AIP Les nouveaux certifiés en MDDCT exhortés au respect des valeurs clés pour une réussite professionnelle ANG Cooperação/PR defende necessidade de mais esforços coletivo para fazer face à situação de alterações climáticas no litoral da sub região ANG Desporto/Sport Bissau e Benfica mantém-se isolada na liderança da Guiness-Liga MAP Développement en Afrique : Mme Benali appelle à des financements abordables à long terme MAP Le Maroc et la Sierra Leone engagés à conclure une feuille de route 2024-2026 de coopération de nouvelle génération (Communiqué conjoint) MAP Maroc/Mauritanie : les collectivités territoriales invitées à s’inscrire pleinement dans l’Initiative Royale pour l’Atlantique MAP La Sierra Leone s’inscrit pleinement dans les Initiatives Royales pour l’Afrique de l’Ouest (Communiqué conjoint) ATOP Les ZAAP, une solution pour le développement de l’agriculture togolaise ATOP L’agropole de Kara enregistre des résultats « satisfaisants » ATOP des jeunes d2sœuvres et apprenants en peinture renforcent leurs capacit2s

SENEGAL-AGRICULTURE / PETROSEN et le BOS/PSE s’unissent pour la construction d’une usine d’engrais


  20 Février      34        Agriculture (4140),

 

« Dakar, 19 fév (APS) – La Société des pétroles du Sénégal (PETROSEN) et le Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent (BOS/PSE) ont signé une convention de partenariat, lundi, à Dakar, en vue de la construction d’une usine d’engrais d’un coût de 600 milliards de francs CFA.

‘’Le projet va coûter en termes d’investissement plus de 600 milliards de francs CFA’’, a déclaré l’ingénieur géologue Fary Ndao, responsable du projet pétrochimie de PETROSEN.

L’usine sera construite à Ndayane, dans la région de Thiès (ouest), et va démarrer ses activités de production en 2028-2029, selon lui.

‘’Ce projet va être cofinancé par l’État du Sénégal, à travers PETROSEN, et des partenaires privés’’, a précisé M. Ndao lors de la signature de la convention de partenariat de PETROSEN avec le BOS/PSE.

Il assure que ‘’cette usine d’engrais […] d’une capacité de 1,2 million de tonnes par an va largement satisfaire les besoins nationaux’’.

L’ingénieur géologue Fary Ndao, responsable du projet pétrochimie de PETROSEN

L’usine va surtout fabriquer de l’urée, ‘’un engrais entièrement importé au Sénégal et important pour l’amélioration des rendements agricoles’’, a souligné l’ingénieur géologue responsable du projet pétrochimie de PETROSEN.

La future usine va exporter ses engrais dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Mali, le Burkina Faso, la Guinée et la Gambie, selon Fary Ndao.

Elle va aider le Sénégal à réduire le déficit de sa balance commerciale, a-t-il dit, évaluant ses revenus commerciaux nets à ‘’près de 175 milliards de francs CFA par an’’.

Le directeur général du BOS/PSE, El Ousseyni Kane

‘’Nous aurons de meilleurs rendements. Là où nous utilisons 10 kilos d’urée par hectare, certains pays dont l’Inde mettent environ 110 kilos, les États-Unis 80 kilos, le Brésil 70 ou 80 kilos’’, a ajouté l’ingénieur géologue.

Ce projet d’usine ‘’va aider […] à faire la jonction entre le secteur primaire [et] le secteur industriel’’, a promis le coordonnateur du pôle chargé des impacts socioéconomiques au BOS/PSE, Baye Elimane Guèye.

Le Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent va aider PETROSEN à mener les études d’impact du projet, selon M. Guèye.

Manar Sall, le directeur général de PETROSEN

Les directeurs généraux des deux structures publiques se sont réjouis de leur nouvelle collaboration et de la décision commune de construire l’usine.

‘’Ce projet extrêmement important pour le Sénégal va non seulement permettre de sécuriser notre production agricole, mais renforcer aussi notre sécurité alimentaire’’, a assuré le directeur général du BOS/PSE, El Ousseyni Kane. »

Dans la même catégorie