AIP Côte d’Ivoire – AIP / La ministre Mariatou Koné exhorte les élèves à prendre leurs études au sérieux AGP Boké-Tourisme: Une caravane internationale touristes étrangers attendue le 30 novembre dans la région AGP Guinée/Formation : 11 institutions d’enseignements supérieurs sur 17 habilitées à délivrer des diplômes session 2020-2021 selon un résultat provisoire de l’ANAQ AIP Côte d’Ivoire-AIP/Eliminatoire mondial 2023 : Les éléphants basketteurs triomphent des Angolais (57-56) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La FAAPA préoccupée par la probable dissolution de l’Agence béninoise de presse APS LA FSAPH MISE SUR LA COMMUNICATION POUR LA RATIFICATION DU TRAITÉ DE MARRAKECH APS LES ÉLEVEURS SOLLICITENT L’AIDE DE L’ETAT POUR DÉVELOPPER LA CULTURE FOURRAGÈRE APS QUELQUE 3.355 GÉNISSES IMPORTÉES ENTRE 2017 ET 2021 APS YOUSSOU NDOUR SOLLICITÉ DANS LE COMBAT POUR LA RATIFICATION DU TRAITÉ DE MARRAKECH MACKY SALL PRÉSIDE À DAHRA LA JOURNÉE NATIONALE DE L’ÉLEVAGE

UN OBJECTIF DE 350.000 TONNES SUPPLÉMENTAIRES DE FRUITS ET LÉGUMES PAR AN (DG HORTICULTURE)


  20 Septembre      21        Environnement/Eaux/Forêts (3533),

   

Koumbal (Kaolack), 20 sept (APS) – Le Sénégal a l’ambition d’augmenter d’au moins 350 mille tonnes par an sa production horticole, dans l’optique d’atteindre l’objectif des deux millions de tonnes visé à travers le Plan d’action prioritaire accéléré (PAP2A) du Plan Sénégal émergent (PSE), a indiqué le directeur national de l’horticulture, Dr Macoumba Diouf.

‘’L’objectif actuellement prévu au Sénégal est d’arriver à deux millions de tonnes de produits horticoles d’ici 2023. Pour cela, nous voulons au moins produire 350 mille tonnes de légumes et de fruits par an pour atteindre cet objectif fixé dans le Plan Sénégal émergent’’, a-t-il déclaré.

Macoumba Diouf s’exprimait en marge d’une journée de consultation médicale gratuite organisée ce week-end à Koumbal, un village de la commune de Latmingué, dans le département de Kaolack, à l’initiative des étudiants et agents de santé ressortissants de ladite commune.

‘’Le secteur de l’horticulture est le recours principal pour l’insertion durable des jeunes ruraux dans l’agriculture. Si on veut faire des revenues, gagner de l’argent et satisfaire des besoins outre que l’alimentation, c’est de l’horticulture qu’on doit pratiquer’’, a affirmé M. Diouf, par ailleurs maire de la commune de Latmingué.

Pour lui, ce sous-secteur de l’agriculture ‘’est une activité de résilience, productive et compétitive’’.

Dans la même catégorie