ANP Niger-industrie (synthèse) Le sommet de l’UA se conclut sur des engagements renouvelés sur l’industrialisation du continent MAP Malawi: Le vice-président arrêté suite à des allégations de corruption MAP Le processus de Tanger, une étape cruciale de la présidence marocaine du CPS pour le mois d’octobre (Commissaire de l’UA) MAP Participation de la Chambre des Conseillers à la session 2022 du parlement de la CEDEAO au Nigéria MAP Le Sénégal invité d’honneur de la 23e édition des Journées théâtrales de Carthage (ministère) MAP Dakar: clôture des Journées de réflexion de l’Union Africaine de la Mutualité MAP Quinze personnes tuées dans le nord du Nigeria MAP Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique) MAP Niger: Fin du sommet extraordinaire de l’UA sur l’industrialisation et la diversification économique et la session sur la Zlecaf MAP Cour de justice de la CEDEAO: Levée de la suspension des procédures à l’encontre du Mali, de la Guinée et du Burkina Faso

Un officiel énonce les exigences de la stratégie nationale sur la production et la consommation durables


  28 Septembre      9        Société (40201),

   

Dakar, 28 sept (APS) – La mise en place de la Stratégie nationale sur la production et la consommation durables (SN/PCD) exige un changement de paradigme, pour que les mutations espérées soient inscrites au cœur des projets de développement, soutient le directeur adjoint de l’environnement et des établissements classés, Cheikh Fofana.

M. Fofana intervenait, mercredi, à Dakar, à un atelier de validation de la SN/PCD, pour la période 2022-2030.

Pour qu’une telle stratégie soit au cœur de la conception, de la planification, de l’exécution et du suivi-évaluation des projets de développement, il faut ‘’un changement de paradigme à travers des modes de production et de consommation durables’’, a-t-il dit.

Selon lui, une telle stratégie est appelée à être réactualisée pour être alignée sur les objectifs du Plan Sénégal émergent, des nouvelles lettres de politique sectorielle et des aspects liés au secteur pétrolier et gazier.

‘’On ne peut plus continuer à exploiter nos ressources comme nous le faisions. Cela peut entraîner des nuisances et engendrer la dégradation du cadre de vie’’, a souligné le directeur adjoint de l’environnement et des établissements classés.

Il fait observer que le modèle économique actuel, ‘’à travers les modes de consommation et de production non respectueux de l’environnement, affecte les ressources naturelles, déséquilibre les fonctions écologiques essentielles et impacte négativement aussi bien la capacité de développement que le bien-être des populations’’.

L’impact négatif des modes de consommation et de production actuels se traduit notamment par la perte de la biodiversité, la pollution des milieux récepteurs et la surexploitation des ressources, selon M. Fofana.

Cet impact donne une idée de la situation future, qui sera surtout marquée par une croissance démographique et économique, a-t-il ajouté.

‘’La promotion de cette durabilité se fait à travers les différents secteurs d’activité’’, a expliqué Cheikh Fofana, ajoutant que cette transition devrait concerner ‘’tous les secteurs d’activité (…), car ces modes de production et de consommation font partie des 17 objectifs de développement durable, particulièrement l’ODD 12’’.

Le 12e des 17 objectifs de développement durable fixés par les Nations unies appelle les producteurs, les consommateurs, les communautés et les gouvernements à réfléchir à leurs habitudes et usages en termes de consommation, de production de déchets, à l’impact environnemental et social de l’ensemble de la chaîne de valeur des produits.

Cet ODD exige une compréhension des interconnexions entre les décisions personnelles et collectives.

Cheikh Fofana estime que ‘’le passage à des modes de production et de consommation durables est une condition préalable à la réalisation du développement durable, dans un monde aux ressources limitées’’.

Dans la même catégorie