ANP L’UNA et Sputnik organisent une formation sur l’intelligence artificielle et la production vidéo ANP N’gourti : deux citoyens contribuent au FSSP à hauteur de 200.000 FCFA MAP Tanzanie: de fortes pluies ont fait 58 morts depuis début avril AIP La ministre Françoise Remarck encourage les acteurs culturels à saisir les opportunités du MASA AIP MASA 2024: la secrétaire d’Etat rwandaise appelle à l’unité culturelle pour l’avenir des générations africaines AIB Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo annonce du «beau spectacle», dans quelques jours, à l’ouverture de la 21e SNC AIB La commune de Kantchari ravitaillée doublement MAP Conflit au Soudan: L’ONU renouvelle son appel à un cessez-le-feu immédiat MAP Tarfaya: La Marine Royale porte assistance à 118 candidats à la migration irrégulière MAP Le parti MK de Zuma appelle à la démission de la présidente de la Commission électorale

SENEGAL-AGRICULTURE / PETROSEN et le BOS/PSE s’unissent pour la construction d’une usine d’engrais


  20 Février      33        Agriculture (4133),

 

« Dakar, 19 fév (APS) – La Société des pétroles du Sénégal (PETROSEN) et le Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent (BOS/PSE) ont signé une convention de partenariat, lundi, à Dakar, en vue de la construction d’une usine d’engrais d’un coût de 600 milliards de francs CFA.

‘’Le projet va coûter en termes d’investissement plus de 600 milliards de francs CFA’’, a déclaré l’ingénieur géologue Fary Ndao, responsable du projet pétrochimie de PETROSEN.

L’usine sera construite à Ndayane, dans la région de Thiès (ouest), et va démarrer ses activités de production en 2028-2029, selon lui.

‘’Ce projet va être cofinancé par l’État du Sénégal, à travers PETROSEN, et des partenaires privés’’, a précisé M. Ndao lors de la signature de la convention de partenariat de PETROSEN avec le BOS/PSE.

Il assure que ‘’cette usine d’engrais […] d’une capacité de 1,2 million de tonnes par an va largement satisfaire les besoins nationaux’’.

L’ingénieur géologue Fary Ndao, responsable du projet pétrochimie de PETROSEN

L’usine va surtout fabriquer de l’urée, ‘’un engrais entièrement importé au Sénégal et important pour l’amélioration des rendements agricoles’’, a souligné l’ingénieur géologue responsable du projet pétrochimie de PETROSEN.

La future usine va exporter ses engrais dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Mali, le Burkina Faso, la Guinée et la Gambie, selon Fary Ndao.

Elle va aider le Sénégal à réduire le déficit de sa balance commerciale, a-t-il dit, évaluant ses revenus commerciaux nets à ‘’près de 175 milliards de francs CFA par an’’.

Le directeur général du BOS/PSE, El Ousseyni Kane

‘’Nous aurons de meilleurs rendements. Là où nous utilisons 10 kilos d’urée par hectare, certains pays dont l’Inde mettent environ 110 kilos, les États-Unis 80 kilos, le Brésil 70 ou 80 kilos’’, a ajouté l’ingénieur géologue.

Ce projet d’usine ‘’va aider […] à faire la jonction entre le secteur primaire [et] le secteur industriel’’, a promis le coordonnateur du pôle chargé des impacts socioéconomiques au BOS/PSE, Baye Elimane Guèye.

Le Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent va aider PETROSEN à mener les études d’impact du projet, selon M. Guèye.

Manar Sall, le directeur général de PETROSEN

Les directeurs généraux des deux structures publiques se sont réjouis de leur nouvelle collaboration et de la décision commune de construire l’usine.

‘’Ce projet extrêmement important pour le Sénégal va non seulement permettre de sécuriser notre production agricole, mais renforcer aussi notre sécurité alimentaire’’, a assuré le directeur général du BOS/PSE, El Ousseyni Kane. »

Dans la même catégorie