APS CHAN 2023 : ‘Madagascar va tout donner pour battre le Sénégal (entraineur) AIP La 2e édition du cross Joseph Tarègue lancée à Bouaké APS L’Etat va tout faire pour éviter un nouvel incendie au marché Ocass de Touba (Antoine Diome) APS Aliou Sow appelle les maires à investir dans le développement culturel APS Les migrantes, héroïnes négligées du développement économique APS Abdou Karim Fofana :  »Le Sénégal est propriétaire de son Train express régional. » APS Les activités de la 7e FIKA officiellement lancées APS Dakar remporte le grand prix Douta Seck du Fesnac AIP Laurent Gbagbo appelle à la mise en place d’une brigade anti-terroriste ouest africaine AIP Suppression des produits optionnels : Des délégués de la MUGEF-CI dénoncent un « brigandage assurantiel »

Sommet UA à Niamey : Les premières Dames discutent de l’impact de l’utilisation des TIC par les femmes transformatrices


  26 Novembre      19        Economie (17154), Technologie (774),

   

Niamey, 26 nov (ANP)- En prélude aux activités du sommet extraordinaire sur l’industrialisation et la diversification économique et la session sur la ZLECAF qui se sont tenues, ce vendredi 25 novembre 2022, les Premières Dames d’Afrique ont animé un débat de haut niveau sur l’utilisation et l’accès aux nouvelles technologies d’information par les femmes transformatrices.
Ce Panel de Haut niveau a posé le débat de fond sur comment améliorer le savoir-faire féminin dans notre espace commun à l’ère du numérique et des réseaux sociaux.
En prenant la parole à cette occasion, la Première Dame du Niger, Mme Bazoum Khadidja a, après avoir souhaité la bienvenue au Niger et un agréable séjour à ses hôtes, remercié les Premières Dames d’avoir bien voulu rehausser de leur présence le panel de haut Niveau consacré aux femmes entrepreneurs transformatrices.
Ce sommet, a-t-elle souligné, ‘’ magnifie la contribution des Femmes Transformatrices Africaines dans le processus de l’industrialisation, et c’est le lieu de saluer cette belle initiative qui a permis de mobiliser les femmes du continent qui se sont engagées dans la transformation’’ a souligné la Première Dame nigérienne tout en rappelant que ce panel organisé en marge du sommet de l’Union Africaine, s’inscrit dans le cadre du sommet des femmes Africaines transformatrices.
Pour Hadjia Khadidja Bazoum, ‘’la pertinence de cette thématique nous interpelle et nous oblige à mutualiser nos efforts au niveau continental pour soutenir les femmes afin de garantir leur autonomisation et l’accès à leurs droits fondamentaux’’.
Cependant, a-t-elle, ‘’la présente rencontre constitue une avancée majeure pour nous, femmes, dans la lutte pour notre inclusion et notre participation au développement socio-économique de nos pays respectifs. Et, il s’agit plus précisément de susciter le dynamisme et le leadership des femmes dans l’entreprenariat dont il nous revient de les encourager à devenir de véritables cheffes d’entreprises et des actrices du développement économique. De ce fait, l’utilisation de nouvelles technologies dans le processus d’industrialisation s’impose’’.
La Première Dame d’indiquer que cette rencontre contribuera à ‘’impulser l’intérêt des femmes dans l’innovation et la vulgarisation de leurs produits grâce aux technologies de l’information et de la communication’’.
‘’Nous avons, par conséquent, le devoir de nous mobiliser individuellement et collectivement pour accompagner les actions de plaidoyer envers les décideurs et aussi à travers des actions concrètes. C’est ainsi que nous allons créer les conditions optimales à l’avènement d’une société africaine épanouie dans laquelle la femme jouera un rôle déterminant pour l’équilibre du monde’’ a-t-elle souligné.
Cependant, bien que ‘’plusieurs femmes de différents pays ont réussi dans l’entreprenariat dans plusieurs domaines, il reste encore un long chemin à parcourir pour accompagner celles qui veulent réaliser leurs rêves. Nous devons, par conséquent, nous mobiliser pour les aider à développer leur savoir-faire et à participer résolument dans l’atteinte des objectifs du développement durable’’ a-t-elle fait remarquer.
‘’Nous attendons de ce panel, le partage d’expériences, mais surtout des orientations, des stratégies et des mesures visant à améliorer le savoir-faire féminin pour promouvoir un entreprenariat dynamique afin d’accélérer le développement socio-économique de nos pays à travers une bonne utilisation des nouvelles technologies de l’information (TIC)’’ a souhaité Mme Bazoum qui s’est dite convaincue que par la qualité des panelistes, des modérateurs, et des échanges, des décisions idoines seront prises pour mobiliser et créer ensemble, ‘’les conditions d’une Afrique industrialisée avec les femmes’’.
Par ailleurs, la Présidente de l’ARCEP, Mme Bety Aichatou Oumani a, quant elle, rappelé que ‘’la pandémie de Covid-19 a permis aux Gouvernements, aux entreprises et aux populations du monde entier de comprendre l’importance des technologies numériques et l’impact qu’elles peuvent avoir sur la société dans son ensemble’’.
En effet, a-t-elle, expliqué pendant la pandémie, de ‘’nombreux pays ont tiré parti des technologies numériques pour assurer la continuité des activités commerciales et éducatives, prévenir les interruptions de services et faire face à la distanciation sociale ».
Cependant, a-t-elle poursuivi, ‘’après le choc économique provoqué par la pandémie de COVID-19, un tiers des entreprises ont commencé à utiliser ou augmenter leur utilisation de l’internet, des médias sociaux et des plateformes numériques à des fins professionnelles et qui offrent entreprises une occasion d’accélérer leur croissance’’.
Les technologies numériques a-t-elle expliqué, ‘’ permettent de s’affranchir des distances et des frontières et offrir des services à valeur ajoutée à des utilisateurs distants. Cela peut permettre aux entreprises de se développer et de créer de nouveaux emplois’’.
D’autre part, la Première Dame de la Mauritanie, Mme Mariem Mint Mohamed Fadel Ould Dah a, en partageant ses expériences, expliqué que ‘’ le rôle de la technologie digitale est très important et touche tous les secteurs de la vie, car ça permet même l’accès du marché en ligne’’.
Néanmoins, ‘’seulement 5% de femmes interviennent dans ce domaine ‘’ a-t-elle fait remarquer tout en exhortant les États à faire en sorte qu’il y ait ‘’une égalité du genre dans ce domaine, ainsi que dans d’autres activités économiques numériques’’.
Mme Angeline Ndayshiniye Ndayubat, Première Dame du Burundi a, quant à elle, après avoir remercié la première Dame ainsi que toute la population nigérienne pour l’accueil réservé à leur égard, indiqué que le choix de ce thème prouve ‘’notre volonté commune de rendre autonome la femme africaine’’ avant de, néanmoins, constater que ‘’les femmes et les filles restent toujours minoritaires dans le secteur industriel et les TIC’’.
Enfin, la Première Dame a tenu à féliciter la promotrice de Niger-lait avant d’annoncer le projet de la création d’une chambre africaine des femmes transformatrices.

Dans la même catégorie