MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  24 Janvier      44        revue de presse (625),

 

Rabat, 24/01/2019 (MAP) – L’élection présidentielle au Sénégal, la coopération entre le Mali et le Danemark , le Forum économique mondial à Davos et les relations entre la Côte d’Ivoire et le Togo sont les principaux sujets traités par la presse africaine parue jeudi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ écrit sous le titre « Présidentielle du 24 février : ces recalés qui pourraient peser sur le scrutin », qu’après l’étape du parrainage, cap sur la campagne électorale pour le scrutin du 24 février, mais en attendant ce rendez-vous crucial, les acteurs politiques vont ouvrir une parenthèse déterminante : le jeu d’alliance.

« Les candidats recalés auront leur mot à dire dans le scrutin du 24 février. Pour preuve, ils ont pu mobiliser un nombre important de parrains en plus, pour certains, d’avoir engrangé un nombre respectable de voix lors des précédentes élections », indique le journal, relevant que ces performances leur donnent « une certaine force pour nouer une alliance ».

« Le Parti démocratique Sénégalais PDS et la présidentielle de 2019 : la tentation du boycott », peut-on lire à la Une de +Enquête+, qui fait observer que le PDS (opposition), engagé dans une voie sans issue et inopérante depuis l’emprisonnement puis l’exil de Karim Wade, file tout droit vers un boycott du scrutin présidentiel du 24 février.

« Ce qui ouvrirait un grand boulevard au président Macky Sall », poursuit la publication.

Au Gabon, +l’union+ écrit sous le titre « les conseils locaux : les choses se précisent » que les élections des bureaux des conseils locaux (départementaux, municipaux et d’arrondissements) sont sur les rails et les états-majors des formations politiques, du pouvoir en place comme de l’opposition, s’activent pour faire bloc autour de leurs candidatures respectives, ajoutant que ces élections aux suffrages indirects devraient se dérouler le 3 février 2019 sur l’ensemble du territoire national.

Le PDG est certainement la formation politique dont les candidats sont les plus actifs, explique la publication, notant que les postes de maires et de présidents des conseils départementaux devront sans nul doute leur revenir à une écrasante majorité, au regard du nombre d’élus locaux engrangés.

En économie, la presse indique que dans le cadre de la mise en place d’un marché commun pour l’Afrique centrale, le président de la Commission de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), Daniel Ona Ondo et sa délégation, ont visité, mardi dernier, la Zone économique à régime privilégiée (Zerp) de Nkok, 27 Km de Libreville.

Cette visite devrait permettre aux produits issus de cet espace de se vendre dans la zone CEMAC, sans frais de douanes, explique-t-on.

Au Mali +L’essor+ indique que le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour le Mali, Mahamat Saleh Annadif, a signé mercredi à Bamako, avec le directeur général des Affaires Politiques du Danemark, Jonas Bering Liisberg, une convention de financement d’un montant d’environ 7,7 millions de dollars injectés au Fonds Fiduciaire en soutien à la paix et la sécurité au Mali.

Ce quatrième apport du Danemark sera alloué à la réalisation de projets en appui de la mise en œuvre de l’Accord de paix, la restauration de l’autorité de l’Etat, la promotion du dialogue national, et des projets en appui du retour de la paix et la sécurité dans les communautés affectées par le conflit au nord et au centre du Mali, indique dans un communiqué la mission onusienne au Mali (MINUSMA), selon le journal.

Le Danemark, le deuxième bailleur le plus important du Fonds Fiduciaire juste après l’Allemagne, a déjà contribué à hauteur de 12,2 millions de dollars au Fonds Fiduciaire de la MINUSMA.

« Les contributions du Danemark ont permis à la MINUSMA de mettre en œuvre des projets clés de dividendes tangibles pour la population du nord et du centre du Mali, tels que des lampadaires solaires pour Tessalit et Ménaka, ou encore la réhabilitation de la digue de protection de Tenenkoun », a souligné le Chef de la MINUSMA.

D’autre part, le journal rapporte que Kamissa Camara, ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale a participé à la réunion ministérielle Union Africaine -Union Européenne à Bruxelles.

Ce fut l’occasion pour elle de s’entretenir avec le Secrétaire d’État aux Affaires Étrangères de la France ainsi que ses homologues de la Hongrie et de la République Tchèque.Les échanges avec le dernier ont porté sur l’ouverture prochaine d’une Ambassade au Mali, note la publication.

Au Rwanda, les quotidiens locaux consacrent leur Une de jeudi à la participation du président rwandais Paul Kagame, président en exercice de l’Union africaine (UA), au Forum économique mondial (WEF), qui s’est ouvert mardi à Davos, en Suisse.

+Kigali Today+ écrit à ce sujet que le président Kagame a souligné devant l’élite mondiale, lors d’une table ronde dans le cadre du WEF, que la cadence et la qualité de l’intégration économique en Afrique augmente de façon notable.

Le président de l’UA a dit que l’Accord de libre-échange pour le continent africain, adopté en 2018, devrait entrer en vigueur au cours de cette année, rapporte le journal anglophone, ajoutant que le chef d’Etat a révélé que les dirigeants africains examineront, lors du prochain sommet de l’UA, une proposition innovante visant à harmoniser les plates-formes d’identité numérique à travers l’Afrique.

