ajoute la publication.

Au Gabon, +l’Union+ revient sur la composition du gouvernement, écrivant dans ce sens qu’à côté des sorties, des entrées de nouveaux visages, le maintien à leurs postes de certains ministres a constitué un des faits marquants du nouveau gouvernement.

Et de poursuivre que parmi ceux-ci, le ministre d’Etat, ministre du Budget et des Comptes publics, Jean-Fidèle Otandault et celui de l’Economie, Jean-Marie Ogandaga, notant que selon une source, ces deux ministres auraient été reconduits à la tête de leurs départements pour deux raisons, à savoir la poursuite des réformes multiformes entamées par le gouvernement sortant et la nécessité de les laisser poursuivre les discussions avec le FMI et d’autres bailleurs de fonds.

En économie toujours, la presse indique que face au repli des recettes pétrolières, le Gabon, depuis quelques années, s’est engagé dans une politique de diversification de son économie à travers notamment la promotion des investissements, notant que selon un récent rapport de la Cnuced, le pays a enregistré un fort accroissement des investissements directs.

Selon le rapport, le Gabon a attiré plus de 700 millions de dollars d’investissements directs dans l’ensemble des secteurs prioritaires notamment ceux de l’énergie, de l’agro-industrie, du bois, du transport, des mines, du logement et des infrastructures.

Au Mali +L’indépendant+ rapporte qu’au moins huit Casques bleus tchadiens ont été tués, dimanche, dans une attaque terroriste d’un camp de la mission de l’ONU dans le nord-est du Mali.

« Selon un bilan toujours provisoire, au moins huit Casques bleus (tchadiens) ont été tués », a indiqué la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali ( Minusma) à Kidal, à quelque 200 km au sud du camp d’Aguelhok où l’attaque s’est produite tôt dans la matinée, selon le journal.

Et d’ajouter que le représentant du Secrétaire général de l’ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, a condamné « l’attaque ignoble et criminelle contre les Casques Bleus » tchadiens, confirmant qu’elle avait coûté la vie à huit Casques bleus.
Dans le même registre, +L’essor+ écrit qu’en cette douloureuse circonstance, le Président de la République, au nom du Gouvernement et de l’ensemble du peuple malien, présente ses sincères condoléances au Secrétaire général des Nations unies, à la MINUSMA, au peuple frère et au Gouvernement tchadien, ainsi qu’aux familles des défunts.

Le Gouvernement du Mali condamne énergiquement cette attaque lâche et réitère sa ferme détermination à conjuguer ses efforts avec ceux de la communauté internationale pour combattre le terrorisme sous toutes ses formes, note le quotidien.

Au Burkina, le journal étatique +Sidwaya+ écrit: « Drame à Yirgou, massacre de policiers à Nafona ou de gendarmes à Toéni, affrontements meurtriers-forces de l’ordre populations à Orodara, enlèvement-exécution d’un géologue canadien dans le Sahel… le Faso bruit de nouvelles macabres ».

Sous le titre « Le sens du devoir », l’éditorialiste du quotidien rappelle que l’on déplore plusieurs dizaines de morts en quelques semaines, du fait, non pas uniquement d’assaillants non identifiés, mais aussi de Burkinabè qui s’en sont pris à d’autres compatriotes pour diverses raisons.

Le moins que l’on puisse dire est que ces faits interpellent la conscience citoyenne, estime la publication, ajoutant qu’ils mettent en exergue la nécessité pour les uns et les autres de jouir certes de leurs droits, mais aussi et surtout de s’astreindre à leurs devoirs.

« On en prend le chemin avec ces ratonnades meurtrières de Nafona et de Orodara, et la puissance publique doit prendre la mesure du danger, car l’unité nationale est menacée insidieusement sur fonds d’instrumentalisation politique », relève +Sidwaya+, rappelant que depuis l’insurrection d’octobre 2014, certains citoyens se découvrent plus de droits que de devoirs, ce qui maintient le pays en équilibre précaire, le laissant à la merci des humeurs des uns et des autres.

A deux ans de la fin de son premier mandat, le président Roch Kaboré n’a plus le choix, car il sera jugé à l’aune des résultats engrangés, note l’éditorialiste, affirmant que la conscience citoyenne et sens de la responsabilité devront donc être les mots clés en cette année 2019 pour ramener le Faso à ses « anciennes amours », à savoir la tolérance, l’humilité et le respect d’autrui.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que le nouveau Président de la République de Madagascar, M. Andry Nirina Rajoelina, a félicité le Ghana pour les développements qu’a connu le pays durant les deux dernières années.

