MAP Mali: La Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains organise un concours de mémorisation et de récitation du Saint Coran APS CHAN 2023 : ‘Madagascar va tout donner pour battre le Sénégal (entraineur) AIP La 2e édition du cross Joseph Tarègue lancée à Bouaké APS L’Etat va tout faire pour éviter un nouvel incendie au marché Ocass de Touba (Antoine Diome) APS Aliou Sow appelle les maires à investir dans le développement culturel APS Les migrantes, héroïnes négligées du développement économique APS Abdou Karim Fofana :  »Le Sénégal est propriétaire de son Train express régional. » APS Les activités de la 7e FIKA officiellement lancées APS Dakar remporte le grand prix Douta Seck du Fesnac AIP Laurent Gbagbo appelle à la mise en place d’une brigade anti-terroriste ouest africaine

Tenue d’un séminaire à Bruxelles sur le processus électoral en RDC


  3 Décembre      17        Politique (21528),

   

Bruxelles, 02 décembre 2022 (ACP).-  Un séminaire sur le processus électoral en RDC, auquel a participé une importante délégation congolaise conduite par M. Denis Kadima, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), s’est tenu vendredi au palais d’Egmont à Bruxelles.

Organisé par le ministère belge des Affaires étrangères, l’Institut Egmont et l’ambassade du Royaume-Uni à Bruxelles, ces assises ont permis à la délégation congolaise de réaffirmer l’engagement de la RDC à tenir les élections générales en décembre 2023, conformément aux prescrits de la Constitution.

« Après quatre mois de travail, la CENI a rendu public le calendrier électoral lequel fait partie intégrante de sa feuille de route. Tout le monde sait que les élections auront lieu le 20 décembre 2023 et qu’il n’y aura pas de glissement » a indiqué M. Kadima.

Le président de la CENI a axé son intervention sur l’état des lieux du processus électoral et de son évolution, réaffirmant l’engagement de son institution à réaliser les opérations électorales sur l’ensemble du territoire national et qui soient transparentes, crédibles et inclusives.

M. Kadima est revenu sur le remodelage de la cartographie électorale mise en œuvre sous sa direction en apportant des correctifs nécessaires et des réajustements dans certaines aires du pays où les besoins se faisaient sentir.

« L’intérêt de l’opération consiste à rapprocher l’électeur du centre de vote », a-t-il déclaré, soulignant que les défis étaient nombreux : le temps, l’acheminement du matériel électoral à partir des lieux de production jusqu’en RDC, suivi du déploiement de la logistique vers les différents centres, sans oublier l’insécurité dans l’est du pays. Concernant le financement, il a salué « les efforts du gouvernement qui est déterminé à concrétiser ce processus ».

Restaurer la confiance entre tous les acteurs

De son côté, Mgr Donatien Nshole, secrétaire général de la Commission épiscopale nationale du Congo (CENCO), qui participait à ce séminaire en qualité d’expert, a insisté sur l’aspect lié à la construction de la confiance de la CENI à l’égard de la population, avant de saluer des points positifs dans le travail que la centrale électorale est en train de réaliser. Il s’est en outre appesanti sur les attentes de la population par rapport aux scrutins à venir, en tenant compte de l’expérience du passé.

A ce propos, il a insisté sur « la restauration du capital confiance entre tous les acteurs impliqués dans les opérations électorales et à tous les niveaux ainsi que le renforcement de l’inclusion. La confiance se manifestera également dans l’accréditation des observateurs et des témoins », a souligné Mgr Nshole.

Pour le respect des prescrits de la Constitution

« Je suis venu, ce jour, en cette salle pour vous assurer de la tenue des élections en RDC et dans les délais tels que prescrits par la Constitution de mon pays, c’est-à-dire en décembre 2023 », a déclaré, pour sa part, M. Christian NdongalaNkuku, ambassadeur de la RDC au Benelux, en réaffirmant l’engagement du Président Félix Tshisekedi de respecter les dispositions constitutionnelles.

« Les élections en 2023 ? J’y crois. Ce sera peut-être compliqué, parce que le pays fait face à beaucoup de défis, beaucoup de contraintes, notamment sécuritaires et même matériels », a indiqué le représentant de la RDC.

Pour ce faire, le diplomate congolais a sollicité l’implication de la communauté internationale dans le processus électoral en cours et son accompagnement audéveloppement des capacités techniques et logistiques des différents intervenants dans les opérations électorales.  Il a insisté notamment sur le renforcement des missions dévolues à la société civile congolaise au titre des moyens budgétaires de différents fonds européens existants.

Auparavant, Mme Hadja Lahbib, ministre belge des Affaires étrangères, qui a ouvert ces assises, a réaffirmé l’attachement de son pays à la promotion des valeurs démocratiques. « La Belgique veut des élections crédibles et transparentes en 2023 », a-t-elle indiqué, ajoutant que son pays, qui  « possède une longue expérience dans les missions d’observation des élections », s’engage à apporter son appui au processus de démocratisation de la RDC.

Plusieurs représentants des partis politiques congolais  et de la société civile ont participé à ce séminaire, notamment les Pr Bob Kabamba et Jacques Djoli, ainsi que M. RigobertMinani de la société civile. Du côté belge, il y avait l’ambassadeur Philippe Bronchain et Mme Sarah Gascard, conseillère d’ambassade.

Dans la même catégorie