AIP Le ministre Laurent Tchagba en Italie à Rome pour la 27ème session du COFO et la 9ème semaine mondiale des forêts AIB Namentenga : Le haut-commissaire constate la dégradation du radié du barrage de Boulsa AIB Burkina/FSP : La douane mobilise plus de 7 milliards FCFA au premier semestre de l’année 2024 MAP Le Nigeria inflige au groupe Meta 220 millions de dollars d’amende pour violations de la protection des données personnelles (communiqué) AIB Burkina/Terrorisme : Le Premier ministre Kyelem charge l’Allemagne et la France MAP Cameroun : deux civils tués par Boko Haram dans l’Extrême-Nord AIB Garango/Religion: Des populations sollicitent les faveurs de la colline sacrée Boulgou AIB Paix et cohésion sociale : Les Sahéliens prennent langue à travers un colloque régional à Dori APS SENEGAL-MONDE-MEDIAS / Forum des médias de Susha : la détection des fausses informations et la lutte contre la désinformation au menu des échanges APS AFRIQUE-MONDE-CLIMAT / COP 29 : plusieurs chefs d’Etat africains attendus à Baku (Ilham Aliyev)

Tabaski 2023 : les besoins de Kaolack en moutons estimés à 50 000 têtes


  22 Mars      136        Agriculture (4222),

 

Kaolack, 22 mars (APS) – Le service régional de l’élevage et des productions animales de Kaolack table sur un objectif d’au moins 50 000 moutons pour couvrir les besoins de cette région, à l’occasion de la prochaine Tabaski (Aïd el kébir), a indiqué sa cheffe, Dr Khady Ndiaye.

‘’L’année dernière, en termes d’approvisionnement du marché, pour un objectif de 5000 têtes de moutons, on en a reçu 66300. Pour cette année, nous avons un objectif de 50000 moutons au minimum’’, a-t-elle notamment indiqué, au cours d’une réunion du comité régional de développement (CRD) sur le bilan de l’édition 2022 de la fête de Tabaski et les perspectives pour 2023.

Au lendemain de la Tabaski, la région de Kaolack a recensé 675 moutons invendus, a-t-elle signalé, rappelant que 6000 sujets ont été exportés.

Elle a déclaré que malgré la fermeture des frontières avec le Mali, plus grand pourvoyeur de moutons au Sénégal, les objectifs ont été atteints dans la région de Kaolack. ‘’Malgré tout cela, on a eu à rencontrer certaines difficultés dues à la multiplicité des points de vente non autorisés, aux cas de vol de bétail et autres problèmes de logistique liés à nos services’’, a-t-elle révélé.

Elle a signalé qu’une augmentation de la production locale a été notée cette année dans la région, grâce à l’élevage intensif.

Le CRD s’est tenu à la salle de conférences de la gouvernance de Kaolack, sous la présidence de l’adjoint au gouverneur en charge des affaires administratives, Sidy Sarr Dièye et en présence des autorités administratives et territoriales, des organisations professionnelles d’éleveurs et d’acteurs communautaires.

La plupart des intervenants ont insisté sur l’importance d’une mise à disposition des financements destinés aux opérateurs pour leur permettre de mener à bien leurs activités. Mais selon le Dr Khady Ndiaye, la mise à disposition précoce des financements dépend surtout du dépôt, à temps, des dossiers des demandeurs auprès de la commission technique d’approbation.

Pour la sécurité au niveau des points de vente autorisés, les forces de défense et de sécurité seront déployées, comme à l’accoutumée. La SENELEC et SEN’EAU ont assuré de leur implication pour que ces points de vente soient dans de bonnes conditions.

‘’Nous maintenons le même dispositif que celui de l’année dernière et comptons démarrer, à partir du 2 mai prochain, le suivi opérationnel des services déconcentrés du ministère de l’Elevage et des Productions animales, pour faire l’état des lieux pour constater de visu la disponibilité des moutons, les points de vente des animaux, le prix de l’aliment de bétail, les entrées et les sorties des animaux, avec en ligne de mire un suivi quotidien’’, a-t-elle expliqué.

Dans la même catégorie