GNA Ambassador of the Kingdom of Netherlands bids farewell to Foreign Minister GNA UPSA confers honorary doctorate on Matthew Opoku Prempeh GNA COVID-19: GHS to source more vaccines GNA NYA develops programme framework to encourage youth volunteerism GNA Diasporan Africans in Canada donate to Street Academy APS CORONAVIRUS : 712 NOUVELLES CONTAMINATIONS ET 05 DÉCÈS ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Plus de 300.000 doses de vaccin Johnson-Johnson offertes à la RCA ACP Les ministres provinciaux de l’éducation invités à lutter contre les antivaleurs dans leurs entités

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  3 Juillet      36        revue de presse (479),

   

Rabat, 03/07/2019 (MAP) – Plusieurs sujets retiennent l’attention de la presse africaine parue mercredi, en particulier, l’exploitation du pétrole et du gaz au Sénégal, la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football, la situation au Soudan, la célébration du 25è anniversaire de la Journée de la libération au Rwanda et le bilan de l’attaque qui a ciblé un camp militaire nigérien.

Au Sénégal, +Le Soleil+ écrit sous le titre « Exploitation du pétrole et du gaz : Macky Sall veut mettre le Sénégal à l’abri des convulsions », qu’après la concertation sur la gestion des revenus du pétrole et du gaz en juin 2018, une autre rencontre relative au contenu local s’est tenue, hier, à Diamniadio.

Dans son discours d’ouverture, indique le journal, le président Macky Sall a laissé entendre que cette rencontre est un jalon de plus dans sa volonté d’assurer une gestion transparente des ressources naturelles, ajoutant que cette volonté ne s’exprime pas que par la parole mais surtout par des actes.

« La protection de l’intérêt de notre pays dans l’exploitation future du pétrole et du gaz me tient à cœur. Ma volonté est de mettre notre pays à l’abri des convulsions symptomatiques de l’exploitation de ces ressources naturelles. Je veux un Sénégal prospère dans la paix et dans la sécurité », a-t-il dit.

Côté sport, +Les Echos+ qui titre à la Une « Lendemain de qualification en huitième de finale, les Lions foncent déjà sur l’Ouganda », rapporte qu’au lendemain de sa victoire face au Kenya, la sélection nationale du Sénégal était de retour hier sur le terrain annexe du stade du 30 juin.

Un retour à la normale forcément difficile, après une telle soirée, mais nécessaire et qui s’est déroulé tout en sourire et en décontraction, selon le journal, qui fait savoir qu’auparavant, le sélectionneur Aliou Cissé a eu une longue séance de causerie avec ses poulains.

En Ethiopie, le groupe médiatique +FANA BC+ revient sur la nomination mardi par la Chambre des Représentants du Peuple (Chambre basse du Parlement) d’un nouveau président de la Commission éthiopienne des droits de l’Homme.

Daniel Bekele remplace à la tête de la Commission Addisu Gebregziabher, qui avait été nommé ambassadeur d’Ethiopie au Zimbabwe.

Quelque 88 candidatures, dont 15 femmes, ont été proposées à ce poste et seulement cinq candidats ont été sélectionnés avant le vote des députés.

Sur un autre registre, +FANA BC+ s’intéresse à la situation au Soudan en rapportant une rencontre dans ce sens entre le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, et Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine. Les deux parties ont procédé à un échange de vues approfondi sur la situation au Soudan, écrit le média éthiopien.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que le parlement a invité le ministre des Finances et le ministre de l’Énergie à mettre en oeuvre des mesures prudentes visant à remédier à l’accumulation de la dette dans le secteur de l’énergie.

Les législateurs ont également invité le ministre des Finances, M. Ken Ofori Atta, à effectuer un audit afin de déterminer le niveau d’endettement des entreprises d’État du secteur de l’énergie, fait savoir la publication.

Côté sport, +Ghanaian Times+ écrit que grâce à un bon début de seconde période, et des buts de Jordan Ayew et Thomas Partey, le Ghana est venu à bout de la Guinée-Bissau (2-0). Avec le nul du Cameroun, les Black Stars s’emparent de la tête du groupe F.

Tout s’est joué à un but, qui a permis au Ghana, victorieux 2-0 de la Guinée-Bissau, de souffler la première place du groupe F au Cameroun, qui l’occupait avant le coup d’envoi, relève le quotidien.

Au Rwanda, +Kigali Today+ écrit que Kigali s’apprête à célébrer le 25è anniversaire de la Journée de la libération, qui coïncide avec le 4 juillet et marque la fin du génocide de 1994 perpétré contre les Tutsi et le début d’une ère nouvelle.

Au programme de cette fête nationale, placée sous le thème « Ensemble nous prospérons », figure une série d’activités d’envergure nationales et internationales, dont des conférences-débats, des projections de films relatant l’histoire du génocide et un concert musical au stade Amahoro, indique le quotidien anglophone.

