MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  13 Février      52        revue de presse (625),

 

Rabat, 13/02/2019 (MAP) – La campagne électorale en vue de la présidentielle au Sénégal, la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, le Sommet mondial des gouvernements, le litige au tour de la frontière maritime orientale entre le Togo et le Ghana et la crise du football malien sont les principaux sujets qui meublent les colonnes de la presse africaine parue mercredi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ rapporte que « suite aux évènements survenus le 11 février à Tambacounda entre des militants du Parti de l’Unité et du rassemblement (PUR) et ceux de Benno Bokk Yaakaar (BBY), et qui ont coûté la vie à deux de nos concitoyens et causé plusieurs blessés actuellement pris en charge dans les structures sanitaires, le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a pris les dispositions idoines pour renforcer la sécurité des candidats ».

Dans un communiqué rendu public hier en début de soirée, il informe qu’ »à cet effet, des éléments de la police nationale et de la gendarmerie nationale seront mis au service de leur sécurité respective jusqu’à la fin des élections », poursuit le journal.

Son confrère +Le Quotidien+ écrit que le 32è sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba s’est terminé tard dans la soirée du 11 février avec le passage de relais par le Rwandais Paul Kagame à son successeur l’Egyptien Abdelfattah Al-sissi, qui devient pour un an le nouveau président de l’organisation continentale.

En Côte d’Ivoire, « Fraternité Matin » rapporte que le gouvernement ivoirien a qualifié d' »allégations » le récent rapport de l’ONG Amnesty International sur la Côte d’Ivoire qui dénonce des « violations » des droits de l’Homme.

Le gouvernement, « tout en marquant sa grande surprise devant ces allégations », tient à indiquer que dans la Constitution ivoirienne sont « garanties à tous » la liberté d’expression, notamment la liberté de conscience, d’opinion philosophique et de conviction religieuses, indique le journal gouvernemental.

Chaque citoyen a le droit d’exprimer et de diffuser librement ses idées et ses opinions, toutefois ces libertés s’exercent sous la réserve du respect de la loi, des droits d’autrui, de la sécurité nationale et de l’ordre public, souligne la déclaration du gouvernement ivoirien, relayée par la publication.

Sur un autre registre, la presse ivoirienne fait savoir que l’Office national d’identification (ONI) de Côte d’Ivoire a lancé mardi une campagne pour l’enrôlement à la carte de résident biométrique pour les ressortissants hors Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest).

« Le contexte mondial actuel oblige chaque État à faire de la question de la gestion des flux migratoires une des priorités de gouvernance, car elle est liée à la problématique essentielle de la sécurité de nos Etats. C’est pourquoi, depuis le 13 avril 2017, en Conseil des ministres, le Gouvernement a pris la mesure de la réactivation de la carte de résident biométrique pour les ressortissants hors Cedeao », a dit le directeur général de l’ONI, Diakalidia Konaté, cité par la presse.
Au Kenya, la presse locale s’intéresse à l’affaire de la militante des droits humains Caroline Mwatha qui était déclarée portée disparue depuis mercredi dernier et dont le corps a été retrouvé mardi dans une morgue de Nairobi après une tentative d’avortement.

Citant la police, le journal « Daily Nation » relève que le corps de la militante qui était engagée dans la dénonciation des exécutions extrajudiciaires pratiquées par la police kényane, et dont la disparition a été signalée par Amnesty International, a été retrouvé dans une morgue après un suspens d’une semaine qui a tenu l’opinion publique en haleine.

Caroline Mwatha était enceinte de cinq mois, a précisé le journal, citant une source policière.

Amnesty International a lancé une alerte pour retrouver Caroline Mwatha qui a quitté son domicile mercredi dernier, laissant derrière elle ses deux enfants. Aucun signe de vie depuis, hormis un coup de téléphone donné à son mari samedi dernier depuis son portable, sans entendre le son de sa voix, rappelle pour sa part « The Star ».

En Ethiopie, +FANA BC+ rapporte que le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a exhorté les membres de la Commission de réconciliation nationale, mise en place récemment, à entretenir et à consolider l’unité nationale.

Abiy Ahmed qui a reçu les membres de la Commission, les a invités à redoubler d’efforts et créer un système pouvant servir de modèle pour d’autres pays, ajoute +FANA BC+.

La commission travaillera en étroite collaboration avec le ministère de la Paix dans la mise en oeuvre de ses actions, relève le groupe médiatique éthiopien en citant le Premier ministre.

A Djibouti, le journal +La Nation+ écrit que Djibouti et le Rwanda ont fait ces dernières années de grands efforts dans les domaines de la promotion des droits de la femme et le développement de la petite enfance.

«Parmi les avancées que les deux pays ont réalisées en matière de la promotion du genre, notons évidemment l’évolution positive de leur gent féminine dans les différents secteurs de développement du pays, la représentation des femmes à tous les niveaux de la société, de l’administration et de la sphère décisionnelle», souligne le journal dans sa version électronique.

Au Rwanda, +Kigali Today+ indique que le président rwandais Paul Kagame a pris part, mardi, aux travaux de la 7e édition du Sommet mondial des gouvernements, tenue du 10 au 12 févier à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis.

Le quotidien anglophone indique que le président Kagame a partagé les réalisations du Rwanda dans les domaines du tourisme et de l’agriculture devant près de 4.000 responsables gouvernementaux et experts représentant plus de 100 pays, notant que le Rwanda est l’un des trois pays invités d’honneur du sommet, à côté de l’Estonie et du Costa Rica.

