AIP Africa CEO Forum : une délégation de haut niveau du groupe MTN échange avec le Premier ministre ivoirien AIP Une banque panafricaine réitère sa volonté de promouvoir l’entrepreneuriat et l’innovation sur le continent APS SENEGAL-COOPERATION / Ousmane Sonko a reçu en audience les ambassadeurs de quatre pays APS SENEGAL-SOCIETE-INFRASTRUCTURES / Khady Diène Gaye promet d’améliorer la gestion des maisons de la jeunesse et de la citoyenneté APS SENEGAL-EDUCATION / Le gouvernement engagé à bâtir un capital humain de qualité sur la base d’une éducation attrayante (ministre) APS SENEGAL-FINANCE / Vers le déploiement de 1.106 volontaires de la microfinance dans les 14 régions APS SENEGAL-HABITAT / La production d’un plus grand nombre de logements impactera le loyer (ministre) MAP Togo : Le Premier ministre et son gouvernement démissionnent ANP DIFFA : Le Général BARMOU transmet le message de soutien du CNSP aux hommes du 53ème Bataillon Inter-armes de N’Guigmi APS SENEGAL-TOURISME-ADMINISTRATION / SAPCO : le nouveau DG promet d’ériger en règle la compétence et le mérite

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  17 Mai      27        revue de presse (625),

 

Rabat, 17/05/2019 (MAP) – Plusieurs sujets retiennent l’attention de la presse africaine parue vendredi, notamment le Dialogue politique au Sénégal, le bilan de l’action gouvernementale au Burkina, les inondations survenues à Bamako et la lutte anti-corruption au Kenya.

Au Sénégal, +Le Quotidien+, qui titre à la Une « Dialogue/approbation d’une commission indépendante : le premier acquis du FRN », indique qu’une entente a été enfin trouvée sur la mise en place d’une commission cellulaire indépendante pour diriger les travaux du dialogue politique, qui sera composée d’un président et de deux assesseurs.

« Du moins, c’est ce qui est ressorti hier des discussions entre le directeur général des élections, Thiandela Fal et les plénipotentiaires du pôle de la majorité et des non-alignés », selon le journal, ajoutant que le pôle de l’opposition, qui regroupe en grande majorité les partis du Front de résistance nationale (FRN), a boycotté la rencontre.

Son confrère +Le Soleil+ rapporte de son côté que l’accord portant création de la zone de libre-échange continentale peut créer un marché de 1,2 milliard de personnes, ayant une production économique cumulée de 2500 milliards de dollars.

Sous le titre « L’accord portant création de la zone de libre-échange continental africaine change-t-il la donne sur le continent ? », le journal estime que cette perspective est prometteuse pour une région qui essaie depuis longtemps de parvenir à une intégration plus poussée.

Et de noter que l’intégration commerciale peut contribuer à accélérer le développement et a fait ses preuves dans d’autres régions.

Au Burkina Faso, +Sidwaya+ écrit qu’à  trois mois après sa déclaration de politique générale à l’hémicycle, le Premier ministre, Christophe Dabiré, était de nouveau face aux députés, jeudi, pour sacrifier à une tradition républicaine: le discours sur la situation de la Nation.

Pendant plus d’une heure, il a passé en revue tous les domaines concernés par l’action gouvernementale: la lutte contre le terrorisme, l’éducation, la santé, l’économie, la justice et la lutte contre le chômage ont constitué les principaux axes de son intervention, indique le journal étatique.

Le chef du gouvernement, cité par le quotidien, rappelle que la conduite des actions du gouvernement s’est faite dans un contexte national particulièrement difficile en 2018, marqué par la recrudescence des attaques terroristes.

« Notre pays a connu de nombreuses attaques terroristes ayant fait plusieurs victimes, la sécurité des biens et des personnes a été durement éprouvée », a-t-il précisé, relevant que les terroristes, au-delà des attaques contre les symboles de l’Etat, ont mis en œuvre des stratégies de « diviser pour mieux régner », en tentant de susciter des conflits communautaires.

