APS MALI-AFRIQUE-MUSIQUE/NECROLOGIE / Décès de Toumani Diabaté, illustre joueur de kora (famille) APS SENEGAL-SANTE / Il faut “réorienter la réponse au VIH”, préconise Maguette Ndoye Ndiaye APS SENEGAL-PECHE-EMIGRATION / Aïssatou Mbodj invite les pêcheurs à rester au Sénégal APS SENEGAL-ECONOMIE-EQUIPEMENTS / Fatou Diouf réitère la volonté de l’État de moderniser la pêche artisanale APS SENEGAL-HYDRAULIQUE -GOUVERNANCE / Distribution de l’eau : l’Etat invité à publier le contrat d’affermage signé avec le Groupe Suez ANP Niger: Présentation au Drapeau de 1010 élèves gardes nationaux de la promotion 2023 MAP Sénégal : Mission multisectorielle du Club Afrique Développement AIP Dr Edouard Fonh-Gbéi, l’ingénieur chevronné de la géoinformation (Portrait) MAP RCA: Les besoins humanitaires aggravés par les conflits dans les pays voisins (ONU) AIP Les acteurs de l’industrie planchent sur les enjeux stratégiques de la souveraineté industrielle

SENEGAL-POLITIQUE / Le scrutin du 24 mars a permis à la démocratie sénégalaise de franchir un nouveau pallier, selon le Pr Babacar Guèye


  1 Juillet      8        Politique (26031),

 

« Dakar, 1er juil (APS) – Le scrutin présidentiel du 24 mars a permis au Sénégal de franchir un nouveau pallier dans l’enracinement de sa démocratie malgré la crise politique qui a fragilisé la cohésion nationale, a salué, lundi, à Dakar, le professeur Babacar Guèye, président du Collectif des organisations de la société civile pour les élections (COSCE).

‘’Le scrutin présidentiel du 24 mars 2024 a incontestablement permis à notre pays de franchir un nouveau pallier dans l’enracinement de sa démocratie’’, a-t-il dit lors d’une table ronde nationale d’évaluation du processus électoral, notamment de l’élection présidentielle du 24 mars.

Selon lui, la présidentielle s’est déroulée dans d’excellentes conditions en dépit du fait que ‘’la crise politique, la vulnérabilité du cadre légal, les divisions de la classe politique et de la société civile ont impacté le vivre ensemble au Sénégal et fragilisé la cohésion nationale’’.

Le professeur de droit constitutionnel à l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar (UCAD) a salué la ‘’maturité’’ du peuple sénégalais qui a su faire un bon usage de la carte d’électeur pour élire démocratiquement un nouveau président de la République au premier tour.

Il considère que ‘’l’organisation de la dernière élection présidentielle, malgré les imperfections notées ici et là, est au fond une manifestation de la capacité de notre société à assimiler cette forme de modernité que représente la démocratie électorale’’.

Le Collectif des organisations de la société civile pour les élections (COSCE) a également participé à toutes les étapes de ce processus au bout duquel il y a eu une ‘’victoire de la démocratie’’, a t-il dit.

‘’Mais son action la plus novatrice, la plus emblématique, a été sa contribution décisive à une élection présidentielle libre, transparente et apaisée, à travers le programme Nietti Élections’’, a-t-il notamment indiqué à l’ouverture de cette rencontre de deux jours.

M. Guèye a réaffirmé l’engagement résolu du COSCE à mettre à la disposition des parties prenantes, son expérience capitalisée depuis 1999 dans l’accompagnement des projets de réformes électorales, en vue de promouvoir des élections libres et transparentes.

Birame Sène, venu présider la cérémonie au nom du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Jean-Baptiste Tine, s’est réjoui de l’engagement et du professionnalisme dont le COSCE a fait montre tout au long du processus électoral menant à l’élection présidentielle du 24 mars 2024.

Le directeur de la formation et de la communication à la Direction générale des élections a réaffirmé l’engagement du ministère chargé de l’organisation des élections à maintenir ‘’le cap’’ pour la réussite des futures joutes électorales.

‘’L’administration électorale se soumet à l’exigence de maintenir le cap, redoubler d’efforts sur certains aspects et renforcer davantage les missions des acteurs institutionnels et non institutionnels’’, a-t-il assuré.

L’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Sénégal, Michael Rayner, a loué l’engagement durable du peuple sénégalais en faveur de la démocratie et des institutions démocratiques.

‘’Pendant des décennies, le Sénégal a été cité comme un modèle de gouvernance stable et démocratique dans la région, une réputation bien méritée et dont le peuple sénégalais peut légitimement en être fier’’, a-t-il souligné.

La table ronde sera marquée par un panel sur la revue du modèle de gestion du système électoral au Sénégal depuis le Code consensuel de 1992. Elle sera co-animée par l’enseignant-chercheur en droit public, Ngouda Mboup, et le directeur de formation et de la communication, Birame Sène.

Le deuxième panel va porter sur la surveillance du processus électoral et sera co-animé par Moundiaye Cissé, directeur exécutif de l’Ong 3D et Sadikh Niass, sécrétaire exécutif de la RADDHO.

”Le Conseil constitutionnel sénégalais et le contentieux de l’élection présidentielle” est la troisième thématique de la journée sous la direction de El Hadji Oumar Diop, maître de conférences titulaire à la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’UCAD.

L’expert électoral, Ndiaga Sylla, va animer le thème : ”La consolidation du processus électoral Sénégal : le défi de la mise en œuvre des recommandations des missions d’observation électorale”.

Penda Mbow, présidente du mouvement citoyen, va présenter une communication sur les leçons apprises de l’élection présidentielle du 24 mars 2024.

Les conclusions de cette table ronde sont attendues lors de la deuxième journée.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence du directeur pays du National democratic Institute (NDI), Alain Ayodokoun, de l’ambassadeur de la Grande-Bretagne, des missions diplomatiques et consulaires, des candidats à l’élection présidentielle, des présidents des groupes parlementaires

Dans la même catégorie