MAP C24: La Sierra Leone réaffirme son soutien à l’initiative marocaine d’autonomie MAP Sénégal: lancement à Dodji de l’’’African Lion 2024’’, un exercice militaire international MAP Mauritanie/BM: un financement de 36 millions de dollars pour renforcer la protection sociale AIP Hommage à Alassane Ouattara : Amadou Coulibaly salue la mobilisation des militants AIP La Banque mondiale exhorte les entreprises à soumissionner pour la mise en œuvre de son portefeuille pays AIP Prix africain de l’innovation en ingénierie 2024 : un Ivoirien par les finalistes AIP Des conventions de partenariat signées entre l’AGEFOP et des structures pour l’exécution de projets d’étude et de formations AIP Africa CEO Forum : une délégation de haut niveau du groupe MTN échange avec le Premier ministre ivoirien AIP Une banque panafricaine réitère sa volonté de promouvoir l’entrepreneuriat et l’innovation sur le continent APS SENEGAL-COOPERATION / Ousmane Sonko a reçu en audience les ambassadeurs de quatre pays

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  3 Avril      52        revue de presse (625),

 

Dakar – L’investiture du Président sénégalais Macky Sall, l’actualité politique au Burkina Faso, le système national de gestion de l’identité au Kenya et les réformes entreprises en Ethiopie sont les principaux sujets qui attirent l’attention de la presse africaine de ce mercredi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ qui titre à la Une « Investiture du président Macky Sall : les sillons du second mandat », écrit que le président de la République a prêté serment hier devant les sept sages du conseil constitutionnel au parc des expositions de Diamniadio, en présence de plusieurs chefs d’Etat africains, des délégations étrangères et d’autres personnalités.

Il a dégagé quatre axes prioritaires pour son quinquennat, portant sur les jeunes, les femmes, le cadre de vie et les réformes administratives, relève le journal, notant que le chef de l’Etat sénégalais a annoncé des ruptures et plus de rigueur concernant l’administration.

« Les chantiers du quinquennat », titre à la Une +Enquête+, ajoutant que Macky Sall veut arriver à un Sénégal « zéro déchet » pour son second mandat.

D’après la publication, Macky Sall a annoncé un programme pour la construction de 100.000 logements sur cinq ans, avant d’enchaîner « j’ai la ferme intention d’inscrire toutes les actions de l’Etat en mode fast track ».

En Côte d’Ivoire, « Fraternité Matin » titre « Coopération Côte d’Ivoire-Sénégal : Alassane Ouattara a pris part à l’investiture de Macky Sall », rapportant que le président ivoirien a participé aux côtés de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement africains à la cérémonie d’investiture du président Sénégalais Macky Sall.

Sur un autre registre, la presse ivoirienne s’intéresse à la visite à Abidjan de l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair qui s’est dit heureux du progrès enregistré par la Côte d’Ivoire sous l’impulsion du président Alassane Ouattara et de son Premier ministre Amadou Gon Couliblay.

Il l’a signifié mardi à l’issue d’une audience que lui a accordée à la Primature à Abidjan, le chef du gouvernement.

« Je félicite le président et le premier ministre pour tout ce qu’ils font pour le pays parce que je peux constater le développement. La Côte d’Ivoire a connu des temps difficiles qui sont passés et maintenant on peut sentir le progrès du pays et j’en suis très heureux », a déclaré Tony Blair.

Au Burkina Faso, +Sidwaya+ rapporte que le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, s’est entretenu avec la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) de la situation nationale.

La CODER est « réconfortée » par l’idée du dialogue politique, qui sera bientôt organisé par le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, indique le journal officiel.

Selon le président du parti « Le Faso Autrement », Ablassé Ouédraogo, cité par le quotidien, le chef du gouvernement a affirmé l’impérieuse nécessité pour le Burkina Faso d’aller à la réconciliation nationale, « si l’on veut construire la Nation burkinabè ».

« Nous avons saisi cette occasion pour lui remettre le mémorandum pour la réconciliation nationale au Burkina Faso, document qui avait été remis au président du Faso, le mardi 13 février 2018 », a rappelé M. Ouédraogo.

La CODER, a-t-il estimé, est convaincue, tout comme le Premier ministre lui-même, que d’ici la fin du mandat du président du Faso, le processus de réconciliation nationale va démarrer, relève la publication.

« Partant des exemples du Mali et de la Côte d’Ivoire qui auraient engagé un dialogue inclusif, M. Ouédraogo et ses camarades se disent fiers des propos du Premier ministre qui affiche une ferme volonté d’aller à la réconciliation », ajoute +Sidwaya+.

Toutefois, il a révélé qu’au Burkina Faso, il ne saurait y avoir de réconciliation nationale si tout le monde n’est pas présent. « C’est pourquoi, nous avons expliqué au Premier ministre la nécessité de faciliter le retour de tous les exilés », a affirmé M. Ouédraogo, toujours relayé par le journal.

Les quotidiens du Kenya ont consacré leurs commentaires et gros titres à la « Une » au lancement mardi par le président Uhuru Kenyatta du Système national de gestion de l’identité, qui permet au pays de rejoindre les pays développés tels que les États-Unis, l’Europe, les Émirats arabes unis, l’Inde et l’Australie.

Le président Kenyatta a supervisé le lancement de ce Système appelé aussi « Huduma Namba » et en donnant le signal pour la distribution des kits d’enregistrement des systèmes de données intégrés pour gérer les informations des citoyens dans les 47 comtés du pays, souligne le journal « Daily Nation ».