« Nous avons bien perçu ce projet de déstabilisation du pays et nous n’allons pas baisser les bras, ni fermer les yeux devant le déroulement d’un dessein aussi funeste », a-t-il fait savoir.

Il a d’autre part, relevé que plusieurs résultats ont été obtenus malgré l’insécurité qui a occasionné, dans les régions du pays les plus touchées par les attaques terroristes, la fermeture de nombreux établissements scolaires et la destruction de plusieurs infrastructures éducatives et de matériels pédagogiques.

Au Ghana, +Daily Graphic+ indique que le Service de l’immigration du Ghana (GIS) doit renforcer ses opérations dans les villes frontalières du Ghana afin d’empêcher les criminels et les immigrés en situation irrégulière d’entrer dans le pays.

Des mesures doivent être prises pour empêcher les immigrés d’entrer illégalement dans le pays et se livrer à des activités criminelles telles que les enlèvements, les vols à main armée, l’exploitation forestière illégale et l’exploitation minière, écrit le quotidien.

Côté sport, +Ghanaian Times+ s’intéresse aux préparatifs du Ghana pour accueillir les Jeux africains de 2023, notant que le pays doit explorer les meilleures pratiques pour assurer le succès de cet événement.

Au Gabon, +l’Union+ s’arrête sur le scandale lié à la disparition de 353 containers de Kevazingo, écrivant sous le titre « Douze fonctionnaires suspendus » que l’Etat ne pouvait s’en tenir à la seule dénonciation. Il a commencé à infliger des sanctions à ceux qu’il juge responsables du scandale lié à la disparition de 353 containers de Kevazingo pourtant sous scellés au port d’Owendo.

A cet égard, poursuit le journal, le gouvernement a annoncé la suspension à titre provisoire de leurs fonctions et responsabilités de douze agents de l’Etat dont certains de hauts rangs, précisant qu’il s’agit de de sept appartenant à l’administration des forêts et cinq à celle des douanes.

Et de relever que l’épée de Damoclès plane, en outre au-dessus des ministres qui se seraient compromis dans ce scandale.

En économie, la publication qui cite la Direction générale de l’Economie et de la Politique Fiscale (DGEPF), indique qu’au milieu de rumeurs de liquidation démenties depuis, la société gabonaise de raffinage (SOGARA) traverse une phase difficile caractérisée par la baisse l’an dernier de 4 pc du volume de brut traité et l’augmentation subséquente de 60 pc des importations de produits pétroliers.

Au Mali +L’essor+ indique que des inondations survenues jeudi dans certains quartiers de la capitale malienne, Bamako, à la suite d’une abondante pluie, ont fait quinze morts et d’importants dégâts matériels.

Dans un communiqué relayé par le journal, le gouvernement indique que le bilan s’établit à six morts à Niamakoro, six à Kalaban-Coro, deux à Missabougou et un à Faladiè, tous des quartiers sur la rive droite du fleuve Djoliba qui traverse la capitale malienne.

En plus des quartiers ayant enregistré des cas de décès, le gouvernement signale que bien d’autres ont été submergés. Il s’agit, notamment, de Banconi, Daoudabougou, Bacodjicoroni, Tièbani, Kabala, Yirimadio, Kalaban-Coura et Sotuba.

« Des équipes de recherche et de sauvetage sont déjà sur le terrain pour porter secours aux populations en détresse et une réunion d’urgence de la Plateforme nationale de Réduction des Risques de Catastrophes s’est tenue, le même jour, dans la matinée, sous la coprésidence des ministres en charge de la Sécurité et de la Protection civile, de la Solidarité et de Lutte contre la Pauvreté, de la Santé et des Affaires sociales, de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable », selon la publication.

En Ethiopie, le groupe médiatique +FANA BC+ revient sur les conclusions de la réunion du Comité exécutif du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (FDRPE), coalition au pouvoir.

Le média éthiopien rapporte que le Comité a examiné en détail les actions entreprises pour le maintien de la sécurité au niveau national, tout en saluant le retour des partis politiques de l’opposition qui étaient en exil et le rapprochement entre l’Ethiopie et l’Erythrée, en tant principaux progrès réalisés après la réforme.