Le média ajoute que le chef d’Etat a eu des entretiens avec plusieurs responsables émiratis sur le renforcement de la coopération entre le Rwanda et les Emirats Arabes Unis, dont Cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, émir de Dubaï, vice-président, Premier ministre et ministre de la Défense des Emirats Arabes Unis, et Cheikh Mohammed ben Zayed Ben Sultan Al Nahyane, prince héritier et ministre de la défense d’Abou Dhabi.

Sur un autre registre, +The New Times+ écrit que la production aquacole au Rwanda a connu une hausse de 28% entre 2016 et 2018, portée notamment par le renforcement des investissements productifs dans le secteur de l’aquaculture et la promotion des pratiques aquacoles modernes.

Citant un rapport récent de l’Office rwandais de l’agriculture (RAB), le journal précise que la production aquacole annuelle au Rwanda est passée de 26.581 tonnes en 2016 à 31.460 tonnes en 2017, et à plus de 43.630 tonnes en 2018.

Par ailleurs, la publication souligne que la production de poisson au Rwanda devrait tripler pour atteindre 112.000 tonnes en 2024, selon les prévisions du quatrième plan stratégique du pays pour la transformation de l’agriculture, qui s’étale sur la période 2018-2024.

Au Burkina Faso, +Sidwaya+ rapporte à la Une que le colonel Gilles Bationo a été officiellement installé, mardi, comme chef d’Etat-major de l’armée de terre.

Commandant de la 1ère région militaire (Kaya) jusqu’à sa nomination le 7 février dernier, le colonel Gilles Bationo, instructeur commando, a officiellement pris les commandes de l’armée de terre, indique le journal étatique, estimant que ce changement à la tête de cet Etat-major, en remplacement de Léon Traoré, intervient dans un contexte sécuritaire difficile pour le Burkina Faso qui a occasionné plusieurs chamboulements jusque dans le haut-commandement de l’armée et aux ministères de la Sécurité et celui de la Défense.

Averti des questions de terrorisme qui troublent le sommeil et la quiétude des Burkinabè, Gilles Bationo est un instructeur des techniques d’intervention antiterroriste, relève le quotidien, rappelant qu’il commandait la 1re région militaire couvrant les régions du Centre-Nord, du Nord et du Sahel, confrontées à des attaques terroristes répétées depuis plus de deux ans.

Le nouveau chef d’Etat-major de l’armée de terre a été également le commandant du premier bataillon Badenya (fraternité) déployé au Mali en janvier 2013.

Commandant de la première région militaire d’août 2017 à sa nomination, le 7 février 2019, le colonel Gilles Bationo fut d’abord commandant de la 2e région militaire à Bobo-Dioulasso d’avril 2014 à août 2017.

Il avait, de même, commandé le Groupement des unités spéciales (intervention antiterroriste et forces spéciales) et le Groupement des unités spéciales d’intervention de 1996 à 1999, selon le journal.

Au Ghana, +Daily Graphic+ s’intéresse au différend qui oppose le Togo et le Ghana en ce qui concerne les démarcations frontalières maritimes.

Après plus de trois rencontres entre une équipe technique ghanéenne et togolaise sur le litige au tour de la frontière orientale (maritime) entre les deux états, aucun consensus n’a été trouvé jusqu’à à ce jour, fait savoir le quotidien, notant que face à ce statu quo, les autorités ghanéennes envisageraient de faire recours à l’arbitrage international pour trancher le dossier au cas où le 4ème round des négociations prévu pour le 14 février prochain échouait.

Son confrère, +Ghanaian Times+ rapporte que le président ghanéen, Nana Akufo Addo, a promulgué les instruments constitutionnels facilitant la mise en place des six nouvelles régions, créées suite au référendum organisé le 27 décembre 2018.

Ces instruments constitutionnels permettront de faciliter la mise en place de ces régions dans les meilleurs conditions, dans l’objectif de favoriser une répartition équitable des ressources nationales et de promouvoir le développement socio-économique du Ghana, a indiqué le chef d’Etat, cité par le quotidien.

Au Mali, +l’essor+ indique que le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita (IBK), a eu, en marge de son séjour à Dubaï, un entretien de haut niveau, mardi avec Son Altesse Sheikh Maktoum bin Rashid, Émir de Dubaï , vice-président des Émirats Arabes unis, Premier Ministre.

Les sujets abordés au cours de cet entretien ont essentiellement porté sur le renforcement de la coopération et la volonté des Émirats d’investir dans le domaine du transport aérien, de l’Agriculture, entre autres, selon le journal.

IBK prend part à Dubaï aux travaux du sommet mondial 2019 sur la bonne gouvernance qui regroupe environ 4000 participants venus du monde entier, note la publication.

Son confrère +L’indépendant+ rapporte, en citant la Confédération africaine de football (CAF), que le coup d’envoi du Championnat de football du Mali, annoncé pour les 9 et 10 février, a été reporté à une date ultérieure par le Comité de normalisation de la Fémafoot (CONOR) sur demande de la FIFA.

L’instance suprême chargée de la gestion du football mondial, dans une correspondance adressée à la présidente du CONOR de la Fémafoot, Mme Daou Fatoumata Guindo, a demandé le report du démarrage des compétitions, convoquant les protagonistes de la crise du football malien à son siège à Zurich, le 27 février prochain, afin de discuter de la marche à suivre pour l’intérêt du football malien, selon la même source relayée par le journal.

« A cet égard et afin de pouvoir discuter de la marche à suivre pour l’intérêt du football malien et ainsi définir le cadre légal univoque, nous estimons primordial d’organiser une réunion au siège de la Fifa à Zurich le 27 février 2019 à la quelle nous invitons tous les protagonistes », a indiqué la secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura.

Dans la même catégorie