Ce projet cherche à identifier tous les résidents du Kenya à l’aide d’un identifiant primaire unique, rappelle la publication.

Pour sa part, « The Standard » rapporte que le président Kenyatta a déclaré que l’exercice transformerait non seulement l’enregistrement des faits d’état civil et la gestion des données dans le pays, mais contribuerait également à la lutte contre la corruption et à la mise en œuvre accélérée de son programme de développement des « Big Four ».

« Huduma Namba réduira les retards et la corruption dans la fourniture de services tels que les transferts en espèces pour les personnes âgées et les enfants vulnérables, la délivrance de passeports et le contrôle des frontières », a-t-il déclaré.

En Ethiopie, +FANA BC+ revient sur les réformes entreprises par le Premier ministre Abiy Ahmed et les progrès accomplis durant l’année écoulée sur les plans politique, économique et social.

Citant une déclaration du Premier ministre lors d’une cérémonie marquant sa première année au pouvoir en Ethiopie, le média écrit que M. Abiy Ahmed a exhorté les Ethiopiens à œuvrer avec responsabilité pour préserver et soutenir les réformes accomplies.

Le groupe médiatique cite, entre autres, la représentation de la femme à tous les niveaux de la responsabilité, le retour des exilés, la libération de millier de détenus politiques et l’accord historique de paix signé avec l’Erythrée voisine.

«Sur la plan économique, le gouvernement a réussi à obtenir pendant les derniers sept mois de l’année, environ 13 milliards de dollars répartis entre investissements, aides, prêts et transferts de fonds», écrit notamment +FANA BC+.

Au Rwanda, +Kigali Today+ rapporte que le seuil minimum de ratifications pour l’entrée en vigueur de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) a été franchi mardi avec la ratification de la Gambie.

L’éditorialiste du journal souligne que le processus de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange du continent touche à sa fin, ajoutant que la ratification de la Gambie ouvre la voie aux négociations entre les pays signataires sur les aspects et les modalités de la mise en application de la Zlecaf.

Parmi les aspects à négocier, le quotidien anglophone cite notamment les règles d’origine de la zone, les concessions tarifaires pour le commerce des marchandises, les modalités de paiement et de règlement et les obstacles non tarifaires.

Son confrère +The New Times+ écrit que le président rwandais Paul Kagame s’est rendu au Sénégal pour assister mardi à la cérémonie d’investiture de son homologue sénégalais Macky Sall, ajoutant le chef d’Etat rwandais a été reçu par le président Sall à son arrivée à Dakar.

Le quotidien souligne que le Rwanda et le Sénégal partagent d’excellentes relations d’amitié et entretiennent des relations bilatérales approfondies dans plusieurs domaines, particulièrement l’éducation.

Au Gabon, +Matin Equatorial+ indique que la Banque africaine de développement (BAD) va présenter, ce mercredi à Yaoundé (Cameroun), son rapport sur les perspectives économiques en Afrique centrale.

Selon la publication, le rapport qui sera présenté en même temps que celui sur les perspectives économiques de l’Afrique, va apporter une meilleure connaissance des défis et opportunités de la sous-région.

Son confrère +l’Union+ revient sur le gel des embauches dans la fonction publique, notant que cette décision a fait l’objet d’une conférence de presse animée, le 30 mars dernier, par l’ancien Premier ministre, Raymond Ndong Sima.

Selon lui, le gel des embauches dans la Fonction publique est une mauvaise solution à un problème sérieux, ajoute la publication, notant que l’ex-Premier ministre a proposé des solutions qui paraissent, à ses yeux, les mieux adaptées comme la mise à la retraite des gens qui ont déjà un temps de travail et de cotisation suffisamment long, vu qu’il s’agit d’une question de solidarité entre générations, de justice sociale et c’est une question qui sera, en termes de masse d’économie à dégager, beaucoup plus efficace que le gel des embauches.

Au Mali, +L’Indépendant + écrit en citant la présidence française et l’état-major des Armées, qu’ un médecin militaire français a été tué mardi au Mali à la suite « du déclenchement d’un engin explosif improvisé » au passage de son véhicule blindé, lors d’une opération de lutte « contre les groupes armés terroristes ».

Le capitaine Marc Laycuras, qui relevait de la 120e antenne médicale basée au Mans (ouest) et engagée au côté du 2ème Régiment d’infanterie de marine (2e RIMa), était en opérations dans la région du Gourma, frontalière du Burkina Faso, a précisé le porte-parole de l’état-major des Armées françaises, le colonel Patrik Steiger, note le journal.

Et d’ajouter que l’officier est le 24e militaire français décédé au Mali depuis l’intervention française Serval en 2013 dans ce pays suivie de l’opération antiterroriste Barkhane élargie à cinq pays du Sahel en 2014.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que la Banque du Ghana (BoG) a demandé le soutien financier du ministère des Finances pour mettre de l’ordre dans le secteur de la microfinance afin d’éviter que des milliers de déposants ne perdent leurs fonds.

Environ 705.396 déposants de sociétés de microfinance et de banques rurales et communautaires sont en crise ou en faillite et risquent de perdre un total de 740,5 millions cedis si leurs ressources financières ne sont pas améliorées rapidement, a estimé la BoG.

Son confrère, +Ghanaian times+ indique que les services de police du Ghana ont révélé qu’une personne a été placée en détention provisoire dans le cadre d’enquêtes sur le meurtre du journaliste ghanéen Ahmed Hussein.

Dans la même catégorie