Le Comité s’est également félicité des réformes institutionnelles entreprises au sein des services de sécurité et au niveau de l’armée, relève le groupe médiatique.

Malgré ces progrès significatifs, souligne +FANA BC+, le comité s’est penché sur des questions relevées au cours de la dernière année, notamment le trafic illicites d’armes et la circulation de fausses informations via les médias sociaux, entraînant des conflits ayant fait des pertes en vies humaines et causé des déplacements de la population.

La coalition au pouvoir a décidé à l’issue de cette réunion de renforcer le maintien de la sécurité nationale et la consolidation de l’état de droit en tant que priorités du gouvernement, tout en soulignant la nécessité de déployer davantage d’efforts pour assurer le bien-être de la population, ajoute le média éthiopien.

Au Kenya, la presse se fait l’écho vendredi de la décision prise par l’équipe multi-agences en charge de la lutte contre la corruption de saisir tous les avoirs et de geler tous les comptes des personnes soupçonnées de corruption dès leur inculpation par un tribunal.

Les suspects devront prouver à l’État de la manière dont ils ont acquis leurs biens et avoirs, alors que ceux qui sont incapables de rendre compte de chaque shilling et de tous leurs avoirs vont les perdre au profit de l’État, souligne à ce propos le journal « The Star ».

La nouvelle politique a été approuvée il y a quelques mois. Le 2 avril 2015, le président Uhuru Kenyatta a ordonné au procureur général, Githu Muigai, de modifier la loi sur la Commission d’Ethique et de lutte contre la Corruption (EACC) afin de lui permettre ainsi qu’au Directeur des Poursuites pénales (DPP) de saisir les avoirs des personnes soupçonnées de corruption, rappelle le journal.

« Nous allons également aller où cela fait le plus mal. Si vous avez été accusé (…) et que vous comparaissez devant le tribunal, le ministère public aura le droit de geler tous vos avoirs pour éviter que vous ne puissiez utiliser les fonds que vous avez obtenus de la corruption pour vous protéger », avait alors déclaré Uhuru à State House.

La nouvelle de la mise en œuvre de la nouvelle stratégie de saisie a été annoncée le jour où la Commission pour l’éthique et la lutte contre la corruption a arrêté des responsables de l’autorité de la communication du Kenya pour des irrégularités dans les marchés publics.

Au Rwanda, +RNA+ rapporte que le gouvernement rwandais et la Banque mondiale ont signé, jeudi à Kigali, un accord de financement de 71 millions de dollars US visant à booster le secteur agricole rwandais et à soutenir les efforts de lutte contre la pauvreté dans le pays est-africain.

Signé par le ministre rwandais des Finances et de la Planification économique et le vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique, cet accord s’assigne pour objectif d’accélérer la mise en œuvre de la 4è phase du Plan stratégique de la transformation de l’agriculture (PSTA4) mis en place par le gouvernement rwandais pour améliorer la productivité agricole et réduire le taux de la pauvreté dans le pays, explique le média électronique.

Citant le ministre rwandais, la publication indique que ce financement permettra, entre autres, d’améliorer les chaînes de valeurs de l’agriculture et de faciliter aux petits fermiers l’accès aux services agricoles en vue d’améliorer leur productivité et leur ouverture sur le marché.

En Sport, +Kigali Today+ écrit que plus de 6.000 participants, amateurs et professionnels, sont attendus à la 15è édition du Marathon international de la paix de Kigali, prévu le 16 juin dans la capitale rwandaise.

Citant le président de la Fédération rwandaise d’athlétisme (RAF), le quotidien anglophone a souligné que cette édition sera marquée par la participation d’un parterre de légendes de l’athlétisme mondial, dont la Marocaine Nawal El Moutawake, le Jamaïcain Usain Bolt et le Britannique Mohamed Farah.

Le marathon comprend cinq catégories, en l’occurrence le marathon (42 km), le semi-marathon (21 km) le relais par équipes (10,54 km), le marathon des enfants (5 km) et une course de paix ouverte pour tous (10 km), ajoute le journal.

Dans la même catégorie