Par ailleurs, la publication écrit que le Forum économique mondial de Davos rassemble cette semaine plus de 3.000 participants dont 65 chefs d’Etat ou de gouvernement, pour évoquer « l’architecture du globe à l’ère de la 4e révolution industrielle ».

Sur un autre sujet, +Rwanda News+ écrit que le Rwanda a été désigné pays invité d’honneur de la 26e édition et cinquantième anniversaire du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui se, tiendra du 23 février au 02 mars prochain.

Placée cette année sous le thème « Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité », cette manifestation continentale sera marquée par la participation de plus de 2500 professionnels de médias et 15 ministres africains en charge du cinéma et de l’audiovisuel.

En Ethiopie, le groupe médiatique +FANA BC+ revient sur la participation du Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, au Forum économique mondial de Davos.

Le Premier ministre a passé en revue, devant le Forum, les réformes entreprises en Ethiopie au cours des neuf derniers mois et la croissance économique enregistrée dans le pays, écrit le média éthiopien.

«L’Ethiopie est aujourd’hui l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde, affichant une croissance moyenne de plus de 9%. La pauvreté a été réduite de moitié et la scolarisation a nettement augmenté », a souligné Abiy Ahmed cité par +FANA BC+.

Les investissements dans les infrastructures ont beaucoup contribué à la croissance et ont attiré les investissements directs étrangers, faisant de l’Ethiopie l’une des principales destinations d’IED en Afrique, a-t-il ajouté.

«Afin de renforcer notre trajectoire ascendante et de réaliser une croissance encore plus rapide et durable, l’Éthiopie s’est lancée dans un vaste processus de réforme depuis avril dernier», a-t-il déclaré, appelant les investisseurs du monde entier à tirer parti des opportunités et du potentiel qu’offrent l’Ethiopie en matière d’investissement.

Toujours au volet économique, +FANA BC+ écrit que l’Ethiopie abritera en 2020 le Forum économique mondial, pour la deuxième fois après l’édition de 2012.

Le groupe médiatique s’est fait l’écho dans ce sens des entretiens qu’a eus à Genève le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et le fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, Klaus Schwab.

Au Burkina Faso, +Sidwaya+ rapporte que l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS), ainsi que leurs partenaires, notamment la coopération allemande et l’Union européenne (UE) et bien d’autres, ont lancé un projet baptisé « Appui au centre régional de surveillance et de contrôle des maladies dans la zone de la CEDEAO ».

Ce plan prend en compte la préparation et la riposte aux épidémies, indique le journal, rappelant qu’il a été validé par le Conseil des ministres de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest).

Lorsque ce plan sera mis en œuvre, estime le quotidien, l’ensemble des pays de la sous-région dans leur ensemble, seront préparés à lutter contre toute épidémie grâce à l’opérationnalité des centres d’opération d’urgence dans les Etats de la sous-région et à la mise en place d’un système de surveillance et d’alerte précoce afin de prévenir la propagation de maladies infectieuses aiguës.

En outre, précise la publication, ce projet va aider la CEDEAO à améliorer les réseaux de surveillance et de riposte aux épidémies dans les Etats membres, rappelant qu’entre 2014 et 2015, le virus Ebola avait tué plus de 11 300 Guinéens, Sierra-Léonais et Libériens.

Pour que l’Afrique de l’Ouest soit protégée contre les épidémies, la Commission de la CEDEAO et de l’UE se sont accordé à mettre en œuvre ce projet basé à Abuja, au Nigeria, relève le journal étatique burkinabè.

En Côte d’Ivoire, « Fraternité Matin » titre « Coopération Côte d’Ivoire – Togo : Fauré Gnassingbé en visiste d’amitié et de travail à Abidjan le 28 janvier ».

Le journal indique que le président togolais Fauré Gnassigbé effectuera une visite officielle en Côte d’Ivoire lundi prochain, ajoutant que cette visite s’inscrit dans le cadre des relations de coopération entre les deux pays ouest-africains.

Sur un autre registre, la presse fait savoir que le système des Nations Unies (SNU) a apporté une aide financière de 80 millions USD à la Côte d’Ivoire en 2018, soit environ 46,21 milliards F CFA dans le cadre de son assistance au développement socio-économique du pays.

Selon le coordonnateur résident des activités opérationnelles du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire, Babacar Cissé, cité par la presse, 2018 a connu le renforcement du dialogue entre le système des Nations Unies, les partenaires au développement et le gouvernement.

Ce partenariat, peut-on lire, a permis la réalisation des engagements avec des progrès notables dans les domaines de la gouvernance, de la cohésion sociale, des secteurs sociaux et du développement durable.

Au Ghana, +Daily Graphic+ s’intéresse à la participation du vice-président Mahamudu Bawumia aux travaux du forum économique mondial à Davos organisé du 22 au 25 janvier sous le thème « Façonner une nouvelle architecture pour la prochaine vague de mondialisation ».

Le vice-président participera à une série de discussions et tiendra des réunions avec un certain nombre de dirigeants du monde et des milieux d’affaires afin de débattre des moyens d’accélérer le développement socio-économique du Ghana et de l’Afrique.

Son confrère, +Ghanaian Times+ rapporte que la Commission électorale (CE) fera recours au registre des électeurs de 2016 lors de l’élection partielle de la circonscription d’Ayawaso West Wuogon.

L’élection partielle est prévue le 31 janvier à la suite du décès du député de la circonscription, précise le quotidien.

Dans la même catégorie