MAP CAN de futsal (1ère journée/Groupe B): l’Egypte surclasse la Libye (4-0) MAP Mali: l’organisation des élections est conditionnée par la stabilisation du pays (Premier ministre) MAP Éthiopie: Plus de 21 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire en 2024 (ONU) MAP Côte d’Ivoire: une épidémie de peste porcine déclarée dans le centre-ouest du pays MAP Vienne: Le Maroc à l’affiche de la 22ème édition du Festival « Salam Music & Arts » MAP La Côte d’Ivoire prend des mesures pour sanctionner les atteintes à l’environnement MAP L’oléoduc reliant Angola et la Zambie sera construit au 2ème trimestre (ambassadeur) MAP Maroc : retour à l’heure GMT+1 à partir du dimanche 14 avril à 02h00 AGP Guinée: Incendie dans un entrepôt de l’EDG à Hamdanlaye ACI Congo/Turquie: Vers la signature d’un accord entre les bibliothèques nationales des deux pays

Sénégal: Plusieurs personnes manifestent dans le calme à Dakar pour réclamer la tenue de la présidentielle


  24 Février      14        Politique (25277), Société (45001),

 

Dakar, 24/02/2024 (MAP) -Plusieurs personnes ont manifesté samedi à la capitale Dakar dans le calme pour réclamer au président sénégalais Macky Sall d’organiser l’élection présidentielle avant la fin de son mandat le 2 avril 2024, et qui était prévue demain dimanche.

Les participants à ce rassemblement pacifique, convoqué par le Mouvement des forces vices de la nation F24, exigent la tenue du scrutin qui a été reporté au 15 décembre prochain.

Le collectif citoyen Aar Sunu Election (« Préservons notre élection ») avait appelé à se joindre au mouvement tout en cherchant à garder son indépendance politique.

La préfecture de Dakar a autorisé la manifestation, alors que ls autorités ont interdit de nombreux rassemblements ces dernières années. Le pouvoir a affirmé dernièrement sa volonté d’apaisement.

Le préfet de Dakar a aussi autorisé la marche prévue ce samedi après-midi par un collectif « Macky dans les coeurs » en soutien au chef de l’Etat Macky Sall.

Le président Macky Sall a justifié le report de la présidentielle le 3 février par sa crainte qu’après les vives querelles au cours du processus préélectoral, un scrutin contesté ne provoque de nouveaux accès de violence après ceux de 2021 et 2023. Il insiste sur sa volonté d’apaisement et affirme la nécessité d’un « consensus ».

Le Conseil constitutionnel a, dans une décision prise le 15 février, annulé la loi reportant la présidentielle mais a reconnu l’impossibilité pratique de voter le 25 février et demandé aux autorités d’organiser le scrutin dans « les meilleurs délais ».

Le président Macky Sall a dit respecter la décision des 7 sages du Conseil constitutionnel mais a suspendu la détermination d’une nouvelle date du scrutin à un dialogue prévu lundi et mardi avec les acteurs politiques et sociaux.

16 des 19 candidats retenus en janvier par le Conseil constitutionnel et deux collectifs d’organisations de la société civile ont refusé de participer à ce dialogue.

« Pour ce qu’est de la date du scrutin, on verra ce que le dialogue proposera », avait dit Macky Sal lors d’une interview accordée jeudi soir à quatre groupes de médias sénégalais

Le chef de l’Etat a indiqué que c’est à la suite de ces concertations qu’il prendra un décret convoquant le corps électoral, estimant que « l’élection peut se tenir avant ou après le 2 avril ».

Macky Sall a tenu à préciser que seul le dialogue entre toutes les forces vives de la nation peut permettre de passer cette situation de crise et fixer une nouvelle date pour la tenue de l’élection présidentielle.

Macky Sall, élu en 2012 et réélu en 2019, et qui ne va pas se présenter pour nouveau mandat, a déclaré également dans cette interview que sa mission la tête du pays prend fin le 2 avril 2024.

Dans la même catégorie