M. Rajoelina a estimé, lors d’un entretien avec le président ghanéen, Nana Akufo Addo, que le Ghana est l’une des économies à la croissance la plus rapide, non seulement en Afrique, mais dans le monde, indique le quotidien.

Son confrère, +Ghanaian Times+ continue de s’intéresser à l’assassinat du journaliste d’investigation ghanéen, connu par sa participation au documentaire « Number 12 » sur la corruption dans le foot ghanéen, notant que la Coalition anticorruption du Ghana (GACC) a condamné cet acte.

Au Rwanda, +Rwanda News+ indique que le juge Theodor Meron a quitté officiellement, vendredi dernier, la présidence du Mécanisme international qui a succédé aux tribunaux de l’ONU pour le Rwanda et l’ex-Yougoslavie.
Nommé en mars 2012 à la tête du Mécanisme, puis renouvelé à deux reprises, en 2016 et 2018, malgré des critiques au sein de la juridiction comme du côté du gouvernement rwandais, le juge Meron est à l’origine de la réduction des peines, en appel, de plusieurs génocidaires emblématiques, dont le colonel Théoneste Bagosora, considéré comme « le cerveau » du génocide, ajoute le média électronique.

En économie, +The New Times+ écrit que la production annelle de poisson au Rwanda est passée de 26.500 tonnes en 2017 à plus de 31.460 tonnes en 2018, citant les derniers chiffres de l’Office rwandais de l’agriculture.

La production de poisson au Rwanda devrait tripler pour atteindre 112.000 tonnes en 2024, selon les prévisions du quatrième plan stratégique du pays pour la transformation de l’agriculture, qui s’étale sur la période 2018-2024, ajoute le média anglophone.

En Ethiopie, +FANA BC+ rapporte qu’une commission composée des membres du gouvernement fédéral et des Etats régionaux somaliens et afar œuvrent pour résoudre d’une manière définitive les problèmes posés par le conflit frontalier entre les deux régions éthiopiennes.

Citant l’administrateur en chef adjoint de l’Etat régional somalien, Adem Farah, le média éthiopien souligne que la commission entreprend tous les efforts pour rétablir le lien de longue date et bien établi entre les populations des deux Etats régionaux.

Des civils innocents avaient été tués ou blessés et d’autres déplacés de leurs villages à la suite du conflit orchestré sous le prétexte d’un problème frontalier, par des contrebandiers et de gens qui sont aux antipodes des réformes lancées dans le pays, déplore le responsable local cité par +FANA BC+.

Le groupe médiatique relève qu’après une consultation avec les chefs de tribus, les femmes et les jeunes, un accord a été conclu entre toutes les parties pour œuvrer en faveur d’une paix durable.

Les habitants de dix villes de l’Etat régional de Somalie avaient organisé mercredi dernier un rassemblement pour dénoncer et demander la fin du conflit ainsi que pour exiger une paix durable, rappelle +FANA BC+.

Le groupe médiatique revient, par ailleurs, sur la rencontre entre la présidente de la République Sahlework Zewde avec les ambassadeurs qui ont pris part à la conférence annuelle d’une semaine à Addis-Abeba.

Mme Zewde a exhorté les ambassadeurs éthiopiens à œuvrer sans relâche pour soutenir et promouvoir les intérêts nationaux de l’Ethiopie à l’étranger, souligne +FANA BC+.

La Présidente Sahlework a également félicité les vingt ambassadeurs nouvellement nommés en leur souhaitant plein succès dans leurs missions.

En Côte d’Ivoire, « Le Jour Plus » titre « Elections de 2020 : Le dialogue politique sur la réforme de la Cei démarre, aujourd’hui », indiquant que le dialogue politique en vue de la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) démarre dès ce lundi 21 janvier selon un communiqué de la primature.

Les consultations, peut-on lire, auront lieu dans les locaux de la primature. Les acteurs politiques et les organisations de la société civile siégeront aux côtés des représentants du gouvernement pour échanger sur la mouture de la nouvelle CEI envisagée.

Sur un autre registre, « Fraternité Matin » rapporte que le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) organisera après son congrès constitutif du 26 janvier prochain, des prières œcuméniques dans toutes les régions du pays en mémoire des victimes des crises ivoiriennes dont le point culminant a été la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011 ayant fait plus de 3000 morts.

L’information a été donnée, samedi à Korhogo, ville située à 633 km au nord d’Abidjan par le président du Comité d’organisation de ce congrès du RHDP, Adama Bictogo lors du pré-congrès de ce parti politique en gestation.

Dans la même catégorie