La publication rappelle que « le 4 juillet marque l’entrée à Kigali du Front patriotique rwandais (FPR), conduit par M. Paul Kagame, qui a mis un terme aux massacres et ouvert la voie vers la réconciliation et l’union».

Sur un autre sujet, +The New Times+ indique qu’un juge fédéral américain de Boston a condamné lundi un Rwandais impliqué dans le génocide de 1994 à plus de huit ans de prison pour parjure et fraude à l’immigration.

Citant le procureur américain Andrew Lelling, le média écrit que « Jean Leonard Teganya a commis des crimes terribles durant le génocide au Rwanda, dont sept meurtres et cinq viols, et a menti aux autorités chargées de l’immigration sur son statut de criminel de guerre pour obtenir l’asile aux Etats-Unis ».

Teganya, qui a dirigé de nombreux massacres lors du début du génocide, sera déporté après avoir purgé ses 97 mois de prison, ajoute le journal.

Au Burkina, +Aujourd’hui au Faso+ rapporte que dans la soirée du lundi, une colonne de terroristes ont pris d’assaut un camp militaire nigérien dans la zone d’Inates, dans l’Ouest du pays et réussi la prouesse de semer la mort et la terreur, relevant que le bilan est plus qu’évocateur: 18 soldats nigériens y ont perdu la vie pendant qu’on reste sans nouvelle de quatre autres soldats toujours manquant à l’appel.

Cette attaque a commencé avec l’explosion de deux véhicules kamikazes à l’entrée du camp, suivie de tirs des terroristes venus à moto, souligne le journal, ajoutant qu’elle n’a pour l’heure pas été revendiquée, mais c’est dans cette même zone que 18 combattants de l’organisation Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) avaient été tués lors d’une opération conjointe des forces armées nigérienne, française et américaine, menée du 8 au 18 juin dans l’Ouest du Niger.

Selon le quotidien, l’attaque survient au moment où Niamey accueille du 4 au 8 juillet un Sommet de l’Union africaine (UA) qui doit réunir une cinquantaine de chefs d’Etat.

A la veille du jamborée extraordinaire de l’organisation continentale, les terroristes auraient encore voulu qu’on inscrive la sécurité à l’ordre du jour qu’ils s’y seraient pas pris autrement, note la publication.

Cette nouvelle attaque est une interpellation pour les pays du G5-Sahel, et par ricochet tout le continent qu’il faudra s’armer d’abnégation et d’endurance pour y parvenir, estime l’auteur de l’article.

Au Kenya, le journal « Daily Nation » rapporte que huit membres des familles des victimes du crash de l’avion de la compagnie aérienne éthiopienne, survenu en mars dernier, ont accusé l’État de les avoir abandonnés, affirmant qu’il n’avait pas tenu les promesses faites après la tragédie.

Peu de temps après le crash, qui a coûté la vie à 157 personnes, le ministère des Affaires étrangères s’était engagé à soutenir toutes les familles des 32 Kényans qui ont perdu la vie lors de ce crash, en fournissant des services de conseil et en agissant en tant qu’organisme gouvernemental de liaison dans les procédures bureaucratiques correspondantes, rappelle la publication.

Cependant, dans une pétition soumise au Sénat, les huit membres des familles, tous originaires du comté de Murang’a, affirment que le gouvernement n’a pas fourni de services de conseil malgré le stress post-traumatique que subissent les proches des victimes, souligne le journal.

« Les familles ont été contraints de demander des conseils privés à des tarifs onéreux en dépit de leurs maigres ressources », déplorent-elles dans cette pétition présentée à la Chambre par le vice-président Kithure Kindiki.

Les familles avancent avoir tenté d’obtenir des certificats de décès mais sans succès, note le journal.

Au Gabon, +Matin Equatorial+ indique que le gouvernement a mis en place en 2019 de nouvelles mesures fiscales pour optimiser les recettes budgétaires, notant que ces mesures vont de l’incitation fiscale, à la mise en œuvre des mesures sociales, en passant par la facilitation et l’allègement des procédures, la sécurisation et amélioration des recettes ainsi que la mise en œuvre des mesures de simplification et de transparence.

Son confrère +L’union+ indique que maintes fois ajourné, le procès de l’ancien député Bertrand Zibi Abeghe, en détention depuis septembre 2016, pour détention illégale d’arme à feu, instigation aux troubles et aux manifestations contre l’autorité de l’Etat, entre autres chefs d’accusation, s’est déroulé hier devant la chambre correctionnelle de Libreville.

Et d’ajouter que si l’ancien parlementaire a maintenu sa ligne de défense plaidant non coupable, le ministère public a requis à son encontre une peine d’emprisonnement de 10 ans, assortie d’une amende de 250 mille francs, précisant que le jugement a été mis en délibéré pour le 23 juillet.

Dans la même catégorie