ANP L’UNA et Sputnik organisent une formation sur l’intelligence artificielle et la production vidéo ANP N’gourti : deux citoyens contribuent au FSSP à hauteur de 200.000 FCFA MAP Tanzanie: de fortes pluies ont fait 58 morts depuis début avril AIP La ministre Françoise Remarck encourage les acteurs culturels à saisir les opportunités du MASA AIP MASA 2024: la secrétaire d’Etat rwandaise appelle à l’unité culturelle pour l’avenir des générations africaines AIB Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo annonce du «beau spectacle», dans quelques jours, à l’ouverture de la 21e SNC AIB La commune de Kantchari ravitaillée doublement MAP Conflit au Soudan: L’ONU renouvelle son appel à un cessez-le-feu immédiat MAP Tarfaya: La Marine Royale porte assistance à 118 candidats à la migration irrégulière MAP Le parti MK de Zuma appelle à la démission de la présidente de la Commission électorale

Tunisie : une association dénonce la multiplication des procès contres les activistes en 2023


  28 Février      15        Droits de l'Homme (667),

 

Tunis, 28/02/2024 (MAP)- Une association tunisienne de défense des droits de l’Homme a dénoncé la multiplication des procès d’opinion au cours de l’année 2023, ciblant militants des droits humains, journalistes, hommes politiques et syndicalistes.

Dans son rapport annuel sur « les violations des droits de l’homme en Tunisie », l’association Intersection pour les droits et les libertés s’inquiète de la hausse des arrestations et des poursuites judiciaires engagées contre les activistes dans le domaine des droits de l’homme et des figures des médias, de la politique et des syndicats.

L’association évoque, notamment, la prolongation de la période de détention des personnes accusées dans l’affaire dite de « complot contre l’Etat », la comparution de journalistes en vertu du décret-loi 54 en date du 13 septembre 2022 relatif à la lutte contre les infractions se rapportant aux systèmes d’information et de communication ainsi que sur la base de la loi de lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent.

Dans ce sillage, l’association a recensé 115 violations des droits humains commises en 2023 dont 19 cas de poursuites judiciaires sur la base du décret-loi 54 ciblant 4 journalistes, 7 avocats, 2 activistes de la société civile et 3 appartenant à d’autres secteurs d’activité.

Selon le rapport, la presse est le secteur le plus visé dans la mesure où le syndicat des journalistes a enregistré 237 violations entre janvier et octobre 2023.

L’année dernière, la Tunisie a connu une série d’arrestations d’hommes politiques, de figures de l’opposition, d’activistes de la société civile, de responsables de médias et de syndicalistes, pour leur implication présumée dans une affaire dite du « complot contre la sûreté de l’État ».

De nombreuses ONG tunisiennes et internationales ont condamné les poursuites judiciaires contre les opposants et réclamé leur remise en liberté.

Dans la même catégorie