AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’ONS rassure sur le bon déroulement des travaux de la pelouse du stade de Yamoussoukro AIP La CEI évalue le projet d’appui aux élections en Côte d’Ivoire avec ses partenaires AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La CEI, le PNUD et leurs partenaires évaluent le projet d’appui aux élections AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Centre de documentation et d’information de l’OMS inaugurée AIP Eliminatoires Mondial 2022/ La Côte d’Ivoire choisit le Bénin pour accueillir ses prochaines rencontres APS LE SÉNÉGAL VEUT AUGMENTER L’APPORT DE LA FILIÈRE SALINE À SA CROISSANCE ÉCONOMIQUE GNA Corporate governance critical for Africa’s future GNA GTA expectant of significant domestic tourism growth amidst COVID-19 GNA Speaker Bagbin launches second edition of Inter Schools Public Speaking Competition GNA Cancer patients urged not to lose hope in fighting the disease

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  6 Février      17        revue de presse (484),

   

Rabat, 06/02/2019 (MAP) – Plusieurs sujets d’actualité retiennent l’attention de la presse africaine parue mercredi, en particulier la campagne électorale en vue de la présidentielle au Sénégal, le 5ème Sommet ordinaire de la conférence des Chefs d’Etat du G5 Sahel, l’édition 2019 de la conférence internationale « Investing in African Mining Indaba », la nomination d’une quarantaine de membres à la Commission de Réconciliation Nationale en Ethiopie et la 24ème Conférence régionale africaine d’Interpol à Kigali.

Au Sénégal, la presse locale continue de commenter la campagne électorale en vue de la présidentielle du 24 février.

Ainsi, +Le Soleil+ rapporte que dans la capitale de la Petite-Côte où sa caravane a pris fin mardi, le candidat à la présidentielle Issa Sall a annoncé son intention de revoir les accords de pêche que le Sénégal a signés avec les pays frontaliers mais aussi avec l’Union européenne.

Une mesure qui, selon le candidat du Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR), devrait bénéficier aux acteurs.

Quant à son autre rival Idrissa Seck, il nourrit, lui, « de nouvelles ambitions : remporter le scrutin présidentiel dès le premier tour ».

+Libération+ se fait l’écho de son côté des propos du président sortant Macky Sall, selon qui : « Avec moi, le futur du Sénégal sera plus radieux que le présent », alors que son confrère +Enquête+ souligne que le candidat Osmane Sonko propose six solutions pour le développement de la région de Kaolack, lesquelles figurent dans son programme « Jotna ».

Pour sa part, +L’AS+ écrit sous le titre « Madické Niang amadoue les chefs religieux du Fouta », que le candidat de la coalition « Madické 2019 » a engagé une véritable course contre la montre.

Après Touba, Mbacké, Kajor, Linguère, l’ancien ministre des Affaires étrangères continue de mettre le curseur sur les chefs religieux, toutes obédiences confondues, fait remarquer la publication.

Au Mali, +l’essor+indique que le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, a pris part mardi, à Ouagadougou, à la cérémonie d’ouverture officielle du 5ème Sommet ordinaire de la conférence des Chefs d’Etat du G5 Sahel.

Et d’ajouter que différentes interventions ont marqué cette cérémonie d’ouverture officielle en plus du mot de bienvenue de l’hôte du Sommet Rock Marc Kaboré.

Dans son mot d’ouverture, le Président Kaboré a déclaré que « la présence effective de tous les Chefs d’Etat membres et de nos partenaires traduit éloquemment l’intérêt que nous accordons à la question de la lutte contre le terrorisme et au développement économique et social au Sahel », selon le journal.

Le représentant de l’Union Africaine à ce sommet de Ouaga M. Buyoya, a félicité la mutualisation des efforts et salué les résultats obtenus par le groupement sahélien qui compte parmi les zones les plus troublées et les moins développés de l’Afrique. Il a apporté le soutien sans faille de l’Union africaine au G5 aussi bien sur le plan de la sécurité que du développement, et magnifié la totale adhésion de l’Union africaine à la création du la FC G5-Sahel, note le quotidien.

L’Union Européenne, pour sa part, a marqué sa confiance, et réaffirmé son partenariat stratégique au G5-Sahel, affirme le journal, ajoutant que l’Union européenne est pleinement engagée pour aider le Mali à sa stabilisation. « Nous allons reconstruire le PC de la FC G5 dont la destruction prouve qu’elle dérange l’ennemi » a déclaré son représentant à la cérémonie.

Au Ghana, +Daily Graphic+ s’intéresse à la participation du chef d’Etat, Nana Akufo Addo, à l’édition 2019 d’Investing in African Mining Indaba, la plus grande conférence au monde sur l’investissement minier.

S’exprimant à cette occasion, le président ghanéen a noté que l’industrie minière doit contribuer à la transformation économique recherchée en Afrique et, ainsi, à la prospérité des peuples africains.

Les minerais sont une ressource publique et les négociations entre pays et entreprises doivent être transparentes, accessibles et facilement compréhensibles par les citoyens, a-t-il souligné, notant que les communautés doivent être en mesure d’examiner les contrats miniers et de déterminer le montant des revenus générés.

Son confrère, +Ghanaian Times+ rapporte que le vice-président, Mahamudu Bawumia a noté, lors d’un entretien avec des membres de l’Union internationale des démocrates (UDI) et de l’Union démocratique d’Afrique (DUA), que l’Afrique de l’Ouest avait franchi une étape décisive dans les efforts visant à ancrer les valeurs démocratiques dans les pays de la sous-région.

Il a relevé que l’élection récente de 15 dirigeants de la sous-région par des moyens démocratiques reflète que la démocratie prenait le pouvoir, souligne la publication, notant que la région connait des progrès dans le domaine de la démocratie.

En Ethiopie, +FANA BC+ revient sur l’approbation par la Chambre des Représentants du peuple (Chambre basse du Parlement éthiopien) de la nomination des 41 membres de la Commission de Réconciliation Nationale.

Parmi les membres de la Commission de Réconciliation Nationale figurent des personnalités des différentes religions, des académiciens, des universitaires, des représentants d’organisation non gouvernementales, des politiciens, des médecins et artistes, souligne le groupe médiatique éthiopien.

Sur un autre registre, +FANA BC+ rapporte que le président de la République de Guinée, Alpha Condé, est attendu ce mercredi à Addis-Abeba pour une visite officielle de trois jours en Ethiopie.

Au cours de sa visite, le président Alpha Condé aura des entretiens avec le Premier ministre, Abiy Ahmed, sur les moyens de renforcer les relations aux plans bilatéral et continental, écrit le média éthiopien, rappelant la réunion de la Commission ministérielle mixte entre les deux pays qui a commencé mardi ses travaux.

Au Rwanda, les quotidiens locaux consacrent leur Une à la 24ème Conférence régionale africaine d’Interpol, dont les travaux ont été lancés, mardi à Kigali.

Le journal +Kigali Todays+ écrit à ce sujet que plus de 150 hauts responsables de police représentant les 42 pays africains membres d’Interpol prennent part à cette réunion bisannuelle qui se penche sur une série de questions à caractère sécuritaire, notamment le terrorisme, la traite des êtres humains, la cybercriminalité et le trafic de drogue.

Le média anglophone indique que le premier ministre rwandais, Édouard Ngirente, a appelé lors de la séance d’ouverture au renforcement de la coopération judiciaire entre l’Afrique et l’Interpol en vue de faire face à la criminalité transfrontalière qui retarde le développement du continent africain.

« Les flux financiers illicites en provenance d’Afrique, estimés à quelque 50 milliards USD par an constituent une menace de taille pour les différents programmes de développement du continent », a précisé le responsable, mettant l’accent sur l’importance d’adopter des stratégies régionales innovantes pour lutter contre les crimes financiers.

En économie, +The New Times+ rapporte que le gouvernement rwandais vient de signer un accord de concession avec le groupe Gasmeth Energy Limited pour la mise en place d’un projet d’envergure d’extraction du gaz méthane au lac Kivu.

Le groupe Gasmeth Energy Limited s’est engagé à investir plus de 400 millions de dollars dans la construction et la maintenance d’une usine d’extraction du gaz méthane, précise la publication qui note que ce projet devrait générer plus de 1000 emplois directs.

Au Burkina Faso+, +Le Pays+ indique que le Sommet du G5-Sahel, 5è du genre, a refermé ses portes, mardi à Ouagadougou, relevant qu’au moment où le président burkinabè s’apprêtait à prendre le relais des mains de son homologue nigérien, « tout semble s’effondrer à cause des récurrentes attaques terroristes ».

En effet, peu avant la tenue de ce Sommet, Sikiré et Nassoumbou dans le Soum, ainsi que Kompienbiga à l’Est du pays ont été des cibles d’attaques terroristes d’envergure, rappelle le journal, indiquant qu’en pleins préparatifs de la Conférence, Mansila, dans le Yagha, a vu sa mairie, sa préfecture et le poste de l’environnement incendiés par les terroristes.

A cela, note le quotidien, il faut ajouter que quatre employés de la Croix-Rouge ont été portés disparus, alors qu’ils se rendaient à Djibo en provenance de Kaya.

« Bref, les Burkinabè sont traumatisés par les attaques terroristes au point que beaucoup d’entre eux se posent la question de savoir ce que gagne leur pays en tant que membre du G5-Sahel », s’interroge l’éditorialiste de la publication, estimant que cette question est d’autant plus pertinente que les terroristes, après leurs forfaits, se replient invariablement et tranquillement au Mali ou au Niger.

Les populations burkinabè sont terrorisées au quotidien par les « fous d’Allah » et chaque Burkinabè vit désormais avec la peur au ventre, relève +Le Pays+, signalant que ce qui renforce cette peur, c’est que leur Etat donne l’impression d’avoir plié l’échine devant les assauts meurtriers et répétés des terroristes.

D’autre part, l’auteur de l’article affirme que sans l’implication effective du G5-Sahel en termes de partage de renseignements et de mutualisation de la logistique, la situation sécuritaire dans certains pays de cette structure, déjà préoccupante, risque de se muer en un chaos sécuritaire généralisé.

Dans la